print preview Retour Formation d’application du génie et du sauvetage/NBC

Pont militaire remplacé à Bondo

L'Armée suisse a remplacé le pont militaire installé à Bondo (GR) à l'automne 2017, après les éboulements du Pizzo Cengalo. Le pont d’appui 46 m a été remplacé par un pont militaire Mabey, qui offre toujours, probablement jusqu’en 2023, un accès alternatif au village dans la zone de sécurité. Une issue de secours que personne n'espère réutiliser.

21.03.2019 | Communication Défense, Giorgio Krüsi

Bondo
Le travail inlassable des soldats du bataillon d'intervention en cas de catastrophe se poursuit jusqu'au crépuscule.

Il neigeait quand, dans la nuit, le convoi militaire a franchi le col du Julier puis le col du Maloja pour rejoindre le Val Bregaglia. Heureusement, le chantier s'est ouvert avec le soleil, même si le thermomètre est resté en-dessous de zéro le matin.

La semaine dernière, une section du bataillon d’intervention en cas de catastrophe a commencé à remplacer le pont militaire installé au sud de Bondo après les éboulements du Pizzo Cengalo. D’entente avec les autorités communales et cantonales, le pont d’appui 46 m, qui a été posé à l'automne 2017 pour permettre un accès sûr au village, a été remplacé par un pont militaire Mabey.

Afin d'adapter le sol à l'installation du nouveau pont, plusieurs machines lourdes de l'armée ont également été utilisées, ce qui a nécessité une courte coupure de courant sur la ligne à haute tension ou une fermeture partielle de la route principale. Cependant, il n'y a pas eu d’inconvénients particuliers et les travaux n'ont duré que quelques jours : le nouveau pont, d'une longueur de 50 m et d'un poids d'environ 60 tonnes, restera probablement à Bondo jusqu'en 2023.

DSC00576
M. Marcello Crüzer

Cet accès sûr au sud de Bondo est un élément clé de notre dispositif de sécurité. Il est rassurant de savoir que depuis le 23 août 2017 nous pouvons compter sur l’armée. 

Marcello Crüzer, chef service technique, Bregaglia.

«Cet accès sûr au sud de Bondo est un élément clé de notre dispositif de sécurité : pour la sortie et l'entrée il serait rouvert en cas d’événement majeur», explique Marcello Crüzer, responsable des services techniques de la commune de Bregaglia. «Il est rassurant de savoir que depuis le 23 août 2017 nous pouvons compter sur l’armée. Un appui destiné à durer dans le temps».

Les vingt-sept militaires en service long du commandement de Bremgarten, en service encore quatre semaines, n'ont eu que peu de temps pour plier l'ancien pont, préparer la nouvelle base d’appui et y poser la nouvelle structure. «Nous sommes formés pour intervenir à court terme. Pour les cadres, il s'agissait d'abord de planifier l'action, puis de la conduire et de l'accompagner», confie le chef de section, le premier-lieutenant Jesse Rüegg, qui va retrouver l'été prochain son travail de jardinier dans la vie civile, après deux ans de service militaire.

DSC00550
Plt Jesse Rüegg

Nous sommes formés pour intervenir à court terme. Pour les cadres, il s'agissait d'abord de planifier l'action, puis de la conduire et de l'accompagner.

Plt Jesse Rüegg, chef de section bat int acc.

Après les prestations d'urgence des premières heures, la surveillance en amont et en aval du Cengalo et les services dans le domaine des télécommunications et du génie, le nouveau pont fraîchement installé est le dernier signe de la présence militaire après la catastrophe de 2017. Comme une police d'assurance, dont on espère qu'elle n'aura jamais à être réutilisée.

Photos

Vidéo

Le convoi militaire remonte le col enneigé du Maloja