print preview

Retour Commandement de l'Instruction


Séminaire en ligne : 500 commandants de corps de troupe et officiers d’état-major général partagent leurs idées d’avenir

La Suisse et son armée de milice ont toujours su relever les défis qui se sont présentés : au temps de la Seconde Guerre mondiale mais aussi, plus récemment, dans trois engagements CORONA, et il n’y a pas de raison que cela change. Le chef de l’Armée entend utiliser les connaissances et les capacités de ses cadres de milice également pour élaborer la stratégie future. Le séminaire en ligne auquel il les a conviés a permis de faire émerger quatre mille idées portant sur six thèmes différents.

25.02.2022 | Communication Défense, Gaby Zimmer

Inputs de l’armée de milice : le CdA, le cdt C Thomas Süssli, a invité près de 500 commandants de corps de troupe et officiers d’état-major général à un sémi-naire portant sur l’avenir de l’armée.
Inputs de l’armée de milice : le CdA, le cdt C Thomas Süssli, a invité près de 500 commandants de corps de troupe et officiers d’état-major général à un sémi-naire portant sur l’avenir de l’armée. ©Jan Pegoraro, Communication Défense

« Comment l’armée doit-elle être organisée ? Comment doit-elle fonctionner ? Quelles sont les capacités dont elle a besoin pour qu’elle puisse remplir sa mission constitutionnelle à l’avenir aussi ? » Le chef de l’Armée, le commandant de corps Thomas Süssli, a adressé ces questions parmi d’autres aux quelque 500 commandants de corps de troupe et officiers d’état-major général en ouverture du premier séminaire en ligne. « J’attends de vous que vous vous montriez critiques et que vous sachiez remettre en question nos structures, nos organigrammes et nos processus. Car ce qui est juste aujourd’hui ne le sera pas forcément demain. »

Les bonnes recettes au bon moment

L’Armée suisse a géré aussi bien les défis qui se sont présentés à elle pendant la Seconde Guerre mondiale que lors des récents engagements dans le cadre de la pandémie de coronavirus. Même si les cadres professionnels, l’administration militaire et les officiers de milice ont vécu deux années éprouvantes, le cdt C Süssli est convaincu que l’Armée suisse a mieux maîtrisé ce défi que d’autres forces armées. L’atout de la Suisse, selon lui : l’armée de milice. Même si la complexité des nouveaux systèmes ne cesse d’augmenter et que ce tournant technologique pose des grands défis, les militaires de milice sont justement une force, car ils amènent avec eux leur savoir-faire et un énorme bagage de connaissances et de compétences.

Recourir aussi aux connaissances civiles pour façonner l’avenir

« L’objectif est déterminé : c’est une vision qui comporte sept points. Quant à notre mission, elle figure à l’article 58 de la Constitution. Nous voulons maintenant nous concentrer sur la stratégie. Je vous demande d’esquisser le chemin que nous emprunterons. » Le CdA entend utiliser le potentiel des commandants de corps de troupe et des officiers d’état-major général pour les travaux ultérieurs. En effet, une fois la mise en œuvre du développement de l’armée achevée, il s’agira de ne pas faire du surplace. Selon le CdA, nous n’avons plus le temps aujourd’hui de nos préparer tranquillement à de nouvelles évolutions et de nous reposer sur des structures éprouvées. Capacité d’adaptation et agilité sont les conditions indispensables pour relever avec succès les défis de demain.

Collaboration sans frontières

Les participantes et participants travaillent dans six domaines thématiques définis sur une plateforme virtuelle commune. Elle permet de repousser les limites et de collaborer même à très grande distance. En effet, si la manifestation est diffusée depuis le Bernerhof – l’élégante salle des banquets s’étant transformée du jour au lendemain en studio TV hightech ultramoderne –, les participantes et participants prennent part au séminaire depuis leurs bureaux ou depuis chez eux, par exemple à Obersaxen, au Caire, à Lauerz, à Münster en Allemagne, en Belgique, au Kosovo, à Witzwil, ou encore à Monthey.

Challenge digital

En guise d’introduction, le CdA expose la situation initiale et ses attentes. L’image de la menace, du point de vue du Service de renseignement de l’armée, présentée par le colonel EMG Gian Walser, pose le cadre. Autour des thèmes « Forcemix », « Leadership », « Personnel », « Équipement », « Instruction » et « Communication », Ludovic Monnerat, le col EMG Nik Jäger, le colonel EMG Nic Roduit, le lt col EMG Dominik Winter, le colonel EMG Bernhard Horn et Glenn Mueller ont préorienté les participants de leur groupe respectif avant de les faire travailler en atelier sur des tableaux participatifs pour y consigner réflexions et conclusions. Après le bilan intermédiaire effectué par le cdt C Thomas Süssli, les participantes et participants ont évalué leurs recommandations et celles des autres et ont tissé des liens entre elles. Pour terminer, le CdA et le brigadier Jacques Rüdin, chef de projet Développement à long terme de la Défense et de l’armée, ont répondu aux questions posées par la présentatrice Anna Muser. Toutes avaient été formulées par les participantes et participants au séminaire en ligne.

Le point de vue de certains participants

Comment les participantes et participants ont-ils vécu le premier séminaire ligne ? Certains d’entre eux donnent leur avis.

Le lt col EMG Stefan Giezendanner,

Stefan_Giezendanner

chef de l’état-major de liaison du canton d’Argovie au sein de l’état-major de la Division territoriale 2 et, dans le civil, directeur de Mittelland Trans-port AG, associé de Giezendanner Transport AG et député au Grand Conseil argovien : « J’ai été agréablement surpris par la manifestation. Surpris que le CdA demande l’avis des of EMG/cdt C trp. Et j’ai eu beaucoup de plaisir car la famille des of EMG a participé en grande majorité au séminaire, ce qui souligne son attachement à notre armée. »

Le lt col Andreas Dambach,

Oberstlt i Gst Andreas Dambach, Kommandant Logistikbataillon 101 in der Logistikbrigade 1 ist beruflich Kommandant Stellvertreter und Stabschef der Stadtpolizei Uster

commandant du bataillon de logistique 101 au sein de la brigade logistique 1, est professionnellement commandant remplaçant et chef d’état-major de la po-lice municipale d’Uster : « Le tableau participatif a donné place à de nombreuses idées inno-vantes, ce qui reflétait bien la diversité des participantes et participants. Leur initialisation, voire leur mise en œuvre dans les années à venir, devrait être pour l’armée une entreprise stimulante et tout à fait réalisable. »

Le lt col EMG Michael Kaeser,

Oberstlt i Gst Andreas Dambach, Kommandant Logistikbataillon 101 in der Logistikbrigade 1 ist beruflich Kommandant Stellvertreter und Stabschef der Stadtpolizei Uster

officier responsable des exercices au sein de l’État-major de l’instruction opérative et, dans le civil, chef de projet chez Novartis Pharma SA : « C’est une fantastique possibilité de participer au développement de l’armée. »

Le lt col EMG Patrick Hofstetter,

Oberstlt i Gst Patrick Hofstetter, Kommandant des Gebirgsinfanteriebataillons 29, zivil Leiter Weiterbildungsakademie und Dozent für Leadership an der Universität Luzern

commandant du bataillon d’infanterie de montagne 29 et, dans le civil, responsable de l’académie de formation continue et professeur de leadership à l’Université de Lucerne : « Le potentiel présent dans ce séminaire est immense. Le défi con-siste à ce que ces réflexions se reflètent véritablement dans l’armée du futur. »

4000 recommandations donnent de la matière aux initiatives stratégiques

Cet événement a permis de récolter 4000 recommandations. Parmi elles, 1300 présentaient des interdépendances. Elles seront toutes traitées et intégrées aux Initiatives stratégiques. Un rapport séparé sera également mis à disposition des participantes et participants.

Photos


Retour Commandement de l'Instruction