print preview Retour Commandement des Opérations

Tout feu tout flamme au Simplon

Les tirs d'artillerie au col du Simplon ont attiré encore une fois l'attention des touristes et des camionneurs de passage. Les artilleurs du groupe d'artillerie 49 y ont effectué des exercices de tirs avant de se rendre dans la vallée pour entraîner les déplacements tactiques.

03.12.2018 | Communication Défense

P1020659
Les grenades d'exercice de 42kg sont prêtes au tire. Sur le fond, l'aigle de pierre du Simplon.

 

Le fameux aigle de pierre du col du Simplon, à l'instar des commandants de tir, semble scruter l'horizon, pour voir où les obus tirés par les chars vont tomber. La route du col est dégagée mais les champs sont recouverts de 40 centimètres de neige fraîche. Des membres de la base logistique de l'armée ont déneigé les places de tirs et les chars M-109 ont pris position. Malgré les conditions hivernales, le groupe d'artillerie 49 (gr art 49) a pu entraîner jour et nuit les techniques de tirs

Pour les artilleurs du gr art 49, l'unique groupe de langue italienne, il s'agissait du premier cours de répétition sous la direction de la brigade mécanisée 4, à laquelle ils ont été subordonnés dans le cadre du Développement de l'armée (DEVA). «Les artilleurs italophones du gr art 49, toujours appelé "quarantanöv", ont été bien accueillis par la brigade mécanisée 4», admet le lieutenant-colonel EMG Francesco Galli, commandant du groupe. Cette année, les militaires en service ont dû travailler particulièrement dur car un tiers des effectifs a été dispensé et manquait dans les diverses fonctions spécialisées

Une quatrième batterie a rejoint le gr art 49. Cette dernière s'apprête à être équipée du nouveau système de lance-mines GDELS-Mowag. La faille relative au tir de soutien sur courte distance sera ainsi bientôt comblée

Le groupe d'artillerie 49 possède une longue tradition dont les origines remontent au 19ème siècle. Cette formation est née comme compagnie en 1841 sur décision du Grand Conseil tessinois et les canons étaient alors tractés par des chevaux. Par la suite, elle est devenue une batterie de campagne de l'armée fédérale avant de devenir le groupe de canons lourds 49 puis le groupe d'obusiers 49. L'ère de l'artillerie tractée ayant pris fin, le groupe d'artillerie 49 s'est mécanisé. Comme 25% des militaires étaient de langue maternelle italienne lors de la dernière école de recrues d'artillerie, son avenir semble assuré.

 

Badge Art Abt 49