print preview

Retour Commandement des Opérations


«Attentifs jusqu'à la toute dernière minute»

En tant que commandant de l’engagement subsidiaire (CES), le commandant de corps Michaud est responsable de l’engagement en faveur du WEF. En discussion avec la rédaction de CUMINAIVEL, il fait part de ses impressions dans sa fonction de CES et adresse ses remerciements à la troupe.

23.05.2022 | CUMINAIVEL | sf/fe


Le WEF de Davos et, avec lui, la phase sérieuse de l’engagement de l’armée ont commencé. Quelle impression avez-vous de la troupe?

Au cours de la journée et demie écoulée, j’ai pu rendre visite à différents acteurs tant militaires que civils. J’ai l’impression que tous les commandants ont vraiment compris le caractère subsidiaire de cet engagement. De la même manière, la collaboration avec les organisations civiles fonctionne à merveille. Ce point-là est capital pour moi. Même l’adaptation à la situation printanière a fonctionné.

Comme vous le dites, c’est la première fois que l’engagement de l’armée en faveur du WEF a lieu au printemps. Quelle est l’influence de cette nouvelle donne sur votre travail?

Il faut reconsidérer l’ensemble du terrain. Nous n’avons pas pu ressortir les plans des dernières éditions et supprimer l’élément «neige». Le processus de planification a donc été repris depuis le début, notamment la mise en place d’une analyse ajustée de l’environnement. De cette reconsidération et de beaucoup d’autres aspects ont découlé de nombreuses conséquences différentes pour tous les postes subordonnés.

Qu’est-ce qui vous a le plus impressionné lors de votre visite aux troupes en engagement?

Le sérieux de la troupe. Au cours des nombreuses discussions que j’ai menées avec les soldats et les cadres, j’ai remarqué qu’ils avaient tous assimilé le fait qu’il s’agissait d’un engagement réel, non d’un exercice. Nous TOUS voulons remplir notre mission, quelle que soit notre fonction.

Quel est pour vous le plus grand défi, sinon le plus grand potentiel d’amélioration?

Les ajustements et les améliorations sont de l’ordre du détail. Eux aussi sont dus au report du WEF au printemps. La question qui se pose est de savoir si les dispositifs doivent être ajustés en partie et les emplacements orientés différemment. De telles clarifications sont actuellement en cours. C’est justement pour cette raison que nous entamons si tôt les préparatifs du WEF de janvier 2023.

C’est la première fois que vous revêtez votre rôle de CES en faveur du WEF. Comment vous en sortez-vous dans cette nouvelle fonction?

Dans l’une de mes fonctions précédentes, j’étais chef d’état-major de l’État-major de conduite de l’armée. À l’époque, j’avais déjà accompagné l’engagement en faveur du WEF de nombreuses années durant et j’étais souvent sur le terrain, c’est-à-dire auprès de la troupe. Bien sûr, en tant que chef d’état-major de l’État-major de conduite de l’armée, j’avais une responsabilité différente de celle de maintenant. Comme vous pouvez le constater, j’ai déjà un solide bagage d’expériences concernant le WEF. J’aimerais aussi souligner le fait que, en tant que CES, j’ai le devoir de mettre en place les conditions qui permettront à la troupe de remplir sa mission.

Quel message aimeriez-vous passer aux soldats et aux cadres en engagement?

Deux choses. La première: nous nous trouvons en engagement. Nous devons donc rester attentifs jusqu’à la toute dernière minute. Nous devons être conscients qu’un imprévu peut arriver en tout temps. La seconde: j’aimerais témoigner ma plus grande estime et ma plus grande reconnaissance aux militaires engagés en faveur du WEF. Ces derniers accomplissent un énorme travail pour assurer la sécurité de notre pays et, partant, de la population. Merci beaucoup.


Retour Commandement des Opérations