print preview Retour Commandement de l'Instruction

L’avenir du pays

Le 12 avril 2019 avait lieu la journée des aspirants officiers à Berne. Ils étaient quelque 400 à s’être réunis à l’invitation de la Formation d’application de la logistique et de l’école d’officiers de la logistique 40. Les deux mots projetés sur la paroi derrière la scène –together stronger ou « plus forts ensemble » en français – ont servi d’exergue à cette journée dont l’un des objectifs était de renforcer la cohésion au sein du corps des officiers.

12.04.2019 | Communication Défense

190412_TagOfAsp_070_klein

Au programme : des discours bien sûr, mais aussi un circuit de huit postes répartis sur le site de la caserne des troupes bernoises pour présenter les différents centres de compétences et formations d’application. Informations, démonstrations et échanges ont permis d’élargir l’horizon en présentant l’armée sous des jours différents et de partager un moment fédérateur.

La manifestation a commencé sous la houlette du chef de l’Armée, le commandant de corps Philippe Rebord, qui pendant une heure a répondu aux nombreuses questions de l’assemblée. En voici un petit échantillon : que pense-t-il de la jeunesse actuelle, souvent présentée comme paresseuse et égoïste ? De quoi sont faites les journées d’un CdA ? Qu’en est-il de l’engagement de la Suisse dans la promotion de la paix au niveau international ? Comment évolue le projet Air2030 ?

Et voici, en substance, les réponses données par le cdt C Rebord :

Celui-ci observe au contraire que la jeune génération est moins égoïste que la sienne, celle des soixante-huitards, qu’elle fait preuve de davantage d’altruisme. « Je suis optimiste. Nous avons besoin de jeunes qui sont le reflet de leur temps pour faire avancer notre pays », a-t-il déclaré.

Le chef de l’Armée a résumé ainsi son emploi du temps : une dizaine de séances par jour, 80 heures de travail par semaine et une journée de libre. « Mon agenda ressemble à celui d’un ministre », a-t-il confié.

Quant aux contingents à l’étranger, le cdt C a expliqué qu’ils allaient passer de 250 soldats à 500 car le commandement de l’Armée prépare une seconde mission stratégique avec le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

Enfin, voici le calendrier d’Air2030 présenté par le cdt C Rebord : les avions sont en train d’être évalués. Le peuple devrait être consulté vers la fin 2020 ou au début 2021. Mais cette fois, selon lui, il ne s’agira pas – contrairement à ce qui s’est passé pour le Gripen à l’époque – de voter pour ou contre l’acquisition d’un appareil précis mais pour ou contre une armée de l’air.

Pour finir, le chef de l’Armée a remercié les aspirants présents pour leur engagement. Leur promettant que « l’école d’officiers est le meilleur moment de l’instruction », il les a encouragés à prendre des risques, à se lancer.

L’après-midi, avant que le col EMG Stefan Holenstein, président de la Société suisse des officiers, ne présente son association, le cdt C Daniel Baumgartner, chef du commandement de l’Instruction est venu dire aux aspirants officiers tout le bien qu’ils pensaient d’eux : « vous êtes les meilleurs », a-t-il lâché dès la première phrase, notant la qualité des questions posées au CdA et plaisantant sur les questions auxquelles il s’attendait plutôt, sur le nombre de lits par chambre, la solde ou la reconnaissance témoignée par la société. « Et c’est sûr que vous méritez le respect et la reconnaissance », insistant sur le fait que, en cas d’engagements réels, chacun d’entre eux serait amené à risquer sa vie et celle de ses subordonnés. « C’est justement pourquoi il m’importe autant que vous receviez le respect qui vous est dû, car vous êtes l’avenir de notre pays. » Pour qu’ils soient de bons supérieurs, comme le cdt C Baumgartner l’attend d’eux, il leur recommande de « se battre pour leurs recrues et leurs soldats ». Selon lui, un bon chef se reconnaît à sa capacité à tirer parti des points forts de ses subordonnés plutôt qu’à focaliser sur leurs faiblesses, et en cas de difficulté, à sa manière de « mouiller sa chemise ». Lui aussi a adressé ses remerciements aux aspirants officiers en leur disant : « Bienvenue à bord ! Je suis content de pouvoir compter sur des gens comme vous. »

Le lieutenant-colonel Jean-Baptiste Thalmann, commandant de l’école d’officiers de la logistique 40, ne voyait pas les choses autrement, lui qui nous confiait en marge de la manifestation : « Quand on voit ces jeunes gens, ouverts, motivés, on ne peut qu’avoir confiance en notre future armée. » Il a insisté sur la camaraderie, un point fort de l’armée, qui la distingue du service civil. « La journée s’est bien passée, on a atteint notre but. »

Après avoir fini leur circuit, deux officiers qui ont déjà payé leurs galons, le sergent Gian Carlo Branda, de l’école d’officiers de l’infanterie, et le sergent Abraham Iseli, de l’école d’officiers de l’aide au commandement, sont venus confirmer les dires du lieutenant-colonel Thalmann. « C’était passionnant. J’ai pu me familiariser avec des aspects de l’armée que je ne connaissais pas », explique le sergent Iseli, que les informations sur le déminage et les démonstrations effectuées par les spécialistes ont particulièrement impressionné. Pour le sergent Branda, la réussite de la journée tenait aussi à sa rencontre avec les rares autres aspirants venus du Tessin. Et de confier : « Maintenant que j’en ai appris plus sur la SWISSCOY, je me verrais bien effectuer un engagement à l’étranger. »