print preview Retour WEF – CUMINAIVEL

La traversée Davos en but navette

Pendant le WEF, les nombreuses voitures et limousines, de même que la régulation du trafic, représentent parfois d’importants défis pour les Davosiens. Après l’édition de 2018, dont le chaos sur les routes engendré par les importantes chutes de neige en avait énervé plus d’un, les organisateurs de la manifestation et les agents de la circulation ont réagi en définissant une nouvelle stratégie.

17.01.2020 | CUMINAIVEL | mr/fe

Verkehrsbetriebe Davos

 

En janvier 2018, Davos avait mauvaise presse. Tant à la buvette que sur les réseaux sociaux, les habitants de la station alpine se plaignaient de la situation catastrophique du trafic. Les rues étaient pleines à craquer de voitures et de limousines allant et venant dans le village, sans trouver de place où se garer en raison des importantes chutes de neige. Les Davosiens et les vacanciers saisonniers étaient devenus les souffre-douleur des personnes participant au WEF.

Un grand détour pour éviter la zone sécurisée

André Fehr, responsable de la régulation du trafic à Davos, se souvient lui aussi encore très bien du WEF de 2018: «Les grandes quantités de neige avaient représenté un sacré défi il y a deux ans. Comme nous nous déplacions encore en grands bus articulés, nous nous retrouvions vite coincés dans les bouchons. Depuis l’année dernière, nous mettons en place un service de bus navettes plus petits. Ainsi, nous sommes plus à même de respecter les temps de parcours et fluidifier les déplacement des Davosiens.» D’entente avec les Chemins de fer rhétiques, un train supplémentaire fait la navette entre Davos Dorf et Davos Platz. L’arrêt provisoire «Kongresszentrum/Hertistrasse» a été aménagé sur la ligne pour faciliter encore plus le transport jusqu’au lieu de la manifestation. 

En ce qui concerne la régulation du trafic à Davos, certains changements ont déjà eu lieu il y a de cela quelques années. En raison des dispositions en matière de sécurité de plus en plus strictes, les bus ne peuvent plus passer devant le centre des Congrès. «À l’époque, chaque course pouvait transporter jusqu’à 150 passagers à travers le dispositif de sécurité. Des policiers montaient un arrêt avant le Centre des Congrès et descendaient à l’arrêt suivant. Selon la police, cette manière de procéder ne serait plus possible aujourd’hui», explique André Fehr.

Pas d’embouteillage en vue

La grande manifestation du WEF n’inquiète ni André Fehr ni ses chauffeurs de bus. Sauf lorsque la neige se remet à tomber et que tout Davos se pare de blanc. «J’ai alors toujours un peu de compassion pour les militaires obligés d’installer les barrières territoriales par ce froid», ajoute André Fehr. Selon les derniers bulletins météorologiques, il pourrait neiger ce week-end, mais il ne faut pas s’attendre à de grandes précipitations cette année.