print preview Retour WEF – CUMINAIVEL

Les chiens aboient, la caravane s’arrête

C’est la meilleure alliée des fusiliers: la compagnie des conducteurs de chiens 13/5. À Davos, les animaux à quatre pattes soutiennent les militaires pour sécuriser le WEF. Là-derrière se cache une intense collaboration de plusieurs années entre les animaux et leurs maîtres.

21.01.2019 | CUMINAIVEL | ts/fr

Les chiens sont dressés avec leurs maîtres pendant la préparation du WEF.
Les chiens sont dressés avec leurs maîtres pendant la préparation du WEF.

À Coire retentissent des aboiements devant le bâtiment de théorie. Pendant que les cadres reçoivent une formation à l’intérieur, un premier-lieutenant supervise un parcours d’obstacles pour les animaux sur un terrain enneigé. La préparation est ciblée: «Seuls ceux qui réussissent l’examen d’engagement sont autorisés à soutenir les fusiliers au WEF. La règle s’applique aussi bien aux animaux qu’aux militaires», explique l’adjudant David Huber, du Centre de compétences du service vétérinaire et des animaux de l’armée. La gestion de chiens laisse peu de place aux sentiments. Même s’il protège et aide efficacement son conducteur, le chien reste une arme, qu’il convient d’employer correctement. Une utilisation inadéquate peut mettre le reste de la troupe en danger. Il faut pouvoir faire confiance au chien, aussi bien dans le cadre d’un échange de tirs que dans le cas où le chien doit relâcher la personne neutralisée.

Le soldat Jana Guntli ne doute pas un instant qu’elle et son chien Cirko réussiront l’examen. «Nous sommes cependant tous un peu tendus», explique l’originaire de Sargans (SG), qui vient de commencer son deuxième CR en tant que conducteur de chien. Ce cours de répétition n'est pas comparable à un CR de formation, car le service au WEF est un véritable engagement. Elle doit avoir une confiance absolue en son berger allemand d’élevage suisse. Le sdt Guntli a grandi entourée de chiens, mais Cirko n'est entré dans sa vie qu’à l'école de recrue. Il semble qu'ils soient faits l'un pour l'autre. «J'ai même sauvé Cirko dans une rivière», dit-elle fièrement. Ce n'est pas un chien ordinaire. Il devient vite évident que, pour les conducteurs de chiens, tout tourne autour de leur relation avec leur animal.
 

La fonction de conducteur de chien dans l’armée demande beaucoup de temps et de travail. Outre les CR ordinaires, les militaires doivent prendre part à 25 cours d’entraînement avec leur animal par année. De plus, ils sont tenus de réussir un examen annuel. Avant le WEF, les chiens doivent encore être habitués à collaborer avec des fusiliers inconnus. Dans le cadre du WEF, les animaux devront soutenir les troupes dans la garde d’objets et pendant les contrôles d’accès.

Sur le terrain d’entraînement de Coire, les animaux et leurs maîtres montrent qu’ils sont prêts pour leur mission dans le cadre du WEF. Au terme d’une dernière simulation d’engagement, il ne fait plus aucun doute que quand «les chiens aboient, la caravane s’arrête». Plus d’un spectateur est ravi que les animaux obéissent à leurs maîtres au doigt et à l’œil.
 

En cas d'urgence, les maîtres-chiens doivent pouvoir compter sur leurs amis à quatre pattes dans toutes les situations.
En cas d'urgence, les maîtres-chiens doivent pouvoir compter sur leurs amis à quatre pattes dans toutes les situations.