print preview

Nouveau concept de coordination nationale des unités de soins intensifs

Berne, 30.10.2020 – Le Service sanitaire coordonnée SSC a élaboré, avec d’autres acteurs du secteur de santé, un concept de coordination nationale des unités de soins intensifs, l’objectif étant que, ’durant la pandémie de COVID-19, une cellule centrale de coordination assure une utilisation optimale de toutes les capacités de traitement en médecine intensive disponibles en Suisse.

La situation dans les unités de soins intensifs est sérieuse. En cas de suroccupation, les hôpitaux et les cliniques prévoient donc des transferts de patientes et de patients en soins intensifs. Les transferts ont lieu en premier lieu au sein d’un même canton et, en second lieu, dans le cadre de conventions de prestations et d’accords intercantonaux. L’objectif est en outre de garantir une utilisation optimale de toutes les capacités de traitement disponibles en Suisse. Le bien-être des patientes et des patients motive prioritairement toutes les décisions. Le Service sanitaire coordonné SSC a donc développé un concept correspondant en accord avec le Secrétariat général de la Conférence suisse des directrices et directeurs cantonaux de la santé et en coopération avec H+ Les hôpitaux de Suisse, la Société Suisse de Médecine Intensive SSMI et l’Interassociation de sauvetage IAS. Si nécessaire, le SSC soutient les unités de soins intensifs avec une cellule de coordination nationale pour le transfert des patientes et patients. Cette cellule de coordination a un rôle subsidiaire et ne remplace aucun des réseaux ou accords existants entre les unités de soins intensifs, les hôpitaux et les cantons. S’il n’est plus possible de transférer les patientes et patients par les canaux existants, les responsables des unités de soins intensifs pour les transferts suprarégionaux et nationaux prennent directement contact avec la nouvelle cellule de coordination nationale.

Le SSC a confié à la centrale d’intervention de la Garde aérienne suisse de sauvetage Rega le rôle de cellule de coordination nationale. Elle est la seule centrale d’alarme active au niveau national et possède des décennies d’expérience dans la coordination des transferts de patientes et patients dans toute la Suisse ainsi qu’une connaissance approfondie du paysage hospitalier. La cellule de coordination nationale opère sous la surveillance d’un comité de pilotage composé de professionnels qualifiés.

Garantir une coordination optimale

Les hôpitaux dégagent des capacités supplémentaires en reportant les interventions non urgentes. Les transferts ne sont effectués que lorsque ces capacités sont également épuisées. Dans ce cas, la cellule de coordination nationale sert d'intermédiaire pour le transfert de patientes et patients vers d’autres régions sur notification d’une unité de soins intensifs. Le concept prévoit que les patientes et patients en soins intensifs doivent être transférés en priorité dans des unités de soins intensifs certifiées avant que des lits supplémentaires de traitement ad hoc ne soient créés. Les transferts peuvent être initiés par la cellule de coordination si le taux d’occupation en soins intensifs est de 80 % ou supérieur, dont 20 % ou plus sont des patientes et patients COVID-19. Après approbation de l’unité de soins intensifs qui transfère les patients et de celle qui s’apprête à les accueillir, la centrale locale d’appels sanitaires urgents organise un transport aérien ou routier adéquat. Les autorités sanitaires compétentes des cantons sont impliquées dans la procédure.

L’annonce des capacités des soins intensifs, un élément-clé

Le transfert à l’échelle suprarégionale et nationale vers des unités de soins intensifs certifiées disposant de réserves de capacités est basé sur une analyse continue de l’utilisation de la charge signalée par les hôpitaux dans sept grandes régions. Selon la définition de l’Office fédéral de la statistique OFS, il s’agit de la Suisse orientale, de Zurich, de la Suisse centrale, de la Suisse du Nord-Ouest, de l'Espace Mittelland, de la région lémanique et du Tessin.

Afin de garantir que la cellule de coordination dispose d’informations fiables sur les capacités en termes de lits, les hôpitaux enregistrent actuellement leurs chiffres deux fois par jour dans le Système d’Information et d’Intervention (SII). Le SSC a informé les hôpitaux du rythme de mise à jour le 27 octobre 2020. La cellule de coordination nationale se tient dès à présent à la disposition des unités de soins intensifs.

Plus d'informations

Adresse pour l'envoi de questions

Daniel Reist
Porte-parole de l’armée
+41 58 464 48 08

Editeur