Déminage humanitaire

Apprenez-en davantage ici sur les possibilités d’engagement dans le déminage humanitaire.

Lien direct avec les formulaires de candidature et les dates de recrutement

Militaires suisses au Soudan du Sud

Depuis qu’il est devenu un sujet international il y a plus d’une vingtaine d’années, le déminage humanitaire a beaucoup progressé : de nouveaux instruments de droit international ont été créés et sont appliqués systématiquement ; la technologie de déminage a été uniformisée pour davantage d’efficacité et de sécurité ; de vastes territoires ont été déminés et d’innombrables stocks ont été détruits. Malgré tous ces progrès, les mines antipersonnel, les armes à sous-munitions et les restes explosifs de guerre continuent à provoquer année après année de nouvelles victimes. Un grand nombre de personnes souffrent des conséquences de l’utilisation de ces armes, qui entravent le développement social et économique des populations ainsi que la mise en place d’un ordre pacifique et politiquement stable dans les pays concernés.

Depuis 1999, année depuis laquelle elle applique la Convention du 18 septembre 1997 sur l’interdiction des mines antipersonnel (ou « Traité d’Ottawa »), la Suisse est devenue un acteur important dans les efforts réalisés par la communauté internationale. Depuis lors, cette convention a été ratifiée par 162 Etats. La Suisse a également adhéré à la Convention sur les armes à sous-munitions et encourage le développement et l’application de ces instruments sous le terme générique de « déminage humanitaire ».

L’engagement de la Suisse pour le déminage humanitaire se conjugue sous forme d’aide à un développement autonome. Concrètement, il s’agit de se rendre dans la zone d’engagement pour aider les populations autochtones à développer leurs capacités – équipes de démineurs, mais aussi structures de gestion et de conduite – et les rendre opérationnelles à long terme en leur transmettant les connaissances requises. Les programmes soutenus dans ce contexte sont directement dirigés par des agences de l’ONU : le programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et le Service de l’action antimines des Nations Unies (UNMAS).

Depuis plus de quinze ans, le DDPS met des spécialistes de l’Armée suisse à disposition des programmes de déminage de l’ONU. Pour ces engagements, l’armée fait appel à des volontaires de la milice ainsi qu’à des professionnels civils et militaires. Ces spécialistes restent très demandés car leur contribution aux programmes de déminage de l’ONU est importante.

Les militaires de milice sont engagés dans les questions de la logistique, les finances, la gestion et la gestion de l’information. Ceux qui sont au bénéfice d’une formation et d’une expérience civiles en qualité de logisticien, d’informaticien (en particulier avec des connaissances spécialisées dans les banques de données, les réseaux et le SIG), de comptable et d’employé de commerce, ou d’une autre formation équivalente, sont engagés en priorité..

Pour un tel engagement, il faut remplir au préalable un certain nombre de conditions, en alliant notamment des connaissances militaires de base, une expérience du commandement et une spécialisation civile. Les soldats, sous-officiers et officiers intéressés doivent pouvoir faire preuve d’une grande autonomie dans un contexte international, communiquer en français et/ou en anglais et fournir les prestations requises dans un environnement interculturel. Il importe aussi de disposer d’une bonne résistance physique et psychique. En échange, un engagement dans ce domaine permet de vivre une expérience inoubliable et unique en son genre. Il se déroule sous la responsabilité de l’autorité civile, pour une durée d’une année en principe, pouvant être prolongée.

Le personnel professionnel civil et militaire provient presque exclusivement du Centre de compétences de déminage et d’élimination de munitions non explosées (Cen comp NBC-DEMUNEX) à Thoune. Les spécialistes sont engagés là où leurs compétences spécifiques sont demandées.

Les activités politiques et opérationnelles de la Confédération sont définies pour la législature en cours dans la Stratégie antimines de la Confédération suisse 2012 – 2015. Le but principal consiste à donner des impulsions concrètes sur place pour éviter de nouvelles victimes et améliorer les conditions de vie des populations concernées. La Confédération y consacre entre 16 et 18 millions de francs par année. L’application des instruments de droit international et l’exploitation des synergies entre coopération au développement et déminage humanitaire sont au centre de ces préoccupations. En outre, la Suisse souhaite collaborer d’emblée activement au développement de nouveaux instruments et concepts, ainsi qu’à l’émergence de nouvelles thématiques.

La Confédération pratique le partage des tâches en matière de déminage humanitaire. Son aide est coordonnée par la Direction du développement et de la coopération (DDC), qui se concentre sur l’aide aux victimes, la prévention et le développement de capacités locales. Quant à la Division Sécurité humaine du DFAE, elle se consacre notamment à des projets de déminage et aux subventions financières attribuées au Centre international de déminage humanitaire – Genève (CIDHG). Le DFAE continue aussi de jouer un rôle de premier plan sur la scène politique, y compris dans la conception des stratégies.

Le DDPS apporte également un soutien matériel en mettant notamment à disposition des systèmes spéciaux de charges creuses développés en Suisse (systèmes SM-EOD). Ces systèmes de désamorçage permettent une destruction sans contact, donc sans danger, des munitions non explosées et des mines.

Des projets dans les domaines de la gestion de l’information (Information Management System for Mine Action, IMSMA), de la normalisation internationale (International Mine Action Standards, IMAS) et de la gestion de la qualité sont soutenus avec l’appui du CIDHG. Dans le cadre du Partenariat pour la Paix (PPP), le DDPS organise en outre chaque année, en collaboration avec le CIDHG, des cours d’introduction et de formation continue dans le domaine du déminage humanitaire.