print preview

Retour Centre logistique de l'armée Othmarsingen


«Engagement commun pour l’ordre et la sécurité»

Lors des grands événements comme le Forum économique mondial (WEF), la police cantonale et l’armée s’offrent un soutien mutuel. Une telle collaboration représente une plus-value pour les deux parties. Rencontre sur l’instruction policière et les patrouilles communes.

25.05.2022 | CUMINAIVEL | kh/fe

 

L’engagement de l’armée en faveur du WEF a commencé officiellement le 20 mai 2022. Lors d’une conférence de presse tenue la semaine dernière, le colonel Walter Schlegel, commandant de la police cantonale grisonne et responsable général de la sécurité lors de la manifestation, a souligné la collaboration intense qu’entretiennent l’armée et la police depuis des années. La raison là-derrière? La police cantonale grisonne ne dispose pas des ressources nécessaires pour assurer une sécurité suffisante lors d’une grande manifestation comme le WEF. Aussi la police cantonale des Grisons et celles d’autres cantons travaillent-elles main dans la main avec l’armée. L’engagement commun est dirigé en premier lieu contre les risques tels que le terrorisme, le sabotage, les atteintes portées à des infrastructures sensibles et les cyberattaques. En effet, depuis les attentats perpétrés ces dernières années, la menace terroriste en Suisse est élevée.

Le major Markus Eggenberger est le chef de la police de sécurité. Il loue la collaboration avec la Police militaire (PM). Jusqu’à présent, tous les engagements communs en faveur du WEF se sont déroulés de manière positive et les deux parties en ont profité. La police civile et la PM disposent toutes deux de compétences spécifiques, tant dans le travail policier tactique et technique que dans le matériel et les véhicules. La collaboration porte donc aussi ces fruits dans l’évolution des deux corps de police. Ils peuvent apprendre beaucoup l’un de l’autre.


Le maj Eggenberger souligne notamment l’échange important et intéressant avec le détachement spécial de la Police militaire. Ce détachement comprend d’anciens membres des corps de la police civile et de la PM.

Mais comment devenir policier militaire? Le cursus de base s’effectue dans une école de police. La formation comprend aussi des formations continues auprès de l’école d’officiers, similaires à celles de la formation continue Conduite des engagements propre à la police civile. Il est donc évident que l’intégration de la PM dans l’instruction de la police suisse est un succès. Et cette intégration ne s’arrête pas à l’instruction, mais continue par exemple pendant le WEF. La police civile et la PM travaillent ensemble, dans le cadre de patrouilles ou de contrôle d’accès devant les bâtiments et les infrastructures. Il est donc tout à fait possible que la PM contrôle des civils, et la police civile des militaires. Néanmoins, il existe des distinctions en matière de structure et de technique de conduite. Ainsi, la PM agit directement au nom de la police civile, ou de la police cantonale grisonne pour être précis. Dans le jargon, on parle du principe de subsidiarité. Au WEF de cette année, l’armée connaît aussi un changement en son sein: la PM est intégrée au bat inf mont. La collaboration va donc au-delà du champ de compétences de la police.


Retour Centre logistique de l'armée Othmarsingen