print preview Retour WEF – CUMINAIVEL

Soldats météo engagés au profit des pilotes

Que ce soit le soir au bistrot, à la maison pendant le bulletin météorologique ou juste pour parler, le temps qu’il fait dehors donne toujours matière à discuter. À l’armée, la météo constitue aussi un sujet de discussion. En effet, les soldats météo traitent d’importantes informations et établissent des bulletins météorologiques de vol pour les Forces aériennes. Un travail à hautes responsabilités.

22.01.2020 | CUMINAIVEL | mr/fe

Wettersoldaten im Einsatz für die Piloten

 

Rares sont les sujets desquels on discute aussi souvent que la météo. Pour certains, il fait trop chaud en été; pour d’autres, il fait trop froid en hiver. Les uns passent l’hiver dans le brouillard; les autres voient le soleil presque tous les jours. Ce sujet de discussion, si banal pour le citoyen lambda, constitue le cœur de la mission des soldats météo. Dans le cadre de la sécurité au WEF, ils endossent une grande responsabilité

Des ballons-sondes pour analyser les couches d’air

Les spécialistes météo comptent dans leurs rangs le sergent Christian Soltermann de la cp météo 2/5 du groupe rens 2 des Forces aériennes suisses. C’est la deuxième fois qu’il endosse cette fonction dans le cadre du WEF. «Les soldats météo sont formés dans les domaines spécialisés «sondage», «observation» et «conseil». Pour le sondage, nous utilisons par exemple des ballons-sondes pour analyser différentes couches d’air. Les postes d’observation se servent quant à eux d’abris et de mâts météorologiques pour relever les données pertinentes en matière de température, de direction du vent et de nébulosité», explique le sgt Soltermann. «Avec ces données et d’autres informations météorologiques, nous rendons compte à nos partenaires des conditions de vol en fonction de leur mission.» Les soldats météo ne sont toutefois pas les seuls à procéder à de telles analyses: les météorologues de MétéoSuisse soutiennent l’armée dans sa fonction de milice au profit du WEF. «Nous rassemblons par exemple les données nécessaires à l’établissement des cartes, sur la base desquelles les météorologues fondent ensuite leurs prévisions.»

Collaboration intense avec les pilotes

Les pilotes des Forces aériennes sont les premiers tributaires des rapports des soldats météo. Dans les montagnes, la situation est loin d’être sans danger, notamment lorsque les nuages s’accumulent. Les fortes chutes de neige constituent elles aussi un risque, car elles limitent la vue des pilotes. «Cependant, nous faisons de notre mieux pour soutenir les pilotes par tous les temps», explique le sgt Soltermann. C’est d’ailleurs la collaboration avec les pilotes qui l’a motivé à venir effectuer son CR en tant que sous-officier météo. Pendant l’année, il suit souvent des formations continues pour rester à jour. Ses connaissances en météorologie lui sont fort utiles dans le civil, par exemple lorsqu’il part en randonnée. Il explique que l’interprétation des nuages est une compétence qu’il a acquise pendant son service militaire.