print preview

Retour Commandement des Opérations


Un troisième service d'appui et un engagement sans faille

Pour la troisième fois en deux ans, l'armée appuie les cantons qui en font la demande dans leur lutte contre le Covid-19. Grâce au système de milice, l'armée peut soutenir les autorités civiles de manière rapide, professionnelle et sur mesure lorsqu’on a besoin d’elle et repart lorsque la mission est pleinement remplie.

11.02.2022 | Communication Défense, Nathalie Hesse

Les militaires ont échangé leur uniforme au profit d'une blouse d'hôpital. Seul leur badge permet de les différencier du personnel hospitalier professionnel.
Les militaires ont échangé leur uniforme au profit d'une blouse d'hôpital. Seul leur badge permet de les différencier du personnel hospitalier professionnel. ©VBS/DDPS, Jan Pegoraro

Le 7 décembre 2021, le Conseil fédéral offrait à nouveau l'appui de l'armée aux cantons qui en faisaient la demande pour lutter contre la cinquième vague de Covid-19. L'armée a tout d'abord fait appel à des formations en cours de répétition, des sanitaires en service long et des volontaires au bénéfice d'une formation sanitaire. Au total, quelque 300 militaires volontaires ont pu être engagés. Face à l'augmentation des demandes d'appui et des compétences spécifiques nécessaires, l'armée a ensuite mobilisé partiellement le bataillon hôpital 2 et le bataillon hôpital 66. C'est ainsi que depuis le mois de décembre 2021, des citoyennes et citoyens suisses ont mis leur vie professionnelle et familiale de côté pour revêtir l'uniforme et venir soutenir un système de santé à bout de souffle.

Des troupes bien formées

L'armée a engagé des soldats sanitaires et des soldats d'hôpital. Ces militaires proviennent de milieux professionnels divers et 90% d'entre eux n'exercent pas une activité professionnelle médicale. Ils ont néanmoins acquis des connaissances de bases dans le domaine médical durant leur école de recrues. Au début de l'engagement, ils ont suivi instruction axée sur l'engagement pendant trois jours afin d'être préparés spécifiquement à leur mission. Ils y ont appris notamment à faire des prises de sang, à changer les pansements, ou à s'occuper de l'hygiène corporelle. Grâce à une instruction de qualité, ils ont pu décharger les soignants pour des tâches de base.

Un appui à la vaccination et dans les soins de base

L'armée a tout d'abord appuyé le processus de vaccination. Des militaires ont été engagés dans les cantons du Jura, du Valais, de Neuchâtel, de Fribourg, d'Argovie et de Nidwald. Actuellement, le taux de vaccination baisse sur tout le territoire suisse. Par conséquent, les cantons requièrent beaucoup moins d’appui dans les centres.

L'armée a aussi été engagée dans divers hôpitaux. Aux Hôpitaux universitaires genevois par exemple, quelque 30 militaires du bataillon hôpital 2 ont été engagés dans le secteur des soins de base. Les soldats se sont occupés des soins de base tels que la prise des signes vitaux, la mobilisation ou l'hygiène corporelle pour pouvoir décharger le personnel soignant afin que celui-ci puisse se concentrer sur des tâches plus spécifiques. Une aide bienvenue pour le personnel soignant, qui a relevé à plusieurs reprises l'excellente collaboration civile et militaire.

Les demandes d’appui des cantons arrivent progressivement à leur terme. L'armée est engagée là où l'on a besoin d'elle et repart lorsque la mission est achevée. Selon ce principe, le bataillon hôpital 66 a été licencié le lundi 07 février 2022. Les autres appuis arriveront à leur terme le 19 février 2022. Conformément à la décision du Conseil fédéral, l’armée continue néanmoins de se tenir prête pour appuyer les cantons si nécessaire, et ce jusqu'à fin mars 2022. Grâce au système de milice, l'armée peut soutenir en tout temps les autorités civiles de manière rapide, professionnelle et sur mesure.

Photos

Liens

Thèmes associé

Valeur de la milice



Retour Commandement des Opérations