print preview Retour Brigade d'aide au commandement 41

Bientôt la fin pour Chili Johnny

Dans le cadre du développement de l’armée et de la mobilisation qui lui est liée, il faut aussi repenser le concept de la subsistance. Dans une situation grave, 100'000 militaires au maximum devraient pouvoir assurer leur subsistance de manière autonome pendant au moins quatorze jours. En raison des possibilités actuellement limitées dont dispose l’armée pour offrir des repas chauds sur le terrain, un essai à la troupe a été organisé. Les réactions enregistrées jusqu’à présent étaient largement positives.

19.11.2018 | Communication Défense

180910_Real-f

 

Au cours d’une première phase, les grenadiers et les éclaireurs parachutistes ont reçu la nouvelle cuisine spéciale. La troupe participant au test a apprécié les menus préparés par l’entreprise « Field Meal », et cela non seulement à cause de leur saveur, mais aussi en raison de leur faible poids, de leur volume restreint et de la durée de conservation de cinq ans. Les réactions émanant du centre de compétences du service alpin à Andermatt étaient aussi largement positives.

Le producteur fait une distinction entre la « ration spéciale pour le petit déjeuner » et la « ration spéciale pour repas principal », cette dernière étant disponible avec quinze variations différentes. Celles-ci vont du poulet avec sauce aux herbes jusqu’à la poêlée d’agneau, en passant par les pâtes sauce bolognaise. Les personnes souffrant d’allergies ne sont pas oubliées non plus. Il y en a pour tous les goûts. En ajoutant ces nouveaux plats à la centaine de produits déjà proposés par les vivres de l’armée, il est possible d’assurer une subsistance variée pendant quatorze jours au maximum.

Un procédé spécial permet de retirer l’eau de ces repas et de stocker la nourriture sous vide. Pour manger le contenu, il suffit d’ouvrir l’emballage, de verser de l’eau très chaude sur le contenu et de remuer pendant quelques minutes. Actuellement, le menu en boîte de chili con carne, connu sous l’appellation de Chili Johnny, constitue la seule possibilité permettant d’avoir un repas chaud sur le terrain. Si la décision est prise d’acquérir définitivement ces nouveaux produits, la dernière heure va bientôt sonner pour Chili Johnny. Pour le moment, les repas sont fournis par une entreprise norvégienne. En 2020, il est prévu de procéder à un appel d’offres dans le cadre de l’OMC.

 

Thèmes associés

Subsistance