print preview Retour Formation d’application du génie et du sauvetage/NBC

Des soldats dans la sciure

A un peu plus de six mois de la Fête fédérale de lutte à Zoug, de nombreux lutteurs suivent un CR à Macolin – le mariage parfait entre service militaire et sport d'élite.

07.02.2019 | Peter Lerch, OFSPO

SCHWEIZ SCHWINGEN
Bild: Keystone

Cette offre attrayante pour les athlètes est née d'une collaboration entre l'Association fédérale de lutte suisse (AFLS) et l'armée suisse. A Macolin, les lutteurs ne sont pas formés du matin au soir à devenir des soldats: une grande partie de leur journée est consacrée au sport et à la récupération.

Ce cours de répétition qui a lieu en hiver est idéal pour préparer la saison des fêtes de lutte qui commence en mai, avec la Fête fédérale de lutte en ligne de mire, en août. Pour s'entraîner dans la sciure, les soldats se déplacent à Aarberg, où se trouve une salle dédiée à cette discipline. Toutefois, une salle de lutte sera bientôt aménagée à Macolin dans le cadre d'une nouvelle salle triple. Cela permettra aux lutteurs de rester sur le site de l'OFSPO pendant toute la durée du CR.

Jeudi, des représentants de l'AFLS et de l'armée ont organisé une rencontre avec les médias pour rendre compte de leur fructueuse collaboration. Pour ce faire, ils avaient choisi la salle de lutte du club de Kirchberg (BE), qui a notamment vu éclore les anciens rois de la lutte Adrian Käser et Matthias Sempach. Sur place, de nombreux lutteurs en tenue de sport ont démontré l'étendue de leur talent dans la sciure: Matthias Aeschbacher, Simon Anderegg, Matthias Glarner, Philipp Gloggner, Remo Käser, Armon Orlik, Patrick Schenk, Remo Stalder, Kilian Wenger, Joel Wicki et Niklaus Zenger. Si Christian Stucki et Samuel Giger avaient aussi suivi ce CR, tous les favoris pour la saison 2019 auraient été présents. Ces athlètes se sont entraînés pendant près de deux heures en compagnie d'autres lutteurs provenant de différents clubs.

Macolin offre depuis longtemps des conditions et des infrastructures idéales aux sportifs d'élite suisses qui se préparent pour les Jeux olympiques, les championnats du monde, ou, justement, la Fête fédérale de lutte. De temps à autre, les sportifs peuvent aussi effectuer leurs jours de service militaire à l'étranger, à l'image des triathlètes, qui profitent parfois des conditions estivales régnant en Afrique du Sud. Pour les lutteurs, le cours de répétition a lieu à un moment idéal, en-dehors de la saison de compétition.

Le roi de la lutte Matthias Glarner a été l'un des artisans de cette collaboration entre l'armée et la Fédération suisse de lutte. Il a suivi des études en sciences du sport et a été formé à l'enseignement du sport à Macolin même.

Le sport est le domaine de l'armée comprenant la part de femmes la plus élevée: 10,3 % des recrues effectuant l'ER de 18 semaine ou les CR pour sportifs d'élite sont des femmes.