print preview Retour WEF – CUMINAIVEL

«C’est très dur sur le plan physique»

Raphael Dähler est soldat du détachement d’intervention des spécialistes de montagne en service long à Andermatt. En entretien avec la rédaction de Cuminaivel, il parle de sa préparation, de la formation et du temps après l’armée.

21.01.2019 | CUMINAIVEL | ni/fe

sdtDahlerGEBSpez_ueberarbeitet

Soldat Dähler, vous êtes spécialiste de montagne du détachement d’intervention pour militaires en service long à Andermatt. Pourquoi avez-vous choisi cette arme?

À cause de ma copine (il rit). C’est une passionnée de sport en montagne, et elle m’a suggéré cette fonction. Je me suis tout de suite préparé avec enthousiasme pendant plus de six mois à l’examen d’aptitudes, car je n’étais pas aussi habile en montagne que ma copine et la plupart de mes camarades.

Vos attentes ont-elles été atteintes?

Elles ont même été dépassées! En tant que militaire en service long, je reçois une formation en été et en hiver. Je suis donc bien préparé pour d’autres expéditions privées en montagne.

En qualité de spécialiste de montagne, vous vous exposez à certains dangers. Qu’en pense votre entourage?

Au début, mes parents étaient un peu sceptiques. Je n’avais pas les bases. Mais en fin de compte, cette décision m’appartenait, et ils m’ont soutenu dans ce sens.

Quel a été le point fort jusqu’à présent?

Sans aucun doute la semaine dans la vallée de Saas. Nous sommes arrivés au bout de plusieurs sommets de plus de 4000 mètres et avons effectué des tours d’escalade impressionnants. Tout à fait mon truc.

Mais la suite ne sera pas de tout repos.

C’est clair, c’est très dur sur le plan physique. Nous sommes dehors pendant sept à huit heures par jour et passons parfois la nuit dans les montagnes. En hiver, c’est particulièrement difficile. Cela l’est d’autant plus que nous n’étions que 35 aspirants spéc mont pendant l’ER. En d’autres termes, les supérieurs nous ont tous à l’œil, ce qui n’est toujours drôle non plus (il rit).

En avril, vous quitterez l’armée. Qu’est-ce que votre «séjour» à Andermatt vous aura apporté?

La formation est une bonne préparation pour envisager l’objectif professionnel de devenir guide de montagne. Mais comme je l’ai déjà dit, je peux aussi utiliser ce que j’ai appris dans un contexte privé. Qui plus est, j’ai tissé des liens très forts avec mes camarades. Je ne manquerai pas de faire quelques expéditions avec mes nouveaux amis dans les montagnes suisses.

Biographie express

Sdt Raphael Dähler a 19 ans et vient du canton d’Appenzell. Il effectue son service militaire d’une traite au détachement d’intervention des spécialistes de montagne à Andermatt. Il quittera l’armée en avril.    

Centre de compétences du service alpin de l'armée

Situé à Andermatt, le Cen comp S alpin A assure au sein de l’armée un service alpin interforces pour les Forces terrestres et les Forces aériennes. La concentration de toutes les compétences spécialisées au sein d’un même Centre permet de maintenir un service alpin de haut niveau, malgré les ressources qui diminuent.

Informations supplémentaires