print preview

Retour Page d'accueil


Carrière dans le domaine cyber : l’armée permet aux femmes de se serrer les coudes

Donner l’exemple et réseauter au féminin – Women in Cyber Day a permis à des cyberspécialistes de se retrouver pour échanger leurs expériences et encourager la relève en faisant connaître aux jeunes femmes les offres disponibles. Cette première édition organisée en présentiel a rencontré un grand succès.

29.09.2022 | Communication Défense, Andreas Müller

L’armée s’engage pour promouvoir les femmes dans le domaine cyber.
L’armée s’engage pour promouvoir les femmes dans le domaine cyber. ©VBS/DDPS, Lorena Castelberg und Andreas Müller

Les femmes sont sous-représentées dans les métiers du domaine cyber. Selon le magazine Netzwoche, elles ne représenteraient toujours que 14 % des professionnels actifs en Suisse dans l’informatique et la cybersécurité. Or, on estime que dans les années à venir le manque de spécialistes pourrait se chiffrer en dizaine de milliers. C’est pourquoi l’Armée suisse, tout comme de nombreuses autres entreprises, cherche à faciliter l’accès à ce domaine pour les femmes. Son appui à l’association Women in Cyber et l’organisation du Women in Cyber Day fait partie de ces projets d’encouragement. L’événement s’est déroulé cette semaine à Zurich, autour de plusieurs oratrices qui ont réussi à se faire une place dans un domaine cyber dominé par les hommes.

Des expertes issues de diverses branches professionnelles

Sophie Nägeli, du National Cyber Security Center, a présenté un projet qui vise à modifier fondamentalement la capacité de la Suisse à parer les cyberattaques. Il s’agit en l’occurrence de créer un réseau des établissements financiers et de favoriser les échanges au sujet des risques encourus et des attaques subies. Les tests de sécurité peuvent-ils sauver le monde ? C’est la question que Nina Egli von Hilti a ensuite posée au public en s’interrogeant sur un processus qui consiste à hacker délibérément sa propre infrastructure pour y découvrir des brèches. Si, au final, la réponse à cette question est « sans doute pas », les tests de sécurité (Security Testing) n’en demeurent pas moins un bon moyen pour les entreprises d’acquérir des connaissances essentielles sur leurs propres systèmes informatiques. Pour clore l’après-midi, Sofia Martinez Gomez, experte cyber chez Roche, a parlé des avantages et des défis des technologies de l’information dans le domaine de la santé. Deux discussions de groupe ont aussi été organisées et ont permis aux participantes et participants de poser leurs questions et de faire part de leur avis. Le premier groupe, comprenant des membres de l’armée, d’entreprises privées et de l’administration, s’est penché sur la question de l’offre et de la demande en matière de capacités cyber en Suisse. D’une part, l’offre de formation et de perfectionnement ne cesse de croître alors que, d’autre part, on manque toujours de personnel dans ce domaine. Le deuxième groupe de discussion s’est intéressé aux possibilités qui s’ouvrent dans le cyberespace pour enquêter sur des délits par rapport aux besoins et aux droits liés à la sphère privée.

L'engagement continue

L’association Women in Cyber se réjouit du succès de l’événement. Les efforts pour renforcer la présence des femmes dans les métiers cyber seront poursuivis. Plusieurs manifestations sont d’ores et déjà planifiées l’année prochaine (voir à ce sujet le site web de l’association) et l’Armée suisse continuera à leur apporter son soutien.


Retour Page d'accueil