print preview Retour Police militaire

Ensemble pour la protection et la sécurité de la population

Le commandement de la police militaire, avec ses militaires de carrière et son personnel de milice, a aidé le Corps des gardes-frontières (Cgfr) à faire respecter les servitudes restrictives pratiquement au pied levé. Tous les membres de la police militaire ont fait preuve d'une grande motivation pour la mission qui leur a été confiée. Bien que le bataillon de police militaire 3 (bat PM 3) ait été libéré, les policiers militaires de carrière continuent à soutenir le Cgfr.

04.05.2020 | Kommunikation Kommando Militärpolizei

Militärpolizei und Grenzwache gemeinsam auf Patrouille

 

La mission de l'Armée dans le contexte de "CORONA 20" s'est principalement concentrée sur les bataillons hôpitaux et les formations sanitaires qui ont été et sont encore directement exposés aux effets du virus. Toutefois, pour que le concept global du Conseil fédéral pour la crise actuelle puisse être mis en œuvre, l'Administration fédérale des douanes y compris le Corps des gardes-frontières, dépendent également du soutien de l'armée. D'une part, les policiers militaires de carrière se tiennent aux postes frontières encore ouverts et aident à contrôler la circulation des personnes et des marchandises. Le déploiement avec les gardes-frontières se déroule sans problème, souligne policier militaire sergent-chef Sandro Röschli, qui est déployé en Suisse orientale. Une formation similaire et, par conséquent, des compétences presque identiques pour policiers militaires et gardes-frontières seraient un avantage et contribueraient à garantir que la composante professionnelle de la police militaire aux postes frontières apporte une valeur ajoutée évidente. En retour, les policiers militaires pourraient également bénéficier de l'expérience qu'ils acquièrent.

La population apprécie l'engagement

En plus de la composante professionnelle, les miliciens sont déployés principalement sur la frontière verte. Qu'ils soient stationnaires ou qu'ils fassent partie de patrouilles, les citoyens en uniforme surveillent le secteur frontière et s'assurent qu'aucun passage illégal de la frontière n'ait lieu. Dans la foulée du cours de répétition (CR), le bataillon de police militaire 3 a été la première formation à être ordonnée à la frontière dans le cadre du service d'appui. "C'est intéressant et nous pouvons appliquer ici ce que nous avons appris à l'école de recrues et dans chacun des CR, ainsi que dans l'instruction axée sur l'engagement", a déclaré motivé Yves Wieser, "c'est aussi un honneur que l'on nous ait accordé la confiance pour une telle mission". L'engagement réel pour Wieser et ses camarades a duré trois semaines. Même s'il ne se passait pas toujours grand-chose, ils étaient conscients de leur responsabilité. "Il est important que nous soyons également préparés dans les phases où il ne se passe pas grand-chose afin de pouvoir remplir notre mission", a expliqué Gian Gmünder dans une interview à la télévision suisse pour l'émission "10 vor 10". La présence militaire avait également montré des effets secondaires. "Les cambriolages étaient beaucoup moins nombreux dans la région frontalière" selon Wieser et Gmünder. En outre, la population a beaucoup apprécié cet engagement. En plus des visites intéressées des résidents locaux, les soldats en service à la frontière étaient parfois approvisionnés en pâtisseries ou en café. La coopération avec les miliciens a également été un succès pour les gardes-frontières suisses. "Nous avons la tâche de protéger les frontières, et les soldats de la milice nous sont d'une grande aide à cet égard", ont déclaré les gardes-frontières.

Les membres du bat PM 3 ont été libérés de leur obligations militaires et sont retournés à leur domicile après trois semaines de service d'appui et un total de six à sept semaines de service militaire sans permission. Ils l'ont fait en sachant que leur engagement motivé avait contribué de manière significative à surmonter la crise actuelle. Le bat PM 1, qui était prévu pour un CR dans ces prochaines semaines, vient de terminer son cours de cadre et a ensuite été licencié avec des servitudes.