Aller au contenu principal

Publié le 18 avril 2024

Missions et jobs dans la promotion de la paix

L’Armée suisse s’investit activement dans la promotion de la paix et participe à une douzaine de missions en Europe, en Afrique et en Asie. Les militaires volontaires engagés dans ce cadre accomplissent différentes tâches en fonction du type de mandat et du secteur d’engagement.

La SWISSCOY au Kosovo est, à ce jour, l’engagement le plus important de l’Armée suisse pour la promotion de la paix. Depuis 1999, jusqu’à 215 soldats par contingent sont en service dans la Kosovo Force (KFOR). Ils soutiennent la mission en assurant le maintien d’un environnement sûr et stable (safe and secure environment) et la liberté de mouvement (freedom of movement) pour toutes les citoyennes et tous les citoyens du Kosovo.

14 novembre 2023

SWISSCOY KFOR

La SWISSCOY au Kosovo est, à ce jour, l’engagement le plus important de l’Armée suisse pour la promotion de la paix. Depuis 1999, jusqu’à 215 soldats par contingent sont en service dans la Kosovo Force (KFOR). Ils soutiennent la mission en assurant le maintien d’un environnement sûr et stable (safe and secure environment) et la liberté de mouvement (freedom of movement) pour toutes les citoyennes et tous les citoyens du Kosovo.

En Bosnie et Herzégovine, on a compté depuis 2004 jusqu’à 20 militaires suisses engagés dans les équipes de liaison et d’observation (Liaison and Observation Teams; LOT) en faveur de la mission ALTHEA de l’EUFOR. Ces équipes sont stationnées aux endroits potentiellement conflictuels ou répu­tés comme tels et constituent un système de préalerte pour la mission. En contact avec la population et les autorités locales, elles accèdent à des infor­mations qui servent de base à l’EUFOR pour évaluer la sécurité dans l’en­semble du pays et obtenir une image complète de la situation.

14 novembre 2023

EUFOR ALTHEA

En Bosnie et Herzégovine, les équipes de liaison et d’observation (Liaison and Observation Teams, LOT) de la mission EUFOR ALTHEA comptent jusqu’à 20 militaires suisses depuis 2004.

La Commission de supervision des nations neutres en Corée (CSNN) est la plus ancienne mission de promotion de la paix de l’Armée suisse. En effet, elle remonte à 1953 et à la décision du Conseil fédéral d’envoyer environ 150 militaires en Corée. Aujourd’hui, cinq officiers suisses et cinq officiers suédois sont encore stationnés à Panmunjom, au sud de la ligne de démarcation. Leur tâche principale consiste toujours à veiller au respect de l’armistice signé en 1953. Il s’agit notamment d’inspecter les postes d’observation, les postes de garde et les positions d’armes, d’observer les exercices militaires dans la partie sud ou d’enquêter sur les violations présumées de l’armistice.

14 novembre 2023

NNSC

La Commission de supervision des nations neutres (CSNN) sur la ligne de démarcation entre les deux Corées est la plus ancienne mission de promotion de la paix de l’Armée suisse. Cinq officiers suisses y siègent en permanence avec cinq homologues suédois.

Depuis 1990, des observateurs militaires sont en mission pour l’ONU dans dif­férentes régions. Formant des équipes internationales, ils observent et rendent compte, par exemple, d’incidents qui contreviennent au mandat de la mission. Ils effectuent également des patrouilles dans la zone d’engagement afin de surveiller des régions sensibles et d’obtenir, lors de rencontres avec la popula­tion locale, des informations pertinentes pour évaluer la situation en matière de sécurité. Afin d’avoir une image complète de la situation sur le terrain, ils mènent également des entretiens avec les autorités et les forces armées locales ou contrôlent, au sein de leur équipe internationale, des troupes, des armes et des munitions, sur la base du mandat de la mission.

14 novembre 2023

ONU

Depuis 1990, des officiers suisses sont engagés comme observateurs militaires ou officiers d’état-major au service de l’ONU dans différentes régions.

Des officiers suisses sont engagés dans deux centres de formation internationaux : le Centre international Kofi Annan de formation au maintien de la paix (KAIPTC) au Ghana et l’International Peace Support Training Centre (IPSTC) au Kenya. Occupant différentes fonctions, ils contribuent à la formation ciblée de membres des forces armées internationales, de la police et du secteur civil dans le domaine de la promotion de la paix. Les thèmes abordés sont très variés : égalité des genres, médiation, réforme du secteur de la sécurité, analyse des conflits, coopération civilo-militaire, protection de la population civile, droit des conflits armés, planification, logistique, etc. Les officiers suisses assument notamment des tâches de planification, d’organisation ou de coordination, donnent des cours, évaluent et analysent le contenu de la formation.

14 novembre 2023

Développement des capacités

Des officiers suisses sont engagés dans deux centres de formation internationaux : le Centre international Kofi Annan de formation au maintien de la paix (KAIPTC) au Ghana et l’International Peace Support Training Centre (IPSTC) au Kenya. Occupant différentes fonctions, ils contribuent à la formation ciblée de membres des forces armées internationales, de la police et du secteur civil dans le domaine de la promotion de la paix. Les thèmes abordés sont très variés : égalité des genres, médiation, réforme du secteur de la sécurité, analyse des conflits, coopération civilo-militaire, protection de la population civile, droit des conflits armés, planification, logistique, etc. Les officiers suisses assument notamment des tâches de planification, d’organisation ou de coordination, donnent des cours, évaluent et analysent le contenu de la formation.

L’Armée suisse s’engage depuis des années dans les opérations de déminage humanitaire. Elle envoie des spécialistes en mission dans le monde entier pour le Service de l’action antimines des Nations Unies (UNMAS). De plus, des militaires suisses participent à diverses missions de l’ONU notamment dans les domaines de la logistique et de la gestion de banques de données; le per­sonnel engagé est alors chargé de gérer l’équipement des équipes internatio­nales de déminage, d’analyser des données relatives au déminage humanitaire et aux territoires déminés ou d’établir des cartes des zones polluées par des mines.

14 novembre 2023

Déminage humanitaire

Dans le domaine du déminage humanitaire, des spécialistes suisses apportent leur soutien aux programmes du Service de la lutte antimines des Nations Unies (United Nations Mine Action Service, UNMAS).