print preview Retour Centre d'instruction de la subsistance

Les réservistes en soutien

Cela fait déjà longtemps qu’ils ont accompli leurs jours de service de militaires en service long. Pourtant, dans le cadre du service d’appui lié à l’engagement « Corona 20 », des fonctionnaires de cuisine des années précédentes ont été rappelés de la réserve afin de fournir une subsistance saine et savoureuse en quantité suffisante aux militaires engagés ou présents sur les places d’armes.

07.05.2020 | Communication Défense, Christoph Merki

Die kompetente Unterstützung in der Waffenplatzköche Thun wird sehr geschätzt (3)
Le soutien efficace apporté à la cuisine de la place d’armes de Thoune est très apprécié.

Dans les cuisines, ce renfort en personnel est important, car la réglementation relative aux congés s’applique aussi aux fonctionnaires de cuisine pendant la crise liée au coronavirus. Grâce aux réservistes, la subsistance peut être assurée sept jours sur sept. Allons voir comment se présente la situation à Herisau, Aarau et Thoune.

Herisau : « Ils nous déchargent d’un grand poids ! »

À Herisau, une grande tente se dresse actuellement dans la cour de la caserne. Ce lieu où, habituellement, les soldats se tiennent au garde-à-vous durant l’appel est désormais utilisé trois fois par jour pour offrir de succulents repas. En effet, pour garantir le respect des règles de comportement et des prescriptions d’hygiène en vigueur, un réfectoire supplémentaire a été rapidement mis en place. Le sergent Kurt Oppikofer et les soldats Simon Stangl et Vanja Manser veillent au grain pour que tout se déroule impeccablement tandis que les recrues affamées se jettent sur de délicieux repas équilibrés et complets.

Les trois militaires en service long ont accompli leur service militaire d’une traite il y a plus de quatre ans et font partie de la réserve. Ils ont à nouveau été convoqués afin de soutenir leurs camarades. « De toute façon, je n’avais rien à faire à la maison ; je suis content de pouvoir m’occuper comme ça », explique le sergent Oppikofer. Et à l’exception de la tenue, le changement de vie est plutôt minime. « Nous travaillons tous les trois dans la gastronomie et ici, nous faisons la même chose que dans la vie civile : nous cuisinons », ajoute le soldat Manser, qui a été quelque peu surpris de recevoir cet ordre de marche. « Nous formons une bonne équipe ; nous avons vraiment à cœur de cuisiner d’excellents repas. » Alexander Gerber, le chef de la cuisine de la caserne d’Herisau, est particulièrement content de recevoir l’appui de ces militaires en service long issus de la réserve : « Ils nous déchargent d’un grand poids ! »

Aarau : « Ici, l’hygiène est au top ! »

La cuisine de la caserne d’Aarau a, elle aussi, reçu de l’aide supplémentaire. Les soldats Marco Lang et Christoph Studer ont accompli leur service long respectivement en 2017 et en 2016. « J’avais espéré ne pas devoir entrer en service », indique en riant le soldat Studer, qui travaille dans un restaurant à Obwald dans la vie civile. Les deux hommes ont dû s’annoncer à Aarau quatre jours seulement après avoir reçu l’ordre de marche, envoyé par courriel. La joie du soldat Lang face à cet engagement imprévu est, elle aussi, limitée, d’autant plus qu’il n’a pas été facile de se réhabituer au quotidien militaire après un hiatus aussi long. Les deux militaires soulignent toutefois la bonne ambiance qui règne au sein de l’équipe. Et leur appui est très important, notamment car la réglementation relative aux congés s’applique aussi aux fonctionnaires de cuisine. Ainsi, grâce à leur présence, la subsistance peut être assurée sept jours sur sept.

En cuisine, les nouvelles mesures d’hygiène en vigueur n’ont pas entraîné de changement fondamental dans les processus de travail. « Les prescriptions d’hygiène de la cuisine ont toujours été très strictes », explique le soldat Lang. « Ici, l’hygiène est au top ! » Les efforts fournis par l’équipe de cuisine sont très appréciés de la troupe. « Tout le monde dit que nos repas sont délicieux », se réjouissent les soldats Lang et Studer.

Thoune : « La manière de cuisiner n’a pas changé. »

Mentalement, Simon Milono avait déjà tourné la page de l’époque du service militaire. Cependant, il a rapidement préparé son paquetage après avoir reçu son ordre de marche. « J’ai juste dû relaver mes vêtements, car ils sentaient un peu le renfermé », avoue-t-il en souriant. Avec le sergent Timon Bachmann et le cuisinier de troupe Gabriel Augustiny, eux aussi militaires en service long incorporés dans la réserve, il a été convoqué afin de prêter mainforte à la cuisine de la place d’armes de Thoune. « J’ai bien pensé que je serais convoqué », indique le sergent Bachmann. « Je suis chef de cuisine, une fonction essentielle pour assurer en tout temps la subsistance de la troupe. »

La répartition des fonctionnaires de cuisine en trois groupes permet d’offrir à ces militaires deux jours de repos par semaine. « Il n’y a pas eu de grands changements au cours des dernières années », relève prosaïquement Gabriel Augustiny en se remémorant son service militaire. « La manière de cuisiner n’a pas changé. »

Selon leur ordre de marche, les militaires en service long issus de la réserve devraient rester engagés jusqu’au 30 juin. « Mais j’espère qu’on pourra rentrer à la maison plus tôt », indique Simon Milono.

Pas une réserve au sens strict du terme

Avec la mise en œuvre du développement de l'armée (DEVA), la réserve militaire a été supprimée à partir du 1er janvier 2018. Concernant les cuisiniers en service long, il s'agit de militaires qui ont accompli leur service d'instruction mais qui n'ont pas encore été libérés du service. C'est pourquoi ils peuvent être appelés comme ressource supplémentaire lors d'engagements, si nécessaire. L'article 54a de la Loi sur l'armée ainsi que l'article 20 de l'Ordonnance sur les obligations militaires constituent les bases légales.

News

Engagement «CORONA20» (février à juin 2020)


Documents

  • Concept de protection, Commandement de l’Instruction
    Tous les points mentionnés dans le présent concept de protection sont basés sur des ordres du médecin en chef de l’armée, sur la documentation et les aide-mémoire correspondants, ainsi que sur les recommandations de l’OFSP en matière de comportement et d’hygiène.
    16.07.2020 | PDF, 13 Pages, 197 KB, français