print preview

Retour SWISSCOY KFOR


La section de pionniers de la SWISSCOY : une offre de soutien polyvalente

La section de pionniers du contingent 49 de la SWISSCOY accomplit des tâches très variées : que ce soit pour les missions nationales ou pour celles en faveur de la KFOR, les pionniers suisses mettent leur savoir-faire en pratique. Des exercices multinationaux leur permettent de s’entraîner avec les nations partenaires et de maintenir un haut niveau de disponibilité opérationnelle. Une chose est sûre : dans cette section, les engins lourds jouent un rôle primordial.

02.11.2023 | Texte : of spéc Aisha Seitz, of presse et information SWISSCOY 49 Photos : of spéc Andreas Müller, rempl of presse et information SWISSCOY 49

De tels engins lourds sont utilisés pour dégager les barrages routiers.
De tels engins lourds sont utilisés pour dégager les barrages routiers.

Garantir un contexte stable (Safe and Secure Environment) et assurer la liberté de mouvement (Freedom of Movement) au Kosovo font partie des tâches de base de la mission multinationale. Bien que les pionniers accomplissent diverses tâches en faveur du contingent pendant l’engagement, la section de pionniers du contingent 49 de la SWISSCOY est rattachée au Joint Logistic Support Group de la KFOR, qui lui attribue directement des mandats.

« C’est en forgeant que l’on devient forgeron »

Les pionniers s’entraînent régulièrement au dégagement des barrages routiers, comme il y a deux semaines au camp Novo Selo. Dans ce scénario, les troupes hongroises se sont chargées du contrôle de la foule et des émeutes (Crowd and Riot Control) et ont repoussé des manifestants qui se trouvaient devant le barrage. Ensuite, l’équipe d’élimination des munitions non explosées (Explosive Ordnance Disposal), composée également de spécialistes suisses, a pu intervenir. Les machines spéciales n’entrent en action pour dégager le passage que si aucun explosif n’a été détecté ou si le danger correspondant a été écarté (explosif éliminé).

Parmi les pionniers se trouvait le sergent Renato Schurter, employé comme pionnier en génie civil et conducteur de machines de chantier. Avec sa chargeuse sur pneus Caterpillar, il a notamment pour mission de dégager les obstacles volumineux. Ce paysagiste de formation a choisi de s’engager parce qu’il voulait faire quelque chose de complètement nouveau, loin de chez lui. Peu de temps seulement après le début de son engagement au sein du contingent, il en retire déjà une certaine expérience en matière de diversité, utile pour son avenir professionnel et privé : « Je travaille ici avec des personnes qui ne parlent pas la même langue et qui pensent parfois complètement différemment. » Il apprécie en outre la possibilité de découvrir d’autres armées et d’autres cultures : « Maintenant, je considère différemment la situation de certains pays où beaucoup de choses ne sont pas aussi sûres que chez nous. »

Des talents multiples au sein du camp

Les militaires de la section de pionniers ne se contentent pas d’éliminer des obstacles. Ils sont très polyvalents : responsables de l’entretien et de l’aménagement des camps, ils planifient et réalisent aussi des projets dans le domaine du bâtiment et du génie civil. En bref, les domaines dans lesquels leur aide est sollicitée sont nombreux.

Le système de milice suisse unique en son genre permet à la SWISSCOY, et donc à la KFOR, de faire appel à des experts spécialisés dans les domaines les plus divers, tels que des électriciens, des installateurs sanitaires, des constructeurs bois et métaux ou encore des maçons. Après l’exercice, le sgt Schurter parvient au même constat : « L’expertise issue du domaine civil est une importante contribution de la Suisse au travail effectué sur place. »
 

 

Travailler dans la promotion de la paix


Retour SWISSCOY KFOR