print preview Retour Commandement des Opérations

Bataillon d'infanterie de montagne 91 : une année après le service d’appui

Le bat inf mont 91 se trouve actuellement en service, et ce pour la première fois depuis l’engagement subsidiaire de mars 2020 visant à protéger les frontières suisses. Motivés et inspirés par l’expérience vécue l’année passée, les militaires du bataillon 91 effectuent maintenant leur CR en Suisse centrale. Revenons avec le capitaine Jonas Schäfli, commandant de compagnie de la compagnie d’état-major et responsable de la planification quotidienne de sa troupe, sur le service d’appui de l’an dernier.

06.07.2021 | Bat inf mont 91, adj EM Bangerter Manuel

Titelbild_def
Die Soldaten des Gebirgsinfanterie Bataillon 91 trainieren mit Minenwerfern. ©VBS/DDPS, Marco Gräzer

Au printemps 2020, au début de la pandémie de coronavirus, le monde retenait son souffle. Tandis que de nombreuses personnes travaillaient à domicile en semi-confinement, la troupe du bat inf mont 91 avait d’autres tâches : elle a eu le grand honneur d’appuyer l’Administration fédérale des douanes lors d’un engagement subsidiaire visant à protéger les frontières suisses.

Aujourd’hui, le virus est toujours présent et les militaires du bat 91 sont à nouveau en service. Mais cette fois en Suisse centrale, bien loin de la frontière, où ils effectuent un cours de répétition ordinaire. Qu’est-il resté de l’engagement subsidiaire mené aux frontières en mars 2020 ? Quelles sont les leçons tirées de cette mission ?

« Les militaires sont plus robustes qu’on ne le pense »

En discutant avec le capitaine Jonas Schäfli, commandant de compagnie de la compagnie d’état-major, il ressort que l’engagement subsidiaire était très présent durant la préparation du CR de cette année : « Le service d’appui mené en 2020 a montré que nos méthodes, notre formation au commandement et nos processus d’état-major fonctionnent. » Les militaires du bat inf mont 91 l’ont en effet prouvé, durant les trois semaines où ils ont soutenu avec enthousiasme, 24h sur 24, l’Administration fédérale des douanes dans la cadre de la surveillance et de la sécurisation des zones frontalières.

Ce dont se souvient surtout le capitaine Schäfli, c’est de la motivation de sa troupe pendant l’engagement subsidiaire : « Les militaires sont plus robustes qu’on ne le pense. Pendant l’instruction, certains se plaignent et râlent, mais durant l’engagement, ils se donnent à fond. »

Ainsi, cette année, seules quelques rares adaptations du concept du cours de répétition ont été nécessaires : « Ce que nous avons appris tient la route : nous n’avons pas eu besoin de procéder à de gros changements juste à cause d’un engagement inattendu. » La bonne collaboration entre les cadres et les soldats pendant l’engagement de 2020 a des répercussions positives sur le service actuel, comme l’explique le capitaine Schäfli : « J’ai appris à faire confiance à mon équipe et à me concentrer sur l’essentiel. Chacun doit accomplir la tâche qui lui est assignée, et si je commence à faire le travail des autres, je ne peux plus faire le mien. »

« Nous effectuons notre service exactement comme nous le faisions avant le service d’appui »

Seules les mesures toujours en vigueur pour lutter contre le COVID-19 ont impacté la planification du CR et le quotidien de la troupe. Les militaires du bat 91 ne se sont pas laissés désarçonner pour autant. Patiemment, et avec une certaine habitude maintenant, ils respectent aussi durant ce service d’instruction un concept de protection bien défini, valable 24h sur 24.

Le quotidien de la troupe dans ce CR comprend également des exercices stimulants et d’intéressantes unités de perfectionnement et de répétition adaptées aux fonctions spécifiques. Pour terminer, le capitaine Schäfli précise que tous les militaires, qu’ils soient membre d’équipage, fantassin ou ordonnance de bureau, effectuent leur service exactement comme cela était d’usage avant le service d’appui.