print preview Retour WEF – CUMINAIVEL

Signal maintenu malgré des rafales de vent à 230 km/h

La transmission d’un signal radio pendant la période hivernale est un défi en soi. Néanmoins, tout doit fonctionner sans accroche, surtout pendant le Forum économique mondial (WEF). Afin d’éviter toute interruption, la Base d’aide au commandement et le Service alpin de l’armée travaillent main dans la main.

20.01.2020 | Communication BAC

Titolo_f

 

À Dübendorf, une alerte s’affiche sur l’écran du centre Network Operation (NOP) de la Base d’aide au commandement (BAC). Générée automatiquement, cette alerte annonce une erreur de transmission. Un coup d’œil sur le système permet ensuite de définir, par exemple, que le signal d’un récepteur est atténué, autrement dit, plus faible. Les collaborateurs du NOP se mettent alors à chercher la cause du problème. Consulter la carte météorologique des derniers jours peut grandement faciliter le processus. En hiver, lorsque les températures sont négatives et qu’il y a beaucoup de vent, il arrive que les radômes gèlent. Certes, de jolies sculptures de glace sont ainsi créées, mais cette situation affaiblit le signal.

Travail sur les hauteurs glacées

Les opérateurs du NOP annoncent ensuite le cas au support systèmes. Hanspeter Vetterli fait partie de l’équipe de la BAC qui prend le téléphérique pour observer les installations de près. « J’ai toujours plusieurs pièces de rechange avec moi, afin de parer à toute éventualité », explique-t-il. Lorsque le temps est glacial et qu’il faut escalader des obstacles pour dégivrer l’appareil, la BAC, qui dirige l’opération, appelle le Service alpin en renfort. « Ils grimpent ou descendent vers l’émetteur, munis de baudriers et de piolets, puis retirent la couche de glace ». Certaines installations présentes sur le site du WEF sont particulièrement concernées, notamment celle du Säntis. Là, le vent peut atteindre une vitesse de 230 km/h. « Cette année, des mesures ont été prises avant la manifestation déjà, afin de se prémunir contre un givrage trop prononcé », déclare Marc Diggelmann, chef du NOP. La glace est retirée à titre préventif, même si le signal est encore fort. On évite ainsi que la couche ne devienne trop épaisse, pour que tout fonctionne correctement durant les journées décisives sans jolies sculptures.

Photos

Thèmes associé

WEF