print preview

Retour Commandement des Opérations


«Pour moi, c’est un l’un avec l’autre et non un l’un un contre l’autre»

Loger des milliers de militaires pendant le service subsidiaire en faveur du WEF tient chaque année de la gageure. Quartier-maître local, Stephan Rottensteiner est gardien d’une installation de formation et de cantonnement dans le secteur de Domleschg. Dans l’interview qu’il a accordée à CUMINAIVEL, il donne un aperçu de son travail.

16.05.2022 | CUMINAIVEL | sa/fe


En tant que quartier-maître local civil, vous êtes responsable d’une installation où d’une part sont logés des militaires et d’autre part ont lieu des cours d’instruction des services du feu. Pourriez-vous nous décrire votre travail?

En tant que quartier-maître local, je suis le trait d’union entre la commune et l’armée. De plus, je suis gardien d’une installation de formation, dont j’assure l’entretien technique. Dès que des troupes prennent leurs quartiers, je deviens presque hôtelier. Une fois par jour, je fais le tour du cantonnement et réponds aux questions, préoccupations et souhaits. Un avec l’autre et non un contre l’autre, voilà ma philosophie.

Les pompiers du canton des Grisons s’exercent actuellement sur le même terrain où sont logés les militaires. Comment fonctionne cette double exploitation du site?

Au début de chaque année, nous avons un rapport d’occupation avec l’armée, l’assurance grisonne des bâtiments et la commune. Dans ce rapport, nous établissons le calendrier de l’année. En moyenne, 90 jours sont réservés aux cours de formation des services du feu. Si l’armée se trouve au même moment sur place, ça devient serré. Les deux formations doivent alors partager le terrain. Les services du feu ne peuvent alors plus s’entraîner que sur une surface réduite. C’est peut-être un inconvénient, mais la cohabitation des militaires et des pompiers fonctionne très bien en général.

C’est sur ce même terrain que les pompiers de la commune ont leur dépôt. La présence de l’armée limite-t-elle aussi la place à disposition?

Non, la présence de la troupe ne restreint en rien les missions des pompiers de la commune. Lors d’un engagement, les voies réservées aux pompiers sont ouvertes. Ils entrent en intervention en sortant par l’autre bout du site, n’entravant alors en rien le bon fonctionnement de l’armée.

Au cours de ces dernières années, les services du feu ont-ils déjà dû intervenir en raison de l’armée?

Heureusement non. Les militaires se comportent avec bienséance. Si un incident devait malgré tout survenir, les pompiers seraient vite sur place (il rit).

Et quels sont les défis auxquels vous devez faire face en tant que quartier-maître local?

L’alerte incendie se déclenche parfois d’elle-même. Ce genre de problème n’est pas propre qu’à Domleschg. Les alertes incendies ont la réputation de se déclencher automatiquement pour rien. Dans ce cas, je reçois une alarme, me rends sur l’installation et clarifie la situation.

Outre le problème avec l’alerte incendie, il est déjà arrivé que les voisins appellent pour se plaindre du bruit. Ce bruit est hélas difficile à éviter, car le niveau sonore dans un centre de formation pour les services du feu est parfois relativement élevé. Et lorsque armée est là, garantir le calme absolu est tout simplement impossible. Pour assurer notre sécurité, les militaires et les pompiers sont en service en tout temps, c’est-à-dire aussi la nuit. Il s’agit là d’un dévouement inestimable.

Est-il possible de tirer profit des synergies pour mener à bien les exercices ou les cours d’instruction?

Oui, ça s’est déjà vu. À titre d’exemple, les services du feu ont expliqué à l’armée comment se service des extincteurs mobiles. L’infrastructure et l’installation du centre de formation se révèlent toujours utiles pour l’armée pendant le WEF. C’est un plaisir de constater que les deux organisations travaillent main dans la main et échangent connaissances et savoir-faire.

Et comment réagissent les pompiers à leurs voisins militaires?

Pour les pompiers, la présence simultanée des militaires n’est pas un obstacle, bien au contraire. Pompiers et militaires sont toujours avenants et aimables les uns envers les autres. La commune sur laquelle se trouve le centre de formation a elle aussi une image positive de l’armée. De plus, la location de l’installation permet de générer des revenus. C’est très important, car un site inexploité ne générerait que des coûts.

Dans quelques jours débutera le WEF à Davos. Existe-t-il à ce sujet des dispositions et des consignes particulières à respecter sur le site ?

Le WEF est assurément différent d’un cours de répétition traditionnel. Lors de cet engagement subsidiaire, l’armée est en service vingt-quatre heures sur vingt-quatre et le service de garde n’est pas un exercice. Mis à part moi-même et la personne qui me remplace, les civils ne sont pas autorisés à pénétrer sur la partie du site réservée à l’armée. Je dispose donc d’un petit privilège dont je ne s’en suis pas peu fier.


Und vor welchen Herausforderungen stehen Sie als Orts Qm?

Die Brandmeldeanlage macht sich manchmal selbständig. Das ist übrigens ein Problem, dass nicht nur hier vorkommt. Brandmeldeanlagen sind bekannt dafür, dass sie manchmal einen Alarm auslösen, obwohl es gar keinen Grund dafür gibt. In diesem Fall erhalte ich einen Alarm, gehe zur Anlage und kläre die Situation.

Neben dem Problem mit der Brandmeldeanlage ist es auch schon vorgekommen, dass sich die Nachbarn telefonisch wegen Lärm beschwert haben. Leider ist es nicht ganz zu verhindern, dass in einem Ausbildungszentrum für Feuerwehren der Lärmpegel manchmal etwas höher ist. Auch wenn die Armee hier ist, ist absolute Stille logischerweise gar nicht möglich. Feuerwehr und Armee sind für unsere Sicherheit immer im Dienst, also auch in der Nacht. Das gilt es zu wertschätzen.

Können Synergien genutzt und auch gemeinsame Übungen oder Ausbildungen durchgeführt werden?

Ja, das gab es auch schon. Die Feuerwehr zeigte den Armeeangehörigen beispielsweise den Umgang mit Kleinlöschgeräten. Auch nutzt das Militär, wie jetzt während des WEF, immer wieder die vorhandene Infrastruktur und die dazugehörenden Anlagen hier im Feuerwehrausbildungszentrum. Es macht Freude zu sehen, dass beide Organisationen zusammenarbeiten und Wissen und Können austauschen.

Und wie reagieren die Feuerwehrleute auf die militärischen Nachbarn?

Für die Angehörigen der Feuerwehr ist die zeitgleiche Präsenz des Militärs kein Hindernis, im Gegenteil. Der Umgang miteinander ist stets zuvorkommend und freundlich. Auch die politische Gemeinde, auf deren Gebiet das Feuerwehrausbildungszentrum steht, ist armeefreundlich eingestellt. Zudem generiert die Vermietung der Anlage finanzielles Einkommen. Das ist durchaus wichtig, da ein ungenutztes Areal nur Kosten verursachen würde.

In wenigen Tagen beginnt das WEF in Davos. Gibt es diesbezüglich bestimmte Regelungen und Richtlinien, die hier auf dem Areal einzuhalten sind?

Das WEF ist sicher anders als normale Wiederholungskurse. Bei diesem subsidiären Einsatz ist die Armee 24/7 in Betrieb und der Wachtdienst ist scharf. Abgesehen von mir und meiner Stellvertretung ist es zivilen Personen nicht gestattet, den militärischen Teil des Areals zu betreten. Ich habe also ein kleines Privileg und das macht mich durchaus ein wenig stolz.


Retour Commandement des Opérations