print preview

Retour Commandement de l'Instruction


Michael Wiget: «Macolin est l’endroit idéal»

Parmi ses objectifs dans le cadre de l’ER pour sportifs d’élite 2/20, le lutteur Michael Wiget avait notamment celui de «rester en bonne santé» durant l’automne/hiver 2020/2021. Mais le Fribourgeois de Wünnewil n’a pas pu atteindre ce but: à la fête de lutte du Lac noir, le 5 septembre 2021, le lutteur de 23 ans s’est déchiré l’ischio-jambier lors de sa troisième passe. Le Suisse, qui avait décroché sa première couronne fédérale à la FFLS de Zoug en 2019 en se classant 9h, a dû abandonner à cause de cette grave blessure alors qu’il était en tête. Le soldat sport n’a ainsi pas pu participer à l’événement phare de la saison, la fête de lutte de Kilchberg du 25 septembre. Il a dû subir des opérations et faire une pause de plusieurs mois. Lors d’un repas de midi à l’Office fédéral du sport OFSPO à Macolin, ce sportif d’1 m 96 raconte comment il a vécu les semaines de rééducation et de remise en forme, notamment grâce à l’encouragement du sport d’élite dans l’armée.

16.05.2022 | Kurt Henauer, COM OFSPO/Cen comp sport A

220513MichaelWiget2

 

À l’hiver 2020/2021, tu as fait l’ER pour sportifs d’élite à Macolin avec Fabian Staudenmann, co-vainqueur à Kilchberg. Que t’apporte l’encouragement du sport d’élite dans l’armée, en tant que lutteur?

 

Michael Wiget: Quelle que soit notre situation sportive, que l’on soit dans une phase de succès ou que l’on soit blessé, l’armée nous soutient et l’infrastructure de Macolin est à notre disposition.

 

Qu’est-ce que ton admission à l’ER pour sportifs d’élite il y a environ un an et demi a signifié pour toi?

 

Quand je vois les noms des athlètes pratiquant d’autres sports qui ont suivi cette ER, je considère que cela a été un privilège immense pour moi de pouvoir profiter de cette structure d’encouragement en tant que lutteur. À cause de la pandémie, nous n’avons certes pas pu avoir d’entraînements de lutte, mais j’ai tout de même pu faire progresser ma condition physique.

 

En tant que soldat sport, tu peux utiliser jusqu’à 130 jours de CR par an pour l’entraînement et la compétition, comme le prévoient la loi sur l’encouragement du sport et différentes ordonnances. Tu as utilisé ces jours de novembre 2021 jusqu’à Noël, puis du 10 janvier jusqu’à début mai, pour ta rééducation et ta remise en forme suite à ta blessure. Quel profit en as-tu tiré?

 

Lorsqu’on est blessé, Macolin est l’endroit idéal pour se remettre sur pied. Le logement et la salle d’entraînement et de musculation sont à côté du centre de physiothérapie. Si l’on est soldat sport, on peut aussi combiner son travail ou ses études avec sa pratique sportive de manière optimale: c’est vraiment le nec plus ultra.

 

Combien de jours de CR pour sportifs d’élite as-tu utilisés dans ce but pour l’instant?

 

J’ai eu des jours de CR en 2021 et, en 2022, il m’en reste 30 à effectuer, qui seront pris en compte pour le service militaire, et 100 que je peux utiliser sur une base volontaire. Il m’en reste donc assez pour être de nouveau opérationnel en décembre et faire les CR de lutte avec mes camarades.

 

Dans la nouvelle salle de formation de Macolin, qui sera ouverte à l’automne, il y a une nouvelle salle de lutte. Qu’est-ce que cela signifie pour les lutteurs?

 

Nous pourrons nous entraîner de manière encore plus optimale et professionnelle. Cette nouvelle salle nous fera gagner un temps précieux, que l’on passait sinon dans les transports pour aller aux entraînements de lutte à Soleure ou à je ne sais quelle autre salle dans le Seeland. Maintenant, nous allons pouvoir accorder plus d’attention à l’entraînement et à la récupération. C’est très louable de la part de la Confédération de nous mettre à disposition cette salle d’entraînement et de formation.

 

Est-ce que quelque chose à Macolin pourrait être amélioré?

 

Macolin a tout ce qu’il faut. On peut se concentrer à 100% sur le sport. Et s’il on souhaite quelque chose de plus lors des repas, il est toujours possible d’en parler aux responsables des cuisines.

 

 

Tu continues d’améliorer ta condition physique. Quand penses-tu pouvoir à nouveau pratiquer la lutte?

 

J’espère pouvoir reprendre les entraînements techniques dans la sciure fin mai ou début juin. Mais je veux prendre le temps d’entraîner ma jambe guérie et aborder le tout sans précipitation. Mon objectif est de revenir à la compétition à la fête fédérale de Pratteln (du 26 au 28 août 2022, ndlr). Après, je voudrais m’entraîner normalement pendant l’hiver et commencer la saison 2023 en bonne forme. 

À l’hiver 2020/2021, tu as fait l’ER pour sportifs d’élite à Macolin avec Fabian Staudenmann, co-vainqueur à Kilchberg. Que t’apporte l’encouragement du sport d’élite dans l’armée, en tant que lutteur?

 

Michael Wiget: Quelle que soit notre situation sportive, que l’on soit dans une phase de succès ou que l’on soit blessé, l’armée nous soutient et l’infrastructure de Macolin est à notre disposition.

 

Qu’est-ce que ton admission à l’ER pour sportifs d’élite il y a environ un an et demi a signifié pour toi?

 

Quand je vois les noms des athlètes pratiquant d’autres sports qui ont suivi cette ER, je considère que cela a été un privilège immense pour moi de pouvoir profiter de cette structure d’encouragement en tant que lutteur. À cause de la pandémie, nous n’avons certes pas pu avoir d’entraînements de lutte, mais j’ai tout de même pu faire progresser ma condition physique.

 

En tant que soldat sport, tu peux utiliser jusqu’à 130 jours de CR par an pour l’entraînement et la compétition, comme le prévoient la loi sur l’encouragement du sport et différentes ordonnances. Tu as utilisé ces jours de novembre 2021 jusqu’à Noël, puis du 10 janvier jusqu’à début mai, pour ta rééducation et ta remise en forme suite à ta blessure. Quel profit en as-tu tiré?

 

Lorsqu’on est blessé, Macolin est l’endroit idéal pour se remettre sur pied. Le logement et la salle d’entraînement et de musculation sont à côté du centre de physiothérapie. Si l’on est soldat sport, on peut aussi combiner son travail ou ses études avec sa pratique sportive de manière optimale: c’est vraiment le nec plus ultra.

 

Combien de jours de CR pour sportifs d’élite as-tu utilisés dans ce but pour l’instant?

 

J’ai eu des jours de CR en 2021 et, en 2022, il m’en reste 30 à effectuer, qui seront pris en compte pour le service militaire, et 100 que je peux utiliser sur une base volontaire. Il m’en reste donc assez pour être de nouveau opérationnel en décembre et faire les CR de lutte avec mes camarades.

 

Dans la nouvelle salle de formation de Macolin, qui sera ouverte à l’automne, il y a une nouvelle salle de lutte. Qu’est-ce que cela signifie pour les lutteurs?

 

Nous pourrons nous entraîner de manière encore plus optimale et professionnelle. Cette nouvelle salle nous fera gagner un temps précieux, que l’on passait sinon dans les transports pour aller aux entraînements de lutte à Soleure ou à je ne sais quelle autre salle dans le Seeland. Maintenant, nous allons pouvoir accorder plus d’attention à l’entraînement et à la récupération. C’est très louable de la part de la Confédération de nous mettre à disposition cette salle d’entraînement et de formation.

 

Est-ce que quelque chose à Macolin pourrait être amélioré?

 

Macolin a tout ce qu’il faut. On peut se concentrer à 100% sur le sport. Et s’il on souhaite quelque chose de plus lors des repas, il est toujours possible d’en parler aux responsables des cuisines.

 

 

Tu continues d’améliorer ta condition physique. Quand penses-tu pouvoir à nouveau pratiquer la lutte?

 

J’espère pouvoir reprendre les entraînements techniques dans la sciure fin mai ou début juin. Mais je veux prendre le temps d’entraîner ma jambe guérie et aborder le tout sans précipitation. Mon objectif est de revenir à la compétition à la fête fédérale de Pratteln (du 26 au 28 août 2022, ndlr). Après, je voudrais m’entraîner normalement pendant l’hiver et commencer la saison 2023 en bonne forme. 


Retour Commandement de l'Instruction