print preview Retour Académie militaire (ACAMIL) à l'EPF de Zurich

La cyberdéfense met en valeur le savoir de chacun

Le premier-lieutenant Reto à Porta et le capitaine Roc Ioré, tous deux aspirants officiers de carrière au sein de l’Académie militaire de l’EPFZ (ACAMIL), ont atteint respectivement la deuxième et la troisième place avec leurs équipes lors du Cyber 9/12 Student Challenge 2018, un concours organisé pour la quatrième fois par le Centre de politique de sécurité de Genève (GCSP).

09.04.2018 | Communication FSCA

Le premier-lieutenant Reto à Porta a décroché la deuxième place lors du Cyber 9/12 Student Challenge 2018 à Genève.
Le premier-lieutenant Reto à Porta a décroché la deuxième place lors du Cyber 9/12 Student Challenge 2018 à Genève.

Avec le premier-lieutenant à Porta et le capitaine Ioré, deux officiers suisses et leurs équipes sont parvenus à se hisser dans le top trois du Cyber 9/12 Student Challenge 2018. Les deux étudiants de bachelor à l’ACAMIL ont participé au concours grâce à Floyd Basler, un étudiant de l’EPFZ et officier de milice engagé, qui a demandé à l’ACAMIL si elle souhaitait envoyer des personnes à Genève pour ce concours. Présenté ensuite au sein de l’ACAMIL, celui-ci a suscité l’intérêt du premier-lieutenant à Porta et du capitaine Ioré, qui se sont vu attribuer une équipe chacun : des étudiants de l’EPFZ pour le capitaine Ioré et une équipe mixte incluant des étudiants de l’EPFZ et de l’Université de Saint-Gall pour le premier-lieutenant à Porta.

La clé du succès : l’interdisciplinarité

Agissant comme des experts en cybernétique, les équipes étaient composées d’étudiants en électrotechnique, en technologies de l’information, en informatique et en relations internationales. L’exercice consistait à prodiguer des conseils à une task force incluant des représentants de l’économie, de l’OTAN, de l’armée et du monde politique lors d’une situation de crise en lui indiquant les actions possibles. La situation de crise était un scénario fictif prévoyant la paralysie de plusieurs aéroports européens en raison de cyberattaques terroristes. Les propositions d’actions des équipes devaient non seulement aborder les aspects techniques, mais aussi fournir un soutien politique en analysant la situation dans son ensemble afin d’en déduire des conséquences possibles et des lignes directrices et de les présenter à la task force.

Une formation en informatique ? Pas une nécessité !

Les deux aspirants officiers de carrière accomplissent actuellement leur quatrième semestre d’études en sciences politiques à l’EPFZ. La motivation du premier-lieutenant à Porta à participer au concours était de nature personnelle. En effet, il s’intéresse beaucoup à la cybernétique. Jusqu’à présent, il n’a pu se pencher sur cette science que durant son temps libre, mais il souhaite travailler dans ce domaine pendant sa future carrière à l’armée. Son expérience d’officier lui a donné de nombreuses compétences qu’il a pu mettre à profit lors du concours. « À l’armée, j’ai appris à procéder de manière structurée, à analyser la situation de façon systématique et à présenter clairement les résultats. Notre document a même été primé pour sa qualité visuelle », explique le premier-lieutenant à Porta, qui recommande à quiconque s’intéressant à la cybernétique de participer au concours. En effet, malgré ce que l’on pourrait croire, les aspects techniques ne sont pas seuls à compter : « Pour pouvoir collaborer, il faut des personnes ayant des connaissances dans les domaines social, technique, militaire et économique. Chacun peut apporter son bagage, pas uniquement les as de l’informatique. »

L’ACAMIL est rattachée depuis longtemps à l’EPFZ sur le plan organisationnel. La participation conjointe de futurs officiers de carrière de l’ACAMIL et d’étudiants de l’EPFZ au Cyber 9/12 Student Challenge 2018 montre l’excellente qualité de la collaboration et des échanges entre les deux institutions.