print preview

Relations entre forces armées

Les relations avec les forces armées étrangères sont indispensables à la protection et à la mise en œuvre des intérêts de l'Armée suisse. Dans ce but, des réseaux résilients en temps de crise doivent être maintenus. Les relations entre forces armées coordonnent et fixent des priorités pour les activités militaires avec l'étranger. Par ce biais, des conditions favorables aux contacts correspondant aux intérêts de l'Armée suisse sont créées.

Priorités en matière de coopération

La coopération militaire internationale est essentielle pour l'Armée suisse, en particulier dans le domaine de l'instruction. Elle permet d'accéder à des places d'instruction et de conduire des exercices qui ne pourraient être réalisés en Suisse pour des raisons liées à l'environnement, à la sécurité ou à l'espace disponible. Mais il s’agit aussi de rester au fait de l'actualité en termes de développements dans le domaine de la défense.

Les contacts bilatéraux ainsi que la coopération bilatérale qui en découle s'effectuent selon les intérêts de la Suisse dans le cadre de sa politique de sécurité. Sur la base de ces intérêts et afin de maximiser l'efficacité de l'armée dans l'accomplissement de ses missions, le Commandement de l'armée établit des priorités de coopération géographiques, thématiques et en définit l'intensité. Ainsi, la coopération entretenue avec les armées des États limitrophes est la plus intensive, alors que la coopération avec les États d'autres régions est généralement sporadique et concentrée sur certains domaines spécifiques.

Contacts bilatéraux de haut niveau

streitkraeftebeziehungen_parsys_32340_Image

Partie prenante de la protection et de la mise en œuvre des intérêts de l'Armée suisse, le domaine Relations entre forces armées appuie le Chef de l'armée (CdA) et le Commandement de l'armée dans le cadre de leurs échanges avec les armées étrangères. Il organise et prépare les réunions d'état-major conduites par le Chef des Relations internationales Défense. Il s'agit dans ce cadre d'assurer le suivi des mesures de coopération en cours et, si nécessaire, d'en déterminer de nouvelles. L'élaboration de l'agenda des discussions, ainsi que la préparation des principaux messages et autres demandes qui seront transmises aux interlocuteurs comptent parmi les tâches essentielles effectuées dans le cadre de ces préparatifs.

Pour ce faire, les Relations entre forces armées collaborent notamment avec les spécialistes des autres unités organisationnelles directement subordonnées au CdA, les attachés de défense suisses accrédités auprès des États concernés, les état-majors des armées étrangères et leurs attachés de défense accrédités en Suisse, les services de renseignement, la Politique de sécurité du Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports, ainsi que la Direction politique du Département fédéral des affaires étrangères.

Objectifs et principes généraux de la coopération bilatérale en matière d’instruction

Objectifs

La coopération bilatérale en matière d‘instruction est essentielle pour l’Armée suisse car elle lui permet :

  • D’améliorer l’efficacité de l’instruction militaire des cadres et de la troupe ;
  • D’atteindre et de maintenir une capacité de coopération (interopérabilité, p. ex. dans le domaine de la défense aérienne) avec les forces armées étrangères et les organisations internationales (ONU, OTAN, OSCE), principalement dans les domaines des opérations de maintien de la paix, du soutien aux opérations d’assistance humanitaire et de la prévention et maîtrise des dangers existentiels ;
  • De se former à des thèmes d’instruction axés sur l’engagement et de conduire des tests de systèmes d’armes qui ne pourraient pas être réalisés en Suisse pour des raisons environnementales, de densité de peuplement ou de sécurité ;
  • De revoir et améliorer sa doctrine d’engagement, ses procédures ainsi que son niveau d’instruction en comparaison internationale directe (benchmarking), sur ses propres places d’armes et infrastructures ou à l’étranger ;
  • D’acquérir et de développer du savoir-faire et des compétences (know-how) pour l’instruction et le développement des forces armées ;
  • D’être considérée comme un instrument crédible de la politique de sécurité, de manière autonome ou en coopération.

 

Légalité

Toute activité de coopération bilatérale doit reposer sur une base légale. Dans le cas de l’instruction militaire, l’art 48a de la Loi fédérale sur l’armée et l’administration militaire prévoit que le Conseil fédéral est compétent pour conclure des accords d’instruction avec les pays partenaires. En cas d’absence d’un tel accord, les activités de coopération doivent être autorisées individuellement par le Conseil fédéral.

Nécessité et réciprocité

La coopération bilatérale en matière d’instruction doit répondre à une nécessité pour l’Armée suisse. Elle doit également respecter le principe de réciprocité qui implique que tous les partenaires puissent en retirer un bénéfice matériel, financier ou en termes de compétences professionnelles. Cela signifie que l’Armée suisse ne peut pas se contenter de bénéficier des offres de forces armées partenaires, mais qu’elle se doit également de fournir une contrepartie en mettant à disposition certaines infrastructures ou compétences spécifiques.

C'est sur la base des principes de légalité, nécessité et réciprocité que la section Relations entre forces armées est chargée de la planification des relations de l'Armée suisse avec l’étranger sur une base annuelle et qu'elle autorise et supervise le suivi des activités de coopération bilatérale.

badge_armeestab

État-major de l'Armée Relations internationales de la Défense
Relations entre Forces armées
Papiermühlestrasse 20
CH-3003 Berne
Tél.
+41 58 464 49 88
Fax
+41 58 463 73 99

E-Mail

État-major de l'Armée

Relations internationales de la Défense
Relations entre Forces armées
Papiermühlestrasse 20
CH-3003 Berne