print preview Retour Commandement des Opérations

Les Forces aériennes enthousiasment à nouveau la foule sur l'Axalp

La fascination pour l'aviation reste intacte: des milliers de passionnés ont à nouveau gravi l'Axalp à pied dans l'Oberland bernois pour assister aux traditionnelles démonstrations des Forces aériennes. «Vous serez impressionnés comme je l'ai été lors de ma première visite», a prophétisé le Conseiller fédéral et chef du DDPS Guy Parmelin. Il ne s'est pas trompé. Les présentations des Forces aériennes ont fasciné ses hôtes de la politique, de l'économie et de la formation. Parmelin a attiré l'attention sur le fait qu'il est urgent de renouveler les moyens pour la protection de l'espace aérien.

11.10.2018 | Communication Défense

181017_f_AXALP_Thema-des-Monats
Précision extrême pour le survol de la Patrouille Suisse.

Les spectateurs ont eu un aperçu des vastes capacités des Forces aérienne suisses: par exemple, deux F/A-18 ont démontré le processus d'interception et d'identification d'un avion qui survole illégalement l'espace aérien suisse ("hot mission"). Un autre pilote de F/A-18 a montré les différentes vitesses de vol: de 130 à 1100 km/h. Le Super Puma Display Team, régulièrement engagé en faveur de la population civile, a effectué le transport d'une bête. Finalement, le public a été témoin de la dernière du Tiger F-5 qui effectuait son dernier engagement sur l'Axalp.

Remplacement des avions de combat urgent

Dans son introduction, le chef du DDPS a relativisé: le Tiger F-5 et le F/A-18 Hornet impressionnent encore, bien qu'ils aient été introduits il y a respectivement 40 et 21 ans. C'est pourquoi ils doivent être remplacés dans le courant des 12 prochaines années. Et ce qu'on ne voit pas sur l'Axalp, ce sont les drones et la défense sol-air avec les engins guidés de défense contre avions Rapier ou Stinger. Pourtant, ils sont une partie importante du "système global de défense aérienne".

Le Conseiller fédéral Guy Parmelin a ainsi abordé la question "Air2030" avec l'acquisition de nouveaux avions de combat et d'un système de défense sol-air. Il s'est montré satisfait que de nombreux cercles soutiennent la modernisation des moyens de défense de l'espace aérien. Il est en outre convaincu que le plan choisi par le Conseil fédéral, c'est-à-dire l'acquisition des moyens comme paquet global, est le meilleur. Tout d'abord, c'est un moyen démocratique qui rend un référendum possible. Ensuite cette décision offre de la sécurité sur toute la durée du projet. Finalement, on garde davantage de contrôle dans le cas d'une éventuelle votation.

Le divisionnaire Claude Meier, chef de l'état-major de l'armée, a ajouté que les missions de l'armée - combattre, défendre et aider - ne pouvaient être accomplies qu'à condition que la sécurité soit aussi assurée dans la troisième dimension. Le divisionnaire Bernhard Müller, commandant des Forces aériennes, a conclu en affirmant que l'acquisition des deux systèmes – défense sol-air et avions de combat – en tant que paquet global offrait les meilleures conditions.

J'espérais avoir une démonstration des prestations et des capacités des Forces aériennes. En même temps, j'attendais des informations actuelles sur le paquet "Air2030". Mes attentes ont été comblées.

Peter Lombriser, président central de l'Association Suisse des Sous-Officiers.

Je voulais connaître les capacités des Forces aériennes suisses. Je suis très impressionné.

Michael Stähli, directeur de la formation, canton de Schwyz.

Je voulais savoir comment les Forces aériennes doivent évoluer et quels moyens elles doivent avoir à disposition pour continuer à remplir leurs missions à l'avenir. J'ai beaucoup apprécié cette plateforme d'informations.

Marcel Sennhauser, rempl. directeur association scienceindustries.

Thèmes associé

Engagement des forces aériennes