print preview Retour Promotion militaire de la paix

SWISSCOY Update - Des travaux au profit de la KFOR

Des pluies diluviennes se sont abattues sur le Kosovo au cours des derniers mois. Lors de nos tournées, il nous était impossible de passer à côté des traces qu’elles ont laissées partout. Des champs inondés, des fleuves et des rivières en crue, des routes et des ponts détruits jalonnaient le paysage. Même la place de tir de Razorback, utilisée régulièrement par la KFOR, a été endommagée par les masses d’eau. Depuis lors, elle a été remise en état par l’élément de soutien national (ESN) de la SWISSCOY.

31.03.2021 | Of spéc Christian Busenhart et sgt Laura Marty, PIO du contingent 43 de la SWISSCOY

Umbau_Razorback6

 

La place de tir de Razorback, lieu de nombreuses instructions de la SWISSCOY, était encore en bon état proprement dit. Certes, avant les intempéries, les poutres en bois pour les cibles étaient vermoulues par endroits et le gravier manquait ici ou là, mais les éléments hauts en béton à gauche et à droite et le monticule de sable, butte pare-balles pour les projectiles, étaient encore sûrs et fonctionnels. Les pluies continues de la fin janvier ont tout changé. Derrière la place de tir, l’imposante montagne de terre et de déchets s’est mise en mouvement. La masse a renversé les piliers en béton et inondé des parties de l‘installation. Pour tenir le niveau d’instruction élevé du contingent, requis même à l‘engagement, il a fallu trouver une solution rapidement, faute de quoi, l‘instruction au tir serait tombée à l’eau, à proprement parler. Avec des membres de la mission « État de droit » menée par l’Union européenne au Kosovo (EULEX), nos camarades de l’ESN se sont mis à l‘ouvrage afin de rendre la place de nouveau utilisable.

 

Tout d’abord, il faut évacuer la boue qui s’est déposée sur la place Avec une pelle hydraulique Caterpillar du type 320E du parc de véhicules de la SWISSCOY, le sgt Peter Purtschert entasse des centaines de kilos de boue et de déchets mélangés. Pendant ce temps, l’app chef Max Rhiner aplanit la montagne avec une chargeuse à roues Caterpillar IT28G. Il déplace les chargements au fur et à mesure et les transporte vers une décharge située à l’extérieur du terrain. Du personnel de l’EULEX est venu en renfort avec un camion pour évacuer le mélange de terre. « Quand tout sera débarrassé, nous allons niveler la place et réinstaller les piliers en béton à leur emplacement », explique l’app chef Rhiner.

 

Aussitôt dit, aussitôt fait. À peine deux semaines plus tard, les travaux à Razorback sont presque terminés. Quand nous arrivons, le sdt Thomas Lächler est justement en train de traiter les dernières poutres en bois pour les dispositifs de maintien des cibles. Le sgt Purtschert est de nouveau sur place avec la pelle. Il égalise le gravier fraîchement livré. « En fait, nous attendons encore un chargement de matériel, mais il semble tarder », nous explique le spécialiste du génie civil du groupe d'infrastructure du contingent 43 de la SWISSCOY. Il reste cependant confiant : « demain nous aurons vraisemblablement terminé les travaux. » Et ce fut le cas, et grâce au bon travail de l’ESN, plus rien ne s’oppose au bon déroulement de l’instruction au tir du contingent 43 de la SWISSCOY.