print preview

Retour WEF – CUMINAIVEL


Des recettes du temps de la gamelle

Les anciennes générations de militaires connaissent certaines recettes, comme le pot-au-feu ou les croûtes au fromage, aussi bien que celles de leur maman. Même si les croûtes au fromage sont restées au menu de l’armée jusqu’à aujourd’hui, les recettes exotiques ont de plus en plus la cote.

28.01.2019 | CUMINAIVEL | mr/fe

Militaer-Gerichte6


«Aujourd’hui, nous mangeons une fois de plus ce que grand-papa mangeait pendant son service militaire». Cette phrase a déjà été répétée à maintes reprises dans les foyers en Suisse. Il est vrai que certaines recettes sont inspirées de la cuisine militaire. Les croûtes au fromage en sont un exemple classique. «Pendant le CR, les militaires veulent manger des plats consistants, parmi lesquels figurent les croûtes au fromage ou les cornettes au hachis», explique le sergent Raphael Senn, chef de cuisine du QG. Ces plats sont spécialement conçus pour les militaires qui passent beaucoup de temps à l’extérieur et dont le besoin en calories est par conséquent élevé. La valeur nutritive d’une croûte au fromage est d’environ 450 kilocalories (kcal). À titre de comparaison, un homme travaillant assis a besoin de 2500 à 3000 kcal par jour, et jusqu’à 4000 kcal si son travail est moyennement pénible. «C’est aussi sur la base de ces estimations que les plats servis à l’armée sont riches en calories. Les militaires travaillant sur le terrain ont besoin de cette énergie», explique le soldat Joel Bächli, qui travaille en cuisine avec le sgt Senn. Pour la subsistance de ses hommes, l’armée dispose de 8 fr. 75 par militaire et par jour. «Nous prenons en compte les végétariens, ajoute les sgt Senn, mais nous ne pouvons pas tenir compte des militaires végétaliens ou souffrant d’intolérance alimentaire. Normalement, ces personnes sont déclarées inaptes lors du recrutement.»

En feuilletant le règlement 60.006 f «Recettes de cuisine», on trouve aussi des mets exotiques, comme la poêlée à la chinoise. En raison de cette cuisine moderne, il reste peu de place pour les plats traditionnels, comme le pot-au-feu. Ce sont avant tout les anciennes générations qui ont pu s’en délecter dans leur gamelle. Il en est de même pour le «Chili Johny», le chilli con carne en boîte. Selon un communiqué du DDPS, le «Chilli Johny» pourrait bientôt se voir remplacé par d’autres plats. Le Développement de l’armée entraîne un nouveau plan de subsistance.

À propos, selon plusieurs sources, la fondue serait devenue le plat national grâce à l’armée. Son insertion dans la cuisine de la troupe dans les années 50 lui aurait permis de s’inviter dans la cuisine de maman… comme les croûtes au fromage d’ailleurs.


Retour WEF – CUMINAIVEL