print preview

La nétiquette sur les médias sociaux de l’Armée suisse

 

Cher utilisateur, chère utilisatrice des médias sociaux,

Tu as consulté une page officielle de l’Armée suisse. Nous t’invitons à t’informer plus en détail et à prendre contact avec nous. Nous répondrons volontiers à tes questions. Toute contribution est prise au sérieux, et nous ne souhaitons pas devoir en supprimer, raison pour laquelle nous rappelons les règles de la nétiquette sur les médias sociaux de l’Armée suisse.

Nous voulons promouvoir

  • les commentaires respectueux, ouverts et bienveillants ;
  • la tolérance, même si les opinions divergent ;
  • les contributions constructives stimulant la réflexion.

Nous ne tolérons pas les textes, les illustrations, les vidéos ou toute action

  • à caractère choquant, obscène, pornographique, raciste ou discriminatoire, constituant une menace ou une incitation à la violence, dont le contenu est blessant, diffamatoire, mal intentionné ou contraire à la loi ;
  • qui portent atteinte aux droits de tiers (y compris les droits d’auteur et les droits de la personnalité) ;
  • qui constituent une publicité directe ou indirecte pour des produits de tiers ;
  • qui contiennent des insinuations non vérifiables ou des accusations personnelles.

Lorsque tu publies un contenu sur les médias sociaux, fais attention à

  • bien indiquer la source des citations que tu mets en ligne ;
  • respecter les droits d’auteur et les droits de la personnalité (ceci est valable également pour les copies d’écran ou le transfert d’images) ;
  • ne pas mettre en ligne des publications contenant des données personnelles (protection des données) ;
  • ne pas communiquer d’informations en rapport avec le service. Les demandes de congé ou autres questions de ce type se règlent par voie hiérarchique.

Afin de répondre aussi rapidement que possible aux questions de la communauté, l’équipe de rédaction vérifie les publications du lundi au vendredi, de 8 h à 18 h. Nous nous réservons le droit de supprimer les contenus qui contreviennent aux règles de la nétiquette, et d’exclure leur auteur en cas de récidive.

Nous ne pouvons malheureusement pas réagir en temps réel à toutes les publications. Nous nous efforçons cependant de réduire les délais et de maintenir un contact actif avec la communauté. Merci de faire preuve de compréhension !

Frequently Asked Questions (FAQ)

Puis-je effectuer un service militaire en tant qu’étranger résidant en Suisse ?

L’Armée suisse est organisée selon le principe du système de milice. Tous les citoyens suisses ont l’obligation d’accomplir du service militaire. Les personnes qui n’ont pas de passeport suisse ne peuvent donc pas effectuer de service militaire en Suisse.

Les Suissesses peuvent s’engager à titre volontaire.

Les Suisses de l’étranger sont exemptés du recrutement et de l’obligation de servir aussi longtemps qu’ils résident dans un autre pays (cette disposition connaît toutefois quelques exceptions concernant les pays voisins). Les Suisses de l’étranger ont également la possibilité, sous certaines conditions, de se présenter au recrutement lors d’une procédure particulière et d’accomplir leur école de recrues ainsi que le service militaire en Suisse.

Un citoyen suisse qui revient au pays est en principe à nouveau soumis aux obligations militaires, pour autant que son âge le permette et qu’il soit déclaré apte au service.

Informations complémentaires :

Obligation de servir

Pourquoi des moyens militaires sont-ils engagés pour apporter un appui à des manifestations civiles ?

En Suisse, de nombreuses manifestations civiles d’importance nationale ou internationale ne pourraient pas avoir lieu sans les prestations d’appui fournies par l’armée. Les conditions sont réglées par l’ordonnance du 21 août 2013 concernant l’appui d’activités civiles et d’activités hors du service avec des moyens militaires (OACM ; RS 513.74).

Informations complémentaires :

Appui des manifestations civiles avec des moyens militaires

Pourquoi l’armée ne communique-t-elle pas en romanche ?

Le romanche est une des quatre langues nationales, mais elle n'est une langue officielle que dans les rapports avec les personnes de cette langue.

La Chancellerie fédérale se charge de la coordination de toutes les questions liées au romanche au sein de l’administration fédérale. Elle identifie au fur et à mesure, conjointement avec les offices et départements de la Confédération, les textes importants qui doivent être traduits en romanche, en fonction des besoins et des possibilités [source : site de la Chancellerie].

En l’occurrence, la traduction des contenus pour le web ou des publications pour les réseaux sociaux en romanche ralentirait le travail plurilingue des autorités politiques, judiciaires et administratives et constituerait aussi un frein dans le domaine de l’instruction militaire. Une telle mesure serait donc peu proportionnée.