Développement des capacités

Le KAIPTC à Ghana.
Deux officiers suisses sont engagés auprès de la KAIPTC au Ghana.

Apprenez-en davantage ici sur les possibilités d’engagement dans le développement des capacités.

Lien direct avec les formulaires de candidature et les dates de recrutement

Soutien à l'instruction dans la promotion de la paix

Depuis 2006, l’Armée suisse apporte son soutien au Centre International Kofi Annan de Formation au Maintien de la Paix (KAIPTC), à Accra (Ghana), en y détachant des officiers. L’engagement s’est développé au fil des années : constitué d’un seul officier au début, il est aujourd’hui formé de trois Suisses. Au KAIPTC, ils accomplissent un engagement de promotion de la paix et exercent respectivement les fonctions de "Head of Training, Evaluation and Development (TED)", de *cours director" et de "digital communications / website management officer". En parallèle du soutien qu’il offre en matière de personnel, le DDPS finance aussi deux cours, chaque année depuis 2010 ; le DFAE prend en outre à sa charge les frais d’un cours supplémentaire. L’engagement de l’Armée suisse se fonde sur l’art. 48a de la loi sur l’armée.

Les tâches suivantes relèvent de la responsabilité du chef TED :

  • diriger et coordonner la surveillance et l’évaluation de tous les cours proposés ;
  • diriger le développement de nouveaux cours ;
  • assurer la coordination entre les divisions de la recherche et celle de la formation en ce qui concerne les aspects du développement de cours.
     

Le directeur de cours est chargé de veiller à ce qu’un cours donné soit bien préparé du point de vue logistique et administratif. Il apporte également son soutien au chef TED dans le cadre du domaine d’activité de ce dernier.

Selon le rapport sur l’armée 2010, l’une des priorités de l’Armée suisse dans le contexte de la promotion militaire de la paix consiste en « l’envoi de personnes non armées en qualité d’observateurs militaires, d’officiers d’état-major et d’instructeurs pour le développement de capacités dans la promotion militaire de la paix sur place ». Selon l’objectif à moyen terme dans ce contexte, jusqu’à cinq centres d’instruction devraient pouvoir bénéficier des prestations de militaires suisses. Avec son engagement auprès du KAIPTC, l’Armée suisse remplit cette mission qui lui est confiée. Depuis août 2014, la Suisse apporte également son soutien en Afrique orientale avec l’engagement des officiers dans un autre centre d’instruction, l’International Peace Support Training Centre (IPSTC), à Nairobi (Kenya).

Depuis sa fondation en 2003, le KAIPTC est devenu la plus importante institution de formation et de recherche en Afrique occidentale dans les domaines de la prévention des conflits et de la promotion de la paix. Depuis 13 ans, près de 10 000 militaires, policiers et civils ont été préparés dans ce centre à accomplir des opérations de promotion de la paix multidimensionnelles. Les domaines d’apprentissage sont très variés : analyse des conflits et médiation, réforme du secteur de la sécurité, coopération civilo-militaire, protection de la population, droit international des conflits armés ou encore planification et logistique. Le centre propose en outre deux programmes de master reconnus.

Le centre fait partie de l’armée ghanéenne. Les quelque 300 employés militaires et civils sont en majorité des Ghanéens. Le centre est situé sur un vaste domaine en périphérie d’Accra. Les installations du centre comprennent, outre des bureaux, des salles de séance et de réunion, une bibliothèque et une cantine. Des chambres sont par ailleurs à disposition pour les participants aux cours. Le personnel du centre n’y réside pas ; il vit à l’extérieur dans des logements privés.

Depuis août 2014, l’Armée suisse apporte son soutien à l’International Peace Support Training Centre (IPSTC), à Nairobi (Kenya) avec un officier chef de cours. Depuis le mois de mai 2016, un deuxième officier suisse occupe sur place la fonction de „Head of Training“. Ce militaire a été mis à disposition conformément à l’art. 48a de loi fédérale sur l’armée.

Les responsabilités d’un chef de cours comprennent notamment :

  • la planification et la coordination des programmes de cours ;
  • la coordination de tous les aspects des cours d’instruction ;
  • le conseil apporté au commandant de l’IPSTC à propos des opportunités et défis en lien avec l’instruction ;
  • la coordination globale et les contacts avec les partenaires dispensant des cours auprès de l’IPSTC ;
  • le soutien fourni pour la mise en place, le développement et l’organisation des cours d’instruction.


Selon le rapport sur l’armée 2010, l’une des priorités de l’Armée suisse dans le contexte de la promotion militaire de la paix consiste en l’envoi « de personnes non armées en qualité d’observateurs militaires, d’officiers d’état-major et d’instructeurs pour le développement de capacités dans la promotion militaire de la paix sur place. » L’objectif à moyen terme est la fourniture de prestations par des militaires suisses dans cinq centres d’instruction au maximum. Avec son engagement auprès de l’IPSTC, l’Armée suisse soutient maintenant deux centres d’instruction. Depuis 2006 déjà, des officiers suisses exercent diverses fonctions au sein du Kofi Annan International Peacekeeping Training Centre (KAIPTC), à Accra (Ghana).

L’IPSTC jouit d’une bonne réputation tant sur le plan régional qu’international. La collaboration à l’échelon régional avec les Etats et organisations africaines est étroite. Au niveau international, l’IPSTC coopère avec l’ONU, l’Union africaine (UA) et les organismes régionaux de ces dernières, ainsi qu’avec des Etats partenaires occidentaux, tels que les USA, le Royaume-Uni, le Canada, l’Allemagne et le Japon. Beaucoup d’Etats africains et de nombreux pays occidentaux profitent de cette offre de formation pour préparer leurs militaires à accomplir des missions de l’ONU en Afrique. Le financement de ce centre d’instruction repose sur des bases solides.

L’IPSTC dispose d’une excellente infrastructure rendant possible l’organisation simultanée de cours pour quelque 500 participants. Un village d’exercice aux vastes dimensions permet notamment de présenter les situations les plus diverses au plus proche de la réalité. La majorité des collaborateurs d’état-major de l’IPSTC est issue de l’armée kényane.