print preview

Retour Commandement des Opérations


Expérience, joie et satisfaction personnelle

Après une trêve annuelle prolongée par le coronavirus, le Forum économique mondial de Davos se tiendra à nouveau en 2022. Voilà belle lurette que le contexte de la politique de sécurité n’avait pas été aussi tendu. CUMINAIVEL s’est entretenu avec le divisionnaire Peter Merz, commandant des Forces aériennes suisses, concernant l’engagement à venir.

18.05.2022 | CUMINAIVEL | lw


Monsieur le Divisionnaire, vous avez déjà vécu le WEF comme pilote et comme commandant d’une escadrille, d’une escadre et de la base aérienne de Meiringen. Aujourd’hui, vous participez pour la première fois au WEF en tant que commandant des Forces aériennes. Quelle sensation cette première fois vous procure-t-elle?

D’une part, le WEF est devenu un engagement annuel «normal» de l’armée. D’autre part, la recrudescence de nouveaux défis rend la planification et l’exécution passionnante, riche et variée. Avoir déjà pu participer au WEF dans les fonctions les plus diverses est un privilège qui m’aide beaucoup à comprendre les problèmes des différents échelons. Cette première fois me fait gagner expérience, me procure de la joie et constitue une satisfaction personnelle.

Au cours de ces dernières semaines, la situation sécuritaire en Europe s’est retrouvée profondément chamboulée. Dans quelle mesure affecte-t-elle l’engagement ALPA ECO?

Nous gardons les yeux rivés sur la situation générale et restons prêts à nous adapter à toutes les évolutions envisageables. À cet effet, nous pourrions mettre en œuvre sans délai les planifications d’urgence. Nous faisons aussi toujours preuve de souplesse. L’objectif reste de surveiller l’espace aérien dans son intégralité et de garantir en tout temps une protection optimale de tous les participants de la conférence contre les menaces tant aériennes que terrestres.

Fin mars, le Conseil fédéral a adopté un rapport intitulé «La sécurité de la Suisse eu égard à la technologie des drones». Où les Forces aériennes en sont-elles à l’heure actuelle?

Les Forces aériennes, les Forces terrestres et la police sont conscientes des menaces que peuvent représenter les drones. Elles adaptent donc en continu leurs capacités de défense selon les développements techniques. Pendant le WEF, nous allons aussi prendre ensemble toutes les mesures correspondantes avec nos partenaires pour pouvoir contrer une éventuelle attaque de drone.

En politique, le remplacement des F/A-18 par les F-35A constitue un autre sujet important. Vous avez été chef de projet des Forces aériennes pour les nouveaux avions de combat. Quelle est la plus-value qu’apportent les F-35A dans engagement comme celui du WEF.

Les excellents capteurs et la capacité de connexion accrue entre la conduite politique et la conduite aérienne nous offriront une avancée relativement importante en matière d’information et un aperçu supérieur à celui dont nous disposons pour l’heure. Le délai de préalerte et la qualité des informations se retrouveront augmentés de manière considérable. Par ailleurs, nous pourrons aussi profiter d’une autonomie des avions sur place plus longue que celle des F/A-18.

Pour terminer, aimeriez-vous adresser quelques mots à celles et ceux qui participeront à l’engagement ALPA ECO 22 au cours de ces prochaines semaine?

Oui, volontiers. Je remercie de tout cœur les militaires, mais aussi les collaborateurs de tous nos partenaires pour l’organisation d’un engagement à nul autre pareil pour protéger les participants de la conférence et assurer la sécurité de notre beau pays.


Retour Commandement des Opérations