print preview Retour Commandement de l'Instruction

Swiss SVG-Trophy : les cuisiniers militaires sur le gril

Trois cuisiniers du Centre d’instruction de la subsistance ont participé au Swiss SVG-Trophy. Leur équipe, parmi les six concurrentes, a transformé la restauration collective en événement gastronomique et présenté des créations convaincantes, tant sur le plan visuel que gustatif.

21.03.2019 | Centre d’instruction de la subsistance, Christoph Merki

07-DSC_2302
Photos: Christoph Merki

Trois cuisiniers, quatre heures et 240 assiettes vides. Telle était le défi, à 8h du matin, lorsque l’équipe du Centre d’instruction de la subsistance s’est lancée dans l’épreuve finale du concours culinaire Swiss SVG-Trophy. En tout, six équipes de trois personnes actives dans la restauration hospitalière et collective se sont qualifiées et ont participé à l’épreuve. Il s’agissait, pour chacune, d’élaborer le dossier complet d’un menu pour 80 personnes et de le préparer, sous l’œil avisé du jury, dans les cuisines de sa propre entreprise. Exécution pratique et manière de servir, rien n’a échappé aux experts. En d’autres termes, leur évaluation a porté sur la façon de travailler en cuisine et la présentation esthétique et gustative des assiettes. Pour pimenter le concours, le budget des ingrédients de ce menu à trois plats était limité à dix francs par personne. Les candidats avaient aussi pour consigne de s’inspirer du thème de carnaval pour la création de leur dessert.

Travail d’équipe et savoir-faire technique

Les trois cuisiniers employés auprès du Centre d’instruction de la subsistance, l’adjudant sous-officier Sascha Heimann, le sergent Marcel Schori et l’appointé David Lanz, n’ont pas eu une minute de pause durant l’épreuve. L’horaire strictement cadencé, essentiel à la réalisation du menu très exigeant qu’ils avaient composé, ne leur a laissé aucun répit. Aussi ont-ils scrupuleusement gardé un œil sur l’horloge tandis que les produits prenaient progressivement forme sous leurs mains. Une synchronisation parfaite est nécessaire au succès de ce type de mission. Même si les tâches avaient été réparties en tenant compte de leur durée, c’est surtout l’esprit de cohésion des chefs qui, ajouté à leur savoir-faire professionnel, a joué un rôle déterminant dans la réussite de leur présentation. La passion bouillonnante et l’attitude déterminée dont les trois cuisiniers ont fait preuve ont sublimé leurs performances durant la préparation du concours comme devant leurs fourneaux, en présence du jury.

Des mets créatifs, variés et équilibrés

Variation de volailles d’élevage et de céleris, la première entrée a quitté la cuisine à la minute précise où elle devait le faire. Parmi les convives participant à la dégustation du menu de concours, Thomas Schenker se montrait déjà très enthousiaste après le premier service. Le plat de résistance, un rôti de filet de porc avec joues à l’étuvée, accompagné d’une mousseline de pommes de terres, d’une charmante décoration à base de fromage et de brocolis Bella Verde, fit également bel effet. Puis vint le tour du dessert, un véritable câlin pour les papilles. Loin d’avoir épuisé leur imagination, les cuisiniers du Centre d’instruction de la subsistance ont servi une gelée de poires avec une mousse séré-yaourt, une tartelette aux poires et aux amendes ainsi qu’une glace au chocolat, le tout paré d’une merveille de carnaval et parsemé de confettis comestibles pour rendre hommage au thème imposé. Après avoir dégusté son dessert, Thomas Schenker a déclaré avec gourmandise que le menu avait été une grande suite de petits points d’orgue. Approuvant ce constat, un autre invité, Josef Wolf, a ajouté que les trois plats avaient pour point commun d’être créatifs, variés et équilibrés.

Mais il faudra attendre le 12 avril pour connaître le classement et savoir si le jury a également apprécié le savoir-faire et succombé aux créations de nos cuisiniers militaires.