print preview

Retour Commandement de l'Instruction


Les athlètes handisport sont une valeur sûre dans la promotion du sport d'élite de l'armée

A la fin de la semaine, la para-athlète Elena Kratter et le handbiker Fabian Recher seront libérés de l'ER pour sportifs d'élite 2/21 à Macolin avec leurs collègues d'autres disciplines sportives, après 18 semaines de formation. Le brigadier Stefan Christen a fait le bilan avec les deux sportifs handisport, les responsables du centre de compétences Sport de l'armée ainsi que des représentants de Plusport Suisse et du Sport suisse en fauteuil roulant à Macolin. Kurt Henauer, Communication du centre de compétences Sport de l'armée

17.03.2022 | Kurt Henauer, COM BASPO/Comm Komp Zen Sport Armee

20220318_Recher_Besuch Christen

 

 

Placé sous la direction du colonel EMG Marco Mudry, le Centre de compétences Sport de l'armée fait partie de la Formation d'application du génie/sauvetage/ABC, commandée par le brigadier Stefan Christen. Dans le cadre de sa visite à la troupe à Macolin, Christen a notamment eu un aperçu de l'entraînement des trois golfeurs et d'une golfeuse, mais aussi du travail d'entraînement d'Elena Kratter et de Fabian Recher. La médaillée de bronze paralympique de Tokyo a expliqué et montré comment elle s'entraînait avec sa prothèse, à laquelle est fixée une lame à ressort. Elle a dit quelles en étaient les particularités et comment elle a pu travailler à Macolin avec l'entraîneur national d'athlétisme Plusport Georg Pfarrwaller dans ses disciplines sportives, le sprint et le saut en longueur.

 

Apprendre à se régénérer

A l'aide d'une vidéo présentée par Michael Würmli, entraîneur de handbike et de Swiss Cycling, et lors d'un entretien avec Fabian Recher, Christen a eu un aperçu du handbike. Le sportif de Spiez, qui s'est classé deux fois septième aux Jeux paralympiques de Tokyo, avait participé à un exercice de 24 heures en fauteuil roulant pendant sa formation militaire de base - comme Elena Kratter avec sa prothèse - avec une marche de 15 km avec bagages. Cela a également impressionné ses camarades qui étaient à pied. Kratter et Recher ont tous deux tiré un bilan positif de leur ER. Kratter, orthopédiste de profession, a déclaré que cela avait été un défi de ne pas trop s'entraîner, car on avait plus de temps à Macolin. Elle a dû apprendre que la régénération était également un élément important de l'entraînement. Recher a un peu regretté le contact avec les autres recrues pendant les périodes sans entraînement, car en tant que personne en fauteuil roulant, il ne pouvait pas être logé dans le même bâtiment que les autres.

 

Professionnalisation également dans le para-sport

L'Armée suisse et les fédérations du parat-sport vont poursuivre sur la voie tracée par les deux premières recrues de sport d'élite. Ainsi, le mardi de Pâques et fin octobre, des parasportifs entreront à nouveau en service à l'ER pour sportifs d'élite de Macolin. René Will, président de l'association faîtière Swiss Paralympic Committee, a souligné l'importance de la promotion du sport d'élite par l'armée, y compris dans le domaine du para-sport. Les Jeux paralympiques de Pékin ont montré une fois de plus que dans de nombreuses autres nations, seuls des sportifs professionnels participent à la compétition, de sorte que l'écart en matière d'égalité des chances se creuse de plus en plus.

 

Le brigadier Christen a souligné qu'ils pouvaient compter sur l'encouragement du sport d'élite par l'armée. Mais il a également souligné que les sportifs handisports devaient également être bien encadrés par les fédérations compétentes pendant l'ER et que l'armée attendait une petite contrepartie pour que ce soutien ait également une visibilité auprès du public. Les représentants des fédérations de para-sport et les entraîneurs ont beau relever le défi, l'ER pour sportifs d'élite et les CR pour sportifs d'élite qui suivront permettront aux athlètes handisports suisses de poursuivre leur chemin vers la professionnalisation dans les années à venir.

5Z6A9158


Retour Commandement de l'Instruction