print preview

Retour Forces aériennes


Rapier : 40 ans au service de la défense aérienne

Le groupe d’engins guidés mobiles de défense contre avions 4 a rendu son étendard au canton de Bâle-Ville, sur la Barfüsserplatz. Le système Rapier a terminé son engagement par cette dernière mission. Il sera remplacé par le système Patriot, qui fera entrer la défense sol-air de l’Armée suisse dans une nouvelle ère.

04.10.2022 | Communication Défense, officier spécialiste Noël Graber

Dernier étendard : les « rapiéristes » à la Barfüsserplatz à Bâle
Dernier étendard : les « rapiéristes » à la Barfüsserplatz à Bâle. ©VBS/DDPS, soldat Marc Zingg

Le 30 septembre 2022, le groupe d’engins guidés mobiles de défense contre avions 4 (gr eg DCA mob 4) a rendu le dernier étendard Rapier au canton de Bâle-Ville. Ainsi s’est achevé le chapitre Rapier de la défense aérienne suisse. Le groupe 11 a pour sa part déjà rendu son étendard au canton d’Appenzell Rhodes-Extérieures en septembre sous la direction de son commandant, le major Christoph Schori.

Un œil qui rit, un œil qui pleure

Le gr eg DCA mob 4 et de nombreux amis de la défense contre avions se sont réunis à la Barfüsserplatz pour prendre congé du système d’engins guidés qui a rendu de bons services. « Nous, les « rapiéristes », avons l’habitude d’accomplir nos tâches 24 heures sur 24, que ce soit pour la garde, la direction du feu, dans la cuisine du détachement ou ailleurs encore », a précisé avec fierté le commandant de groupe, le lieutenant-colonel Philipp Schumacher, faisant l’éloge de sa troupe. C’est avec un œil qui pleure et un œil qui rit qu’il a vu le Rapier arriver au bout de son voyage. « J’ai un pincement au cœur, parce qu’il m’a côtoyé pratiquement durant toute ma période de service. Mais je me réjouis de contribuer à faire entrer la défense sol-air de la Suisse dans une nouvelle ère », a-t-il ajouté.

Se séparer de ce que l’on a appris à apprécier

Le remplaçant du commandant des Forces aériennes, le brigadier Werner Epper, a dirigé lui aussi son regard vers l’avenir et cité Louis Pasteur : « La chance ne sourit qu’aux esprits bien préparés. » La mise hors service du système Rapier marque le début de la transformation de la défense contre avions en défense sol-air. « Nous devons être à même de contrer les menaces modernes. Cela signifie parfois de se séparer de ce qu’on a appris à apprécier », a dit le brigadier Epper.

Un avion accroché est un avion perdu

Au moment de l’acquisition, Rapier s’était imposé comme le système d’engins guidés le meilleur marché face à ses concurrents. En 1984, les premières unités avaient été livrées : mobiles, pouvant être engagées par tous les temps, efficaces contre des objectifs volant à basse altitude et surtout compatibles avec le système de milice. À l’époque, un film vantait la précision absolue du Rapier, qui avait cent pour cent de chances d’atteindre un avion lorsqu’il l’avait accroché. Le 18 septembre 1985, le colonel EMG lib Rudolf Steinmann, alors commandant de groupe, avait reçu l’étendard du gr eg DCA mob 4 du commandant de corps Jean-Rodolphe Christen.

Des capacités nouvelles et précieuses

Dans le message sur l’armée 2020, le Conseil fédéral a proposé la mise hors service du Rapier à fin 2022, après 38 ans au service de la défense aérienne. Les deux groupes restants 4 et 11 seront dissous à la fin de cette année. En restituant symboliquement l’étendard à la directrice du département de la justice et de la sécurité du canton de Bâle-Ville, Stephanie Eymann, la défense contre avions a procédé à la mise hors service d’un système qui a longtemps fait ses preuves. Cependant, la défense sol-air acquerra avec le système Patriot de nouvelles et précieuses capacités, qui enrichiront l’histoire de la défense aérienne suisse d’un nouveau chapitre.


Retour Forces aériennes