print preview

Retour Page d'accueil


Les défis relevés par l’armée dans le cyberespace

Les efforts de l’armée visant à augmenter la sécurité dans le cyberespace ne sont pour la plupart pas contestés sur le plan sociétal et politique ; par contre, leur mise en œuvre s’avère très exigeante. On parle abondamment des caractéristiques et des particularités du cyberespace, mais souvent du point de vue civil et pas d’un point de vue militaire.

10.08.2022 | Communication Défense, Lorena Castelberg

Le point de vue des militaires sur le cyberespace est souvent plus complexe que celui des civils. Le cyberespace et l’espace de l’information jouent un rôle important pour l’Armée suisse dans toutes les situations.
Le point de vue des militaires sur le cyberespace est souvent plus complexe que celui des civils. Le cyberespace et l’espace de l’information jouent un rôle important pour l’Armée suisse dans toutes les situations. ©VBS/DDPS, Clemens Laub

Lors de sa session d’hiver 2021, le Parlement a tenu compte de l’importance de la sphère cyber en approuvant à une large majorité les modifications proposées de la loi sur l’armée pour créer un commandement Cyber. Celui-ci doit désormais fournir les capacités militaires clés dans les domaines image de la situation, cyberdéfense, prestations informatiques, aide au commandement, cryptologie et guerre électronique. Seule cette manière permet d’assurer que cette première ligne de défense puisse effectivement garantir la sécurité de la Suisse dans le cyberespace.

Augmentation des conflits hybrides

Le cyberespace se distingue sur des points essentiels des autres sphères d’opération : le rythme des attaques et leur portée illimitée dans notre monde interconnecté sont des caractéristiques des cyberattaques devenues fréquentes. Cependant, les manœuvres dans le cyberespace ne devraient que rarement être considérées de manière isolée. Le plein potentiel d’actions dans le cyberespace peut être seulement utilisé si on le combine avec les dimensions conventionnelles que sont l’air et le sol.

Il n’existe pas de cyberguerre proprement dite

Le cyberespace se distingue en outre par sa proximité particulière avec l’espace de l’information. Les caractéristiques du cyberespace, sa grande portée opérationnelle par exemple, lui offrent des bases optimales pour obtenir des effets dans l’espace de l’information. C’est pourquoi il faut aussi tenir compte des effets possibles sur l’espace de l’information pour évaluer des manœuvres dans le cyberespace. La situation de l’information, souvent très diffuse pendant une crise, permet de mieux décrypter les motifs des acteurs adverses. Jusqu’à présent, les actions dans le cyberespace ne faisaient pas partie des cyberguerres proprement dites, mais étaient très souvent intégrées dans un contexte supérieur. Les actions dans le cyberespace se déroulent très fréquemment déjà en temps de paix, ce qui atténue toujours plus les limites entre guerre et paix.

Une longueur d’avance sur l’adversaire dans les connaissances et les décisions

Il faut également faire la différence entre les actions purement virtuelles et celles ayant des répercussions physiques et qui sont nettement plus complexes. L’objectif fondamental visé par des cyberactions est de créer un avantage (militaire) qui est toutefois identique avec celui que cherchent à atteindre les actions physiques. Ce n’est qu’en tenant complètement compte et à tous les niveaux de ces caractéristiques qu’il est possible d’avoir dans chaque situation une longueur d’avance sur l’adversaire dans les connaissances et les décisions. Gagner du terrain dans l’espace physique équivaut à gagner des informations et des données dans le cyberespace. C’est pourquoi il est primordial de les protéger et c’est la condition la plus importante pour se défendre efficacement dans un contexte de politique de sécurité complexe et évoluant rapidement.

Opérationnel en toutes circonstances

Être opérationnel dans un environnement complexe nécessite de disposer des capacités correspondantes et de spécialistes à la hauteur. Outre la disponibilité permettant de défendre ses systèmes et réseaux contre des cyberattaques, l’armée doit également être en mesure de mettre en permanence ses cybercapacités à disposition pour des actions militaires et des situations d’urgence. Par ailleurs, les cyberopérations requièrent une forte capacité d’adaptation et une étroite collaboration entre acteurs civils et étatiques, vu le caractère hybride des conflits modernes et le progrès technologique constant. Les bas coûts d’entrée dans le cyberespace permettent notamment à des acteurs non étatiques de mener des cyberactions de manière autonome. En créant un commandement Cyber, l’Armée suisse insiste sur l’importance qu’elle entend accorder à l’avenir aux CYBEEM (cyberespace et l’espace électromagnétique).

Article stratos (en allemand)

Le présent article est un résumé d’une publication parue dans stratos. Celle-ci peut être lue dans son intégralité dans la première édition de cette année de la revue en cliquant sur le lien ci-après.

Stratos

Retour Page d'accueil