print preview Retour Formation d’application du génie et du sauvetage/NBC

Ce n’est pas un musée !

On compte en Suisse près de 2500 zones de buts de l’armée, désaffectées ou encore utilisées. Malgré des campagnes régulières de nettoyage, il n’est pas rare de tomber sur des munitions non explosées qui sont souvent difficiles à identifier en raison de leur état ou de l’endroit où elles sont détectées. L’assortiment de référence comprenant plus de 5000 objets constitue une ressource essentielle pour instruire les spécialistes DEMUNEX et leur apprendre à mieux identifier les munitions.

10.08.2021 | Communication Défense, Jonathan Binaghi

L’assortiment de référence comprenant plus de 5000 objets constitue une ressource essentielle pour instruire les spécialistes DEMUNEX.
L’assortiment de référence comprenant plus de 5000 objets constitue une ressource essentielle pour instruire les spécialistes DEMUNEX. ©VBS/DDPS, Centre de compétences NBC-DEMUNEX

On compte en Suisse près de 2500 zones de buts de l’armée, désaffectées ou encore utilisées. Les plus grandes sont en hauteur : Axalp, Bière, Bure, Isone, Säntis ou Simplon. En s’y baladant, on peut facilement tomber sur des munitions ou des débris non explosés, qui peuvent toujours représenter un danger, même après des décennies. Ayant à cœur de préserver l’environnement, les offices de coordination des divisions territoriales de l’Armée suisse organisent régulièrement des journées de nettoyage. Mais, même si les spécialistes DEMUNEX ou les spécialistes de troupe instruits auprès du Centre de compétences NBC-DEMUNEX de l’armée fouillent méthodiquement les zones de buts, ces sites sont trop vastes et difficiles d’accès pour qu’ils arrivent à tout détecter.

Diversité des objets identifiés

De plus, les munitions ou les restes de munitions non explosées ne se trouvent pas uniquement dans les zones de buts, mais aussi dans les lacs, dans les champs, en ville et même dans certaines maisons. S’y ajoute une complication : les matériaux sont souvent abimés, déformés ou rouillés suite à leur utilisation ou aux conditions météorologiques, ce qui les rend plus difficiles à identifier et à distinguer d’autres déchets. Dans le doute, il faut faire preuve d’une extrême prudence en considérant tout objet suspect comme une munition non explosée et appliquer la règle : ne pas toucher, marquer l’emplacement et signaler la découverte.

Plus de 600 types de munitions

Même les spécialistes du commandement DEMUNEX ont parfois du mal à identifier ces objets. Heureusement, ils ont tout un assortiment de référence à disposition avec plus de 600 types de munitions. Entamée à la fin des années 1960 par le groupe spécialisé 26 du Groupement de l’armement (ancêtre d’armasuisse et de RUAG), cette collection est gérée depuis 2004 par le commandement DEMUNEX, qui continue à l’enrichir. Elle contient des modèles de toutes les munitions en dotation (ou qui l’ont été) dans l’Armée suisse, mais aussi nombre de modèles étrangers. A chaque fois que les spécialistes DEMUNEX en mission à l’étranger découvrent de nouveaux modèles, ils essaient d’acquérir les munitions inertes correspondantes à travers les canaux officiels comme armasuisse.

Aide précieuse pour la formation des spécialistes

À ce jour, plus de 5000 objets en bon état ont été documentés dans un but d’instruction. Sous ses apparences de musée, la collection est en réalité un outil de formation. Elle permet d’entraîner la reconnaissance visuelle et l’identification, deux compétences particulièrement nécessaires aux spécialistes DEMUNEX pour effectuer leur travail en toute sécurité sur le terrain.

Trouvé des munitions

Il est important de connaître les règles de comportement à adopter lorsque l’on trouve des munitions, qu’elles soient en partie ou non explosées, car même des décennies plus tard, elles peuvent constituer un danger. Si, en promenade ou en vidant une vieille malle, on tombe sur des munitions ou des débris de munitions, il ne faut surtout pas y toucher, mais marquer leur emplacement et signaler cette découverte.

Plus d’informations ici

DEMUNEX

Le commandement DEMUNEX prépare notamment les militaires à faire face au danger que représentent les mines et autres objets explosifs ainsi qu’au comportement à adopter le cas échéant. Il gère la centrale de destruction des ratés, qui se charge d’éliminer les résidus d’explosifs et de détruire les ratés dans toute la Suisse.

Centre de compétences NBC-DEMUNEX de l’armée