print preview

Retour Page d'accueil


Utiliser le potentiel que recèlent nos propres rangs

L'Office fédéral du personnel dépeint Future Corner comme exemplaire. Pour la campagne "un monde du travail en constante évolution", l'OFPER a publié une contribution au Future Corner de l'armée dans le cadre des rapports des offices.

10.06.2022 | Info Pers

6462_059
©Médiathèque DDPS

L'armée continuera à exister après 2030 en tant que dernière réserve de sécurité de la Suisse. Il va donc de soi qu'elle doit anticiper en permanence pour être en mesure de garantir la sécurité du pays et de ses habitants, que ce soit en cas de menace ou de catastrophe. «Nous voulons à l'avenir également conserver notre pertinence vis-à-vis de la Suisse et faire en sorte que nos actions soient reconnues», explique Adrian Rüegsegger, chef d'état-major du projet Développement à long terme du Groupement Défense et de l'armée. Pour atteindre l'objectif commun porté par la Vision, sept domaines, quatre principes et 21 initiatives stratégiques ont été définis. La mise en œuvre de ces initiatives nécessite un large soutien. C'est sur la base de cette constatation que le projet «Future Corner» a vu le jour. Quelle est la nature exacte de celui-ci et quel est son lien avec le monde du travail en constante évolution?

Le changement se nourrit de l'engagement des collaborateurs

Lorsque les 21 initiatives ont été lancées au début de l'année 2022, il est vite apparu qu'un responsable par initiative ne suffirait pas pour progresser. Un soutien supplémentaire était nécessaire. L'idée innovante du Groupement Défense: mettre à profit les potentiels que renferment ses propres rangs au moyen d'activités accessoires. Dans le cadre de «Future Corner» , les collaborateurs intéressés peuvent postuler en interne pour des activités accessoires et ainsi contribuer à façonner l'avenir de l'armée et du Groupement Défense. Les taux d'occupation vont de quelques heures à 40 % par semaine. Les taux d'occupation importants sont souvent répartis entre plusieurs collaborateurs, car le travail s'effectue en principe en plus du poste principal, ceci, bien entendu, toujours en concertation avec les supérieurs hiérarchiques.

«Les activités accessoires font de nous un employeur plus attrayant.»

Adrian Rüegsegger, chef d'état-major du projet Développement à long terme du Groupement Défense et de l'armée

Les expériences nouvelles sont aussi synonymes de défis à relever

Le processus de candidature pour les activités accessoires est simple. Dès qu'un formulaire de candidature est rempli en ligne, il est directement transmis aux responsables des différentes initiatives. Ceux-ci décident eux-mêmes qui engager pour les aider, sans le concours du service du personnel ou de supérieurs. Dans le cas d'une unité administrative organisée de manière hiérarchique telle que le Groupement Défense, cette manière de procéder a nécessité un changement de mentalité. En effet, il n'existe ni modèle de contrat écrit pour régler les activités accessoires, ni disposition particulière pour la prise en charge des frais. Tout se fait sur la base d'accords individuels. «Il faut d'abord bien établir ce nouveau principe d'ouverture et instaurer la confiance vis-à-vis du projet en lui-même», explique Adrian Rüegsegger. Les membres du commandement de l'armée, le plus haut échelon de l'armée, soutiennent la démarche. Pour Adrian Rüegsegger, il s'agit d'une condition importante pour qu'ait lieu le changement de culture nécessaire.

Actuellement, seuls les collaborateurs du Groupement Défense peuvent postuler aux activités accessoires. Cependant, Adrian Rüegsegger n'exclut pas que, en cas de succès, certaines de ces activités soient mises au concours pour d'autres collaborateurs du DDPS. Plus de 40 personnes ont postulé dans les 48 heures qui ont suivi la publication des offres . Certaines initiatives ont déjà vu leurs rangs s'étoffer. Adrian Rüegsegger est heureux de l'enthousiasme que suscite le projet: «Cela montre que nous avons de très nombreux collaborateurs motivés et engagés qui souhaitent contribuer à façonner l'avenir de l'armée.» L'exemple du «Future Corner» prouve que le principe du monde du travail en constante évolution va plus loin que les formes de travail flexibles, le partage de postes de travail et le travail à domicile: le courage de faire des nouvelles expériences en fait aussi partie.

 


Retour Page d'accueil