print preview Retour Centre logistique de l'armée Othmarsingen

Des écoliers rendent visite à l’Armée suisse

Le 7 avril dernier, le bataillon d’hôpital 5, en collaboration avec la Base logistique de l’armée (BLA), a accueilli la classe de 7e année du collège d’Erlen sis à Emmen. Trois collaborateurs de la BLA ont présenté divers métiers. En compagnie de militaires du bataillon d’hôpital 5, les écoliers ont également découvert l’unique cellule d’opération mobile de l’Armée suisse.

07.04.2017 | Communication Défense, C. Hauswirth

Wunden
Des chefs-d’œuvre très réalistes sont nés dans la cellule d’opération mobile.

Le bataillon d’hôpital 5 a organisé sa journée d’information 2017 en collaboration avec la Base logistique de l’armée (BLA). La classe de 7e année du collège d’Erlen sis à Emmen a accepté l’invitation lancée à divers établissements scolaires. Les objectifs de la visite consistaient à donner aux écoliers un aperçu des métiers exercés au sein de la BLA et à leur présenter la cellule d’opération mobile du bataillon d’hôpital 5.

Apprentissages professionnels auprès de la BLA

La BLA occupe une position particulière dans l’administration fédérale, car elle offre quelque 300 places d’apprentissage dans une vingtaine de métiers. Les futurs apprentis ont donc l’embarras du choix et peuvent devenir polygraphes, logisticiens, ou encore mécaniciens en maintenance d’automobiles CFC.

La BLA a décidé de présenter en détail les métiers de logisticien CFC, d’agent d’exploitation CFC et de mécanicien en maintenance d’automobiles CFC. Des collaborateurs de la BLA exerçant l’un de ces trois métiers ont reçu les écoliers à leurs places de travail afin que ces derniers puissent voir des machines et des véhicules en plus d’écouter des exposés. Les adolescents ont pris place à bord d’un élévateur à fourche, l’outil de travail du logisticien. Dans la halle à véhicules, les plus courageux sont montés dans la cabine de pilotage d’un camion protégé. A quelque deux mètres au-dessus du sol, la vue à travers le pare-brise en verre blindé était imprenable. Un agent d’exploitation a présenté diverses machines telles que des tronçonneuses, des tondeuses à gazon et des aspirateurs à eau, dont les apprentis se servent. Les écoliers ont appris avec plaisir qu’à la Confédération, tous les apprentis ont sept semaines de vacances et reçoivent le même salaire.

Parcours dans la cellule d’opération mobile

La deuxième partie de l’après-midi a été consacrée à parcourir la cellule d’opération mobile du bataillon d’hôpital 5. Les écoliers se sont familiarisés avec les équipements et les professions médicales exercées par les militaires qui utilisent ce système. Le lieutenant Barth a indiqué aux écoliers qu’en cas de catastrophe, lorsque les hôpitaux civils sont débordés, la cellule d’opération mobile permet de soigner un grand nombre de blessés ou de malades. En effet, les militaires du bataillon d’hôpital 5 ont les connaissances nécessaires pour assurer le triage des patients qui affluent vers l’hôpital public et pour prodiguer des soins. La cellule d’opération mobile est immense, et il n’en existe qu’une seule dans l’Armée suisse. Le montage du système complexe prend environ 20 heures. Un soldat raconte fièrement aux écoliers que le record est de 17 heures avec une quinzaine de personnes. Au début de chaque CR, des militaires du bataillon d’hôpital 5 se chargent de monter la cellule d’opération mobile, qui sert ensuite de lieu d’exercice. Après avoir posé le conteneur abritant le bloc opératoire, les autres conteneurs sont mis en place avec des grues et des tentes sont dressées pour compléter le système.

Aperçu de la cellule d’opération mobile
Aperçu de la cellule d’opération mobile.

Lors de la visite, la cellule d’opération mobile était déjà montée et les adolescents ont pu explorer le labyrinthe formé de conteneurs et de tentes. Sur cinq chantiers, des soldats bons comédiens ont présenté les prestations fournies et ont donné des détails sur le montage et l’utilisation du système. Les adolescents ont ainsi été invités à prendre des mesures immédiates pour sauver la vie en effectuant les gestes appropriés sur un mannequin de secourisme. Ils ont également pu exercer des déplacements avec une civière roulante. Le poste chargé de peindre des représentations de plaies plus vraies que nature afin de rendre les exercices réalistes a connu un grand succès. Les bras de certains adolescents ont été recouverts de chefs-d’œuvre parfois effrayants.

Joel Bigler, officier presse et information, a conclu que la journée d’information 2017 était réussie et que la collaboration avec la BLA était fructueuse. Les employés de la BLA et les militaires du bataillon d’hôpital 5 ont su présenter les métiers de la BLA de manière captivante pour les écoliers et faire une démonstration de l’engagement de la cellule d’opération mobile.