print preview

Retour Commandement des Opérations


Une sécurité qui ne manque pas de mordant

Les chiens assurent entre autres la sécurité pendant le WEF. Ils protègent les hommes et les objets. Mais avant d’entrer en engagement, les chiens et leurs conducteurs doivent passer un examen. La rédaction de CUMINAIVEL était sur place ce jour-là.

24.05.2022 | CUMINAIVEL | sf/fe

 

Tendus, le lieutenant Steger et un autre militaire longent le chemin de gravier. Tous deux portent un lourd gilet pare-éclat; le soleil darde ses rayons; les deux hommes sont en sueur. Soudain, le berger belge tire sur sa laisse, les oreilles dressées, les muscles contractés. Peu rassuré, son maître le suit se diriger vers un buisson au bord du chemin. Puis le chien se met à aboyer. Le lt Steger a de la peine à le retenir. «Stop, armée suisse!», crie quelqu’un. Et quelques instants plus tard, l’intrus se retrouve ventre à terre, les mains liées derrière le dos, tandis que le chien grogne d’un air menaçant.

Le juge d’examens est satisfait. Il s’agissait du deuxième poste parmi les cinq que compte l’examen d’aptitude à l’engagement. Cet examen, lors duquel les conducteurs de chiens doivent démontrer que leurs animaux et eux-mêmes sont prêts à intervenir, marque la fin de l’instruction axée sur l’engagement.


Une équipe bien rôdée

S’il fallait trouver la principale qualité d’un bon chien de défense, ce serait celle de se montrer coopératif, c’est-à-dire obéissant. L’examen d’aptitude à l’engagement comprend entre autres le contrôle de l’indifférence au bruit des coups de feu. L’appointé Krattinger montre de quoi il s’agit: il ordonne à Idéfix, son malinois, de s’asseoir, puis il avance de quatre pas, place ses pamirs et tire trois coups avec son pistolet. Le chien reste tranquille. Il observe avec attention mais ne bouge pas. Il ne se laisse pas impressionné par le bruit. Prochaine étape: l’app Krattinger pointe le doigt dans un sens et le chien court dans la direction indiquée. Un coup de sifflet, et le chien revient à vive allure à son poste.

C’est un fait: l’app Krattinger et Idéfix forment une équipe bien rôdée. Il y a de cela cinq ans, l’app Krattinger a terminé son ER, lors de la sixième semaine de laquelle il avait reçu son chien. Les deux se complètent à merveille. «Pendant l’ER, un profil est établi pour le chien et le conducteur de chien: Idéfix est plutôt nerveux, moi plutôt calme. C’est pour ça que nous nous entendons si bien», estime le Fribourgeois de 25 ans. Les chiens appartiennent à leurs conducteurs non seulement à l’armée, mais aussi au civil. Ils sont donc toujours ensemble. Le plt Rentsch, commandant de la compagnie des conducteurs de chiens, ajoute: «Mon chien est surtout un chien de famille. Il est affectueux et amical. Pour lui, les exercices et les engagements ne sont rien de plus qu’un grand jeu.»


Longue instruction, entraînement constant

Le nouveau programme d’instruction de l’armée prévoit de transmettre les chiots à des professionnels dès l’âge de huit semaines. C’est alors que commence l’instruction de plusieurs années. Tous les ans, entre 20 et 40 chiens d’armée sont formés. Ils sont utilisés aux contrôles d’accès et contre les intrus. Dans ce genre d’engagement, Idéfix n’a aucune pitié. Quand le figurant, protégé d’un costume, tente de s’infiltrer à travers le contrôle d’accès, Idéfix réagit à la vitesse de l’éclair. L’app Krattinger donne l’ordre, Idéfix part au pas de course et mord le figurant à la jambe, le forçant à s’agenouiller. Il ne lâche prise que quand l’app Krattinger le lui ordonne et qu’il tire deux coups en direction de l’intrus. Le plt Rentsch est satisfait: «En situation d’examen, la morsure est quasiment inévitable. Le duo s’en est bien sorti.»

Idéfix passe avec brio les deux dernières épreuves, lors desquelles il doit démontrer son ouïe et son flair indéfectibles, et pister les intrus à l’extérieur comme à l’intérieur. L’examen est exigeant. La chaleur fait pendre de plus en plus la langue du malinois. L’app Krattinger est soulagé d’avoir réussi l’examen: «Je suis content que l’entraînement régulier ait porté ses fruits.» Idéfix et lui sont désormais prêts pour leur service de sécurité en faveur du WEF.


Retour Commandement des Opérations