print preview

Northrop F-5E Tiger II

Vers la fin des années septante, les moyens commencèrent à manquer pour les tâches de couverture aérienne. C'est donc avec le Northrop F-5E Tiger II qu'on trouva le moyen d'y remédier.

Northrop F-5E Tiger II
Groupe
Aéronefs
Classe
Avions de combat
Lieu de l'engagement
Air

Développé et construit par: Northrop Corporation, Hawthorne, California, USA
Montage final: Fabrique fédérale d'avions, Emmen (aujourd'hui RUAG Aviation)
Année de construction: 1976 et 1983/84
Affectation: Couverture aérienne
Équipage: 1 pilote
En service depuis: 1978
Nombre d'avions acquis: 98
Nombre d’avions qui volent encore régulièrement: 21
(effectif en juin 2016; sans biplace F-5F)

Immatriculation: J-3001 à J-3098

À la suite de la mise hors service des Venom, et avec l'accroissement des missions d'appui au sol confiées aux Hunter, les moyens commencèrent à manquer pour les tâches de couverture aérienne. C'est donc avec le Northrop F-5E Tiger II qu'on trouva le moyen d'y remédier.


En 1976 à l'issue d'essais approfondis, le Parlement se prononça pour l'acquisition de 72 Tiger, soit 66 de type F-5E (monoplaces) et 6 de type F-5F (biplaces). Les modules et éléments d'assemblage plan vol que sur le plan technique, l'introduction des Tiger fut un succès.


Avec le message sur l’armée 2018, le Conseil fédéral demandait le 14 février 2018 la mise hors service de systèmes d’armes partiels ou complets, dont 27 des 53 avions de combat F-5 Tiger encore en possession de l’armée, qui doivent être vendus. Les 26 appareils restants continueront d’être engagés pour décharger les F/A-18 de tâches secondaires. Ils seront affectés principalement à l’entraînement (pour servir de cibles), à la surveillance de la radioactivité et à la Patrouille Suisse.

Caractéristiques Techniques
Vitesse maxi: Mach 1.64 / 1'700 km/h
Vitesse de décollage: 145 kts / 270 km/h
Vitesse d'atterrissage: 155 kts / 290 km/h
Distance de décollage: 610 m
Vitesse ascensionnelle initiale: 174 m/s
Plafond opérationnel: 15'590 m/M
Facteur de charge max.: +7,3 / -3,0 g
Autonomie de vol max.: 2 heures
Rayon d'action: 1'056 km
Autonomie: 3'100 km (avec réservoir supplémentaire de 1'000 litres)
Structure: avion à voilure en trapèze basse cantilever, construction métallique
Longueur: 14.68 m
Hauteur: 4.06 m
Envergure: 8.13 m
Poids à vide: 4'350 kg
Poida au décollage: 7'080 kg
Poida au décollage max: 11'180 kg
Moteur: 2 General Electric J85-GE-21A
Type: turboréacteur à compresseur axial
Régime ralenti au banc: 8'300 t/min
Régime pleins gaz: 16'600 t/min
Poussée sans postcombustion: 3'114 daN (1'557 daN chacun)
Poussée avec postcombustion: 4'448 daN (2'224 daN chacun)
Équipement: Siège éjectable, cabine pressurisée, train d'atterrissage escamotable, parachute-frein, volets de bord d'attaque et de bord de fuite, aérofreins, équipement CGE
Armement: 2 missiles air - air SIWA AIM-9P,
2 canons de bord 20 mm M 39 (560 coups)
Charges exterieurs: 3'170 kg, réservoir supplémentaire sous le fuselage, 2 reservoirs supplementaires sous les ailes

Informations supplémentaires

Vers la fin des années septante, à la suite de la mise hors service des Venom, et avec l'accroissement des missions d'appui au sol confiées aux Hunter, les moyens commencèrent à manquer pour les tâches de couverture aérienne. C'est donc avec le Northrop F-5E Tiger II qu'on trouva le moyen d'y remédier. En 1976 à l'issue d'essais approfondis, le Parlement se prononça pour l'acquisition de 72 Tiger, soit 66 de type F-5E (monoplaces) et 6 de type F-5F (biplaces). Les modules et éléments d'assemblage plan vol que sur le plan technique, l'introduction des Tiger fut un succès.

Ces appareils ayant fait leur preuves, particulièrement en raison de leur facilité d'emploi par la milice, le Parlement décida, en 1981, de procéder à l'achat d'une nouvelle tranche de 38 appareils, composée de 32 monoplaces et d'une nouvelle série de 6 biplaces. De même que pour la première série, le montage final eut lieu en Suisse. Cette deuxième phase d'acquisition se termina en 1984.

Alors que les biplaces F-5F servent avant tout à l'instruction et à l'accomplissement de vols de contrôle, les monoplaces F-5E sont attribués aux escadrilles de professionnels et de miliciens chargées de mener le combat aérien. Cette affectation détermine donc leur armement, qui se limite aux canons et aux missiles à tête chercheuse infrarouge. Même si les possibilités d'engagement de cette flotte peuvent paraître quelque peu réduites en regard des chasseurs les plus modernes, force est de constater que les Tiger rendent de précieux services en matière de couverture aérienne (soit jusqu'à 6000 m/mer).

Le démarrage des réacteurs du F-5 se fait à l‘aide d‘air comprimé. L‘avion doit donc être raccordé à un groupe électrogène au sol pour recevoir l‘air extérieur dont il a besoin pour atteindre le régime nécessaire à l‘allumage des réacteurs. La rentrée et la sortie du train et des volets d‘atterrissage ainsi que le mouvement des gouvernes de direction et des aérofreins sont assurés par deux systèmes hydrauliques redondants.

Premières ventes

Le 10 août 2002, le Département de la Marine des Etats-Unis (Department of the Navy) a acheté en Suisse lors d’une procédure « inverse » unique de Foreign Military Sales (FMS) 32 F-5E Tiger II usagés. Ces avions ont tous été utilisés jusqu’en juin 2008 comme F-5N avant tout pour des entraînements réalistes contre des escadrilles agresseurs de l’US Navy. Les machines ont été transportées en pièces détachées entre Emmen et l’usine Northrop Grumman à Saint-Augustine (Floride) deux par deux par des Hercules C-130T de la Navy Reserve. Le dernier vol de transport a eu lieu le 26 octobre 2007. Chez Northrop-Grumman, on a procédé à une révision complète des avions, y compris à l’échange de parties de la structure et à d’autres modifications. Trois des F-5E suisses ont été transformés en biplaces avec un nouveau compartiment avant et ils ont reçu la désignation F-5F auprès de la Navy. Outre l’escadrille VFC-13 basée à Fallon qui a réceptionné son premier F-5N le 16 mars 2004, deux autres escadrilles ont été équipées avec les F-5E de Suisse remis à neuf. Une douzaine d’appareils ont intégré l’unité VMFT-401 « Sniper » du Corps des Marines à Yuma en Arizona et environ le même nombre d’avions ont rejoint l’unité VFC-111 « Sundowners » à Key West en Floride.

Les Etats-Unis ont acheté plus tard encore douze autres Tiger II F-5F à la Suisse. Au total, ce sont 44 avions qui ont été finalement acquis par l’U.S. Navy pour un montant de 50 millions de dollars. La dernière machine, un F-5N Tiger II monoplace, a été remise à la Navy le 29 avril 2009 à Saint-Augustine lors d’une cérémonie. Les avions remis à neuf et modifiés en cinq mois par Northrop Grumman doivent continuer à voler pour la Navy jusqu’à cette année.

En plus des jets vendus aux USA, trois autres F-5E ont été liquidés pour différentes raisons.

Engagés pendant quatre ans en Autriche

En avril 2004, la Suisse et l’Autriche ont conclu un contrat de location de douze F-5E Tiger des Forces aériennes suisses pour combler le vide entre la mise hors service des Saab Dracken et l’introduction de l’Eurofighter et pour assurer la surveillance de l’espace aérien.

Le peuple suisse a dit « non » au Gripen

Dans le cadre des nouveaux crédits d’engagement pour l’EEP (Etude de projets, essais et préparatifs d’achats), le Conseil fédéral avait autorisé le 27 juin 2007 huit millions pour le projet de remplacement partiel du Tiger. Ainsi, dès 2008, un véritable projet d’achat pour remplacer partiellement les 54 F-5E/F Tiger II encore en service (2007) pouvait être lancé. Les Tiger – avions conçus dans les années ’70 – dans leur configuration suisse, auront atteint dans quelques années la fin de leur carrière technique. De plus, ils ne répondent plus aux exigences de la conduite du combat dans la troisième dimension. Vu qu’ils ne peuvent être engagés ni par tous les temps ni de nuit, ils ne remplissent même plus les exigences techniques minimales requises pour assurer le service de police aérienne. Pour ces raisons, il était ainsi prévu de les retirer du service en 2016. En 2014, ce sont cependant surtout des considérations juridiques qui ont incité le Parlement à ne pas entrer en matière sur le message du Conseil fédéral traitant de leur retrait du service. En effet, le retrait du service de ces avions de combat ne sera possible qu’une fois la nouvelle loi sur l’armée aura été adoptée. Ce n’est ainsi sans doute qu’en 2017 que le Parlement prendra une décision. D’ici là, les Forces aériennes maintiendront donc sa flotte de 54 F-5 Tiger.

Lorsque les F-5 Tiger auront été retirés du service, il faudra plus d’avions de combat que les 32 F/A-18 Hornet restants pour parvenir à conserver la compétence de la conduite du combat aérien et maintenir ainsi la capacité d’assurer le service de la police aérienne.
Armasuisse avait de ce fait entrepris l’évaluation d’un nouvel avion de combat et testé du mois de juillet au mois de décembre 2008 les trois candidats retenus : le Rafale (Dassault), l’Eurofighter (EADS) et le Gripen (Saab). Ensuite, après avoir choisi le type d'avion par décision du 30 novembre 2011, le Conseil fédéral avait demandé au Parlement d'adopter, avec le programme d'armement 2012, le remplacement des F-5 Tiger II désuets des Forces aériennes par 22 avions de combat monoplaces du type Gripen E pour un montant de 3,126 milliards de francs. Il était prévu que les avions soient livrés de manière échelonnée durant les années 2018 à 2021. L'adoption de la loi sur le fonds Gripen soumise au référendum facultatif était toutefois nécessaire pour ouvrir la voie à l'acquisition du Gripen avec le programme d'armement 2012. Le référendum a abouti et le peuple suisse a voté « non » à l'achat du Gripen le 18 mai 2014. Afin de combler la lacune de sécurité qui nous guette désormais, le Conseil fédéral et le Parlement doivent maintenant examiner des solutions de remplacement.

Dernière école de recrues sur Tiger

2016, la dernière école de recrues d’aviation à être formée sur des Tiger a eu lieu. Une ère longue de 35 ans au cours de laquelle des centaines de Suisses ont effectué leur service militaire sur cet engin mythique s’achève. Pour marquer cet événement exceptionnel, l’avion immatriculé J-3074 a reçu une livrée spéciale.

 

Tiger F-5E J-3074 mit Sonderbemalung

Engagement des F-5 dans le monde

Voici la liste des pays dont les forces aériennes ci-après comptent ou ont compté par le passé entre autres parmi les exploitants, outre du F-5A Freedom Fighter à succès, des avions suivants dans leurs effectifs : CF-5A (CT-116), RF-5A Tigereye, NF-5A, F-5B, NF-5B, F-5D, CF-5D (CF-116), T-38 Talon (avion d’entraînement, utilisé également par la NASA), F-5E Tiger II er F-5F Tiger II :

Ethiopie, Bahreïn, Botswana, Brésil (F-5E/F), Chili, Grèce (NF-5A/B), Honduras (F-5E/F), Indonésie (F-5E/F MACAN), Iran (F-5A et F-5E/F, modernisés avec deux empennages verticaux), Yémen, Jordanie, Canada (fabriqués sous licence sous le nom de Canadair CF-5A Freedom Fighter), Kenya, Libye, Malaisie, Maroc (F-5A, RF-5A, F-5B, F-5E et F-5F), Mexique, Pays-Bas (de Canadair), Norvège (de Canadair), Autriche (prêtés par la Suisse), Philippines, Portugal (T-38), Arabie saoudite (F 5E/F et RF-5E), Espagne, (fabriqués sous licence), Singapour (F-5E/F), Soudan, Corée du Sud (F-5 et T-38), Viêt Nam du Sud (plus tard Viêt Nam), Taïwan, Thaïlande, Tunisie, Turquie (F-5A, NF-5A et T-38), Etats-Unis et Venezuela (de Canadair et NF-5A/B).

A la fin de la guerre du Viêt Nam (30 avril 1975), le Viêt Nam du Nord a livré de son butin de guerre au moins deux F-5E à l’URSS et, en 1977, une machine à la Pologne et une à la Tchécoslovaquie dans un but précis, qui n’était pas tout à fait celui de constructeur.

La production des séries F-5 et T-38 Talon a été stoppée en 1989 après plus de 30 ans avec la livraison du 3806e appareil. 

 

Modifications

f-5-e-modif

Dans le cadre du service normal de modifications de la Fabrique fédérale d’avions à Emmen, une antenne radio VHF (installations radio VHF, à l’intérieur du cercle rouge sur la photo) a été introduite en 1982 sur le système F-5.

Pertes

Au cours des ans, sur les 110 Tiger qui constituaient la flotte totale, on a malheureusement enregistré la perte de 10 de ces appareils dans des circonstances accidentelles (J-3013 / 17 / 18 / 28 / 42 / 48 / 59 / 71 / 78 / 86*). Sans compter que 44 F-5E ont été vendus aux USA alors que trois autres ont été retirés du service.
* Le 9 juin 2016, deux avions de type F-5E se sont percutés au cours d’un vol d’entraînement de la Patrouille Suisse en vue d’un show aérien à Leeuwarden (Pays-Bas). Un des appareils (J-3086) s’est abîmé dans un étang.

Patrouille Suisse

F-5E der Patrouille Suisse

Les «Tigres» de la Patrouille Suisse

Pour améliorer la visibilité du Tiger pour les spectateurs au sol, mais aussi pour les pilotes entre eux, 12 avions ont reçu leur livrée rouge et blanche actuelle, qui permet aussi de mieux les distinguer en combat aérien. Pour encore plus de visibilité, ces avions ont été équipés d‘un dispositif fumigène commandé par un bouton situé sur le manche à balai et enclenché au signal du leader. Un mélange de diesel et d‘huile est alors vaporisé dans les gaz d‘échappement du réacteur droit pour générer de la fumée. L‘effet dure environ 3 minutes en tout. Pour faire de la place pour le réservoir supplémentaire des fumigènes, on a démonté le canon droit des Tiger rouge et blanc.