print preview

Retour SWISSCOY KFOR


Un officier de carrière acquiert de nouvelles expériences

En automne 2021, pour la première fois dans l’histoire, un commandant du contingent national SWISSCOY prenait une fonction supplémentaire au sein d’un élément opérationnel de la KFOR : la tâche de Chief of Staff du Joint Logistic Support Group, qui requiert un grand savoir-faire, de la flexibilité et un talent de coordination. L’Armée suisse profite aussi de l’expérience acquise au sein de l’unité de soutien logistique de la KFOR.

09.10.2023 | of spéc Xhetare Rexhaj, of presse et information, SWISSCOY 48

Le col EMG Raoul Barca, officier de carrière, commandant du contingent national (NCC), est responsable des 195 personnes engagées au sein du 48e contingent SWISSCOY.
Le col EMG Raoul Barca, officier de carrière, commandant du contingent national (NCC), est responsable des 195 personnes engagées au sein du 48e contingent SWISSCOY.

En prenant la fonction de chef d’EM du Joint Logistic Support Group (JLSG) de la KFOR en plus de sa fonction de commandant du contingent national (NCC), l’ancien commandant de la SWISSCOY a implicitement accepté de jouer un troisième rôle, celui de représentant officiel de la Suisse. Le col EMG Raoul Barca, NCC du 48e contingent SWISSCOY, a suivi cet exemple. En tant que NCC, il est responsable des 195 personnes engagées en neuf emplacements différents au Kosovo sous les couleurs de la SWISSCOY. Assisté de son état-major, il assume la gestion du personnel et la conduite logistique du contingent. Dans sa fonction de représentant de la Suisse, il a régulièrement des contacts avec ses homologues des autres nations présentes sur les lieux et avec l’ambassadeur suisse au Kosovo. Un tel cahier des charges exige, de la part du col EMG Raoul Barca, une parfaite vue d’ensemble et une excellente planification. « Il faut être bien organisé et savoir se montrer suffisamment souple pour faire le grand écart entre les obligations nationales, internationales et les tâches de représentation. Pour y parvenir, il est nécessaire de travailler étroitement avec le chef EM de la SWISSCOY », explique-t-il. « Les échanges d’idées et la coopération dans un tel contexte politique me passionnent et apportent une plus-value à mon travail. Il s’agit d’une autre forme de partenariat que celle que nous connaissons en Suisse. Ici, tout est plus intensif, plus direct », poursuit le NCC.

Le Staff du JLSG ne saurait être comparé à un EM national. ll n’existe aucun domaine de base de conduite proprement dit, mais diverses sous-unités logistiques dont les tâches se recoupent parfois, mais qui travaillent indépendamment les unes des autres. La mission d’un Chief of Staff est donc davantage axée sur la planification et sur la coordination opérationnelle des divers domaines dont il est responsable. Revêtant la fonction de conseiller du commandant du JLSG, il est également chargé du suivi d’actions telles que, par exemple, l’engagement du Freedom of Movement Detachement (FoMD) suisse dépendant du JLSG pour le démantèlement de barrages routiers. Heureusement, le 48e contingent n’a, pour l’instant, pas vécu ça.

Des exercices permettant d’entraîner les capacités et les processus nécessaires au maintien de la disponibilité opérationnelle du FoMD sont organisés régulièrement. Le col EMG Raoul Barca et le commandant du JSLG sont souvent présents lors de ces exercices. Ils en observent le déroulement et ordonnent les corrections nécessaires. « Je tiens à être présent au sein de la troupe et à observer ces exercices. Finalement, c’est moi qui en porte la responsabilité. Je veux donc être sûr de la façon dont travaille le FoMD. De plus, en tant que NCC, je trouve qu’il est important que mon supérieur connaisse et voie de près les capacités de la SWISSCOY, qui conduit le FoMD », précise l’officier suisse.

D’autre part, dans un cadre international, les processus sont différents. Dans sa fonction de Chief of Staff du JLSG, le col EMG Raoul Barca apprend à connaître les points forts et les points faibles de ces procédures. « Je profite de cette expérience en tant qu’officier de carrière et espère qu’elle apportera un retour sur investissement à notre Armée suisse », déclare-t-il.

Quinze nations, qui ont toutes leurs particularités, agissent au sein du JLSG. Les processus de travail d’état-major, de planification de l’action et de conduite de l’action sont toutefois comparables à ceux de l’Armée suisse. Le col EMG Raoul Barca a reçu de nombreux commentaires positifs sur les prestations de la SWISSCOY. Le système de milice semble être à l’origine de ce succès : il permet en effet d’engager des spécialistes de renom, dont le savoir-faire approfondi a beaucoup de valeur, en particulier dans le contexte du JLSG. Au sein du JLSG, la Suisse apporte de nombreux types de prestations : des éléments helvétiques sont intégrés, par exemple, dans les domaines des transports, du génie, de l’élimination des munitions non explosées et de la liberté de mouvement. « Les performances de nos compatriotes me réjouissent. Nous apportons une contribution importante et pleine de sens à la KFOR », conclut le col EMG Raoul Barca.

Dans sa fonction supplémentaire de Chief of Staff du Joint Logistic Support Group de la KFOR, il observe les exercices du Freedom of Movement Detachment pour s’assurer que tous les processus sont bien maîtrisés.
Dans sa fonction supplémentaire de Chief of Staff du Joint Logistic Support Group de la KFOR, il observe les exercices du Freedom of Movement Detachment pour s’assurer que tous les processus sont bien maîtrisés.


Retour SWISSCOY KFOR