print preview

Retour Page d'accueil


Le Conseil fédéral prend acte de la Conception générale cyber

Le Conseil fédéral prend acte du rapport Conception générale cyber et pose les bases pour la transformation numérique de la troupe et l’autoprotection de l’armée dans le cyberespace et l’espace électromagnétique. Il ouvre également la porte à de nouvelles possibilités en ce qui concerne les prestations d’appui.

13.04.2022 | Comm D, Anna Muser

Gesamtkonzeption Cyber
©VBS/DDPS, Clemens Laub

 

Le document de base était en cours d’élaboration depuis mai 2021 sous la direction d’Alain Vuitel, chef du projet commandement Cyber. Le groupe d’experts a défini trois options qui mettent l’accent sur différents aspects qualitatifs et quantitatifs des capacités d’autoprotection dans le cyberespace et l’espace électromagnétique. Toutes s’appuient sur la forme de conflit hybride décrite dans le rapport sur la politique de sécurité 2021. Du point de vue du DDPS, c’est l’option 3 qui est la plus appropriée.

L’option retenue prévoit notamment le développement de la capacité à reconnaître et parer les cyberattaques en tout temps et en toute situation. Elle comprend des mesures techniques, comme la surveillance permanente des systèmes, mais aussi le renforcement des capacités du personnel pour gérer des cyberattaques complexes. À l’échelon de l’armée, il est prévu de compléter les mesures défensives par la mise sur pied de capacités cyber permettant de planifier et mener simultanément des actions contre des objectifs militaires. Enfin, la guerre électronique et l’autoprotection dans l’espace électromagnétique constituent un autre point fort de l’option 3, qui prévoit, dans ces domaines, une capacité à garantir des engagements autonomes pour la majorité des bataillons et des compagnies.

Poser les fondements du futur

Le rapport Conception générale cyber présenté au Conseil fédéral donne à l’armée une base importante et déterminera son évolution jusque dans la première moitié des années 2030. Il vient compléter les rapports Avenir de la défense aérienne (2017) et Avenir des forces terrestres (2019).

La mise en œuvre est prévue en trois étapes. Il est essentiel que chacune soit conclue de manière à constituer en soi un socle opérationnel afin de donner la marge de manœuvre nécessaire pour tenir compte des menaces qui se précisent et du rapide progrès technologique. Cela permettra d’adapter, le cas échéant, l’équipement et la planification financière de l’armée.


Retour Page d'accueil