print preview Retour WEF – CUMINAIVEL

Un succès mondial grâce à l'armée

Le couteau suisse jouit d'une grande popularité dans le monde entier. Voici comment le couteau suisse est devenu un objet culte et comment les soldats utilisent cette merveille au quotidien lors de l’engagement au WEF.

24.01.2020 | CUMINAIVEL | ni/lj

Dank der Armee zum Kassenschlager weltweit

 

C’est un couteau de poche connu bien au-delà des frontières du pays et le couteau le plus vendu au monde: le couteau suisse est un objet culte. L'armée suisse a joué un rôle important dans ce succès! Dans les années 1880, la Confédération a décidé de mettre en service un nouveau couteau pliable aux fonctions diverses. D'une part, le couteau doit aider à démonter un fusil et, d’autre part, servir de couvert pour le repas. Il devait être composé de quatre éléments : une lame, un ouvre-boîte, un tournevis et un poinçon. Aujourd'hui, le couteau de poche s'est développé en un outil polyvalent qui contient bien plus que ces quatre composants. Des versions spéciales ont permis de combiner jusqu'à 35 outils différents dans un seul couteau. Depuis 2005, les produits sont fabriqués exclusivement par Victorinox, une entreprise basée à Ibach (SZ).

Aujourd'hui encore, le couteau suisse fait partie de l'équipement de base de chaque militaire. Mais pourquoi les soldats ont-ils besoin du couteau de poche pendant leur déploiement au WEF? Cuminaivel a posé la question. La réponse la plus fréquente: couper la viande et le fromage. Les soldats qui effectuent les contrôles d'accès utilisent également le couteau de poche pour raccourcir les serre-câbles. Le soldat Weber se réjouit d'avoir toujours sur lui le «Swiss Army Knife», connu sous ce nom dans le monde entier: «On peut l’utiliser pour tout. Je l'ai sur moi tous les jours. Le couteau suisse m'a accompagné dans l'armée en permanence depuis l’école de recrues».

Mais ce n'est pas seulement dans l'armée suisse que l’on s'enthousiasme pour la multifonctionnalité du couteau suisse. Ce dernier est en effet un succès mondial! Après que les soldats américains ont ramené le couteau de poche d'Europe comme souvenir, la demande mondiale a augmenté et le couteau de poche est devenu un objet culte. La marque Victorinox a rapidement reconnu son potentiel et, en plus du couteau de poche de l'armée, a produit des couteaux à usage domestique avec des fonctions supplémentaires telles que le tire-bouchon (qui manque encore aujourd'hui au couteau militaire). 

Le 11 septembre 2001 a été un jour noir pour les couteaux suisses, puisque ces derniers ont été interdits dans les avions après les attentats terroristes sur le World Trade Center. Les ventes ont brusquement chuté et le couteau suisse a été «dégradé» d'un outil à une arme. Les ventes ont depuis repris. L’entreprise d’Ibach est aujourd’hui devenue la plus grande fonderie de couteaux de poche du monde et Victorinox gagne beaucoup d'argent avec ses produits. Une «success-story» suisse notamment rendue possible grâce à l'armée.