print preview Retour Forces aériennes

Ils appellent le 1414, mais un hélicoptère militaire arrive

Pendant six week-ends, un contingent de sauvetage de l'Armée suisse a soutenu la Garde aérienne suisse de sauvetage (REGA) pour 22 missions avec un hélicoptère militaire EC635. Il ne s'agit pas seulement d'une coopération pour maintenir cette compétence au sein de l'armée, mais aussi d'une expérience précieuse en vue des prestations d’aide subsidiaire parfois sollicitées par les partenaires civils du Réseau national de sécurité (RSS).

02.04.2019 | Communication Défense, Giorgio Krüsi

Pendant six week-ends, 22 personnes ont été secourues avec un hélicoptère militaire EC635.

Payerne, Zurich et Lucerne. De là viennent les deux officiers et le sous-officier de carrière de l'Armée suisse qui sont entrés en service à l'aérodrome d'Alpnach samedi matin. Un assistant de vol, un médecin de troupe et un pilote d'hélicoptère se trouvaient dans le hangar à 07.00 heures du matin pour apprêter la disponibilité de vol. Aujourd'hui encore, une moyenne de 4 à 5 vols de sauvetage sont attendus pour le compte de la REGA.

Le Réseau national de sécurité (RSS) et le maintien de la compétence dans le service de sauvetage aérien de l’armée (LRA) constituent la base de la coopération entre la REGA et l'armée. En tant qu'élément du RSS, l'armée entraîne la coopération avec les partenaires du secours suisse dans différents domaines et se tient prête à soutenir les autorités qui sollicitent de l’aide subsidiaire. Les Forces aériennes suisses forment à leur tour le service de sauvetage aérien militaire, l'une des tâches que la loi confie à l'armée.

Un printemps ensoleillé avec de la neige mouillée, des vents forts sur la crête et un danger d'avalanche modéré mais diffus sont le contexte classique des accidents de skieurs, parapentistes et randonneurs : en plus des cas médicaux, ce sont les clients typiques de la REGA en cette fin de saison populaire sur la neige.

Prêts au décollage en 5 minutes

Il est 09h00 et, comme prévu, le pilote informe le centre des opérations de la REGA que l’équipage militaire est prêt à l’engagement. Pour la sixième fois consécutive, un hélicoptère de l'Armée suisse avec son propre équipage soutient la Garde aérienne suisse de sauvetage en Suisse centrale. « Désormais, nous devons être prêts à décoller en 5 minutes », confirme le capitaine Peter Schmidlin, pilote professionnel de l'Escadron de transport aérien 8.

La coopération avec la REGA dans le cadre du piquet d’hiver est une occasion précieuse de préserver les compétences en matière de sauvetage aérien. La dernière remonte à 6 ans. « De cette façon, nous vivons des engagements réels et pouvons échanger des expériences utiles », explique Bertrand Cina, assistant de vol expérimenté et adjudant d’état-major. Ces expériences seront intégrées aux deux cours d’une semaine auxquels l'équipe LRA des Forces aériennes participe chaque année, ainsi qu'aux modules d’instruction des écoles d’aviation. Les connaissances et les procédures des Forces aériennes sont toujours adaptées aux standards utilisés dans le sauvetage professionnel.

Le médecin de troupe, le premier-lieutenant David Schurter, confirme que l’armée dispose du même équipement utilisé par les civils : « le sac à dos avec les médicaments et les accessoires de secours est mis à disposition par la pharmacie de l’armée. » Le dr. David Schurter travaille à 90% comme médecin anesthésiste FMH dans un hôpital zurichois, pour le reste comme médecin d’hélicoptère pour la REGA. A l’armée il était médecin de troupe et aujourd’hui il est incorporé dans le team LRA des Forces aériennes. Il porte son uniforme rouge REGA, une nouvelle combinaison d’hiver que l’assistant de vol Bertrand Cina a voulu tester. Peut-être que déjà dans le vestiaire il y a quelque chose à apprendre.

22 engagements pendant plus de 10 heures de vol

Au crépuscule de dimanche soir cette série de six week-ends de piquet prend fin, totalisant 22 engagements de sauvetage, pendant plus de 10 heures de vol. Le soulagement en voyant les secours arriver sur place était toujours accompagné d'un certain étonnement : personne ne s’attendait à voir un hélicoptère vert (de l’armée) à la place d'un rouge (de la REGA, qui a tout de même soigné le dispatching et la conduite de l’engagement). Seize vols de secours ont eu lieu sur les pistes de skis, dans deux cas il a fallu engager le treuil. Les opérations de sauvetage ont été effectuées conformément aux normes en vigueur, avec un vol de transfert vers l'hôpital le plus proche.

L’hélicoptère EC635 sera reconfiguré pour le sauvetage aérien lorsque l’armée sera de nouveau engagée au Forum économique mondial de Davos, dans le cadre des tirs aériens sur l’Axalp, de la Patrouille des glacier ou d’autres occasions pour lesquelles les autorités demandent de l’aide militaire.

Heureuse d'avoir sauvé plusieurs blessés dans les montagnes, l'équipe à la fin du travail semble résumer la journée de la manière suivante: nous ne sommes pas en retard, nous sommes à jours, nous sommes bien « fit for the mission ». Une bonne nouvelle pour le maintien des compétences dans le sauvetage aérien de l'armée.