print preview Retour Formation d’application du génie et du sauvetage/NBC

Évaluation de la coopération entre les domaines civils et miliaires

La planification de l’année dernière en vue de l’engagement sur le Bürgenstock lors du WEF 2021 a été utilisée à des fins d’entraînement. C’était l’occasion d’évaluer la qualité de la coopération entre les diverses formations civiles et militaires impliquées.

15.06.2021 | Communication Défense, Christoph Merki

Des plongeurs ont également été déployés dans le cadre de l'exercice pour détecter d'éventuelles menaces sous la surface de l'eau. © VBS/DDPS

Cette année, le Forum économique mondial (WEF) aurait dû avoir lieu sur le Bürgenstock, près du lac des Quatre-Cantons. En vue de cet événement, les organisations de sécurité civiles ainsi que l’Armée suisse se sont dès 2020 lancées avec ferveur dans diverses activités de planification. Étant donné le nouveau lieu choisi pour le WEF 2021, il était prévu que la division territoriale 3 cède la place à la division territoriale 2 et que la police lucernoise et la police cantonale de Nidwald prennent la tête des opérations. L’armée était alors prête à accomplir son engagement subsidiaire. Or, au vu de la situation sanitaire encore instable en Suisse peu avant le WEF 2021, ce dernier a été annulé.

La planification de 2020 utilisée à des fins d’entraînement

Les organes impliqués ont décidé, sur la base des travaux de planification accomplis, d’éprouver l’efficacité de certaines mesures dans le cadre d’un exercice. L’accent a été mis sur une forme d’engagement adaptée aux conditions locales, soit un engagement en milieu aquatique. Outre les formations militaires telles que la compagnie de canots à moteur 10, le détachement de protection de la police militaire, le détachement spécial de la police militaire et le Centre de compétences NBC-DEMUNEX, la police lucernoise ainsi que ses partenaires civils ont également participé aux opérations.

Du côté militaire, l’exercice a été coordonné par la division territoriale 2. Le chef de la division Planification et engagement de la police lucernoise ainsi que le commandant du détachement de protection de la police militaire ont conjointement assumé la direction de l’exercice. Ils ont pu compter sur le soutien du responsable des stages/cours de la Formation d’application du génie et du sauvetage ; une aide précieuse leur a également été fournie par le commandant du détachement spécial de la police militaire et un représentant du Centre de compétences NBC-DEMUNEX.

Une excellente coopération

L’exercice s’est déroulé au plus près des conditions réelles d’intervention. Une embarcation de ligne a notamment été utilisée, escortée par deux canots-patrouilleurs P-16 de l’armée. S’agissant de la protection de personnes, les participants ont dû s’entraîner en procédant à des déplacements, que ce soit à pied, en voiture, en train ou en bateau. De plus, une simulation d’évacuation de personnes a été menée sur ladite embarcation de ligne.

Le directeur de la sécurité du canton de Lucerne, le conseiller d’État Paul Winiker, et la directrice de la sécurité du canton Nidwald, la conseillère d’État Karin Kayser-Frutschi, ainsi que des représentants de la division territoriale 2 et du commandement des Opérations ont été directement impliqués dans l’exercice, ce qui leur a permis de se faire une idée concrète de la qualité du travail accompli par les forces d’intervention.

Le centre de suivi de la situation de la police a géré l’ensemble des opérations. Cela a permis d’améliorer l’organisation spécifique de la direction policière, avec le concours de spécialistes militaires dans le domaine de la présentation et du suivi de la situation. Lors du débriefing au terme de l’exercice, tous les organes impliqués se sont déclarés impressionnés : non seulement de l’efficacité avec laquelle les spécialistes ont relevé les défis posés, mais aussi de la très bonne coordination entre les différents partenaires civils et militaires.