print preview

Retour Page d'accueil


SWISSCOY Update - En tant que Teamleader au Malishevë

Le premier-lieutenant Antoine Rossier est actuellement engagé dans le contingent 45 de la SWISSCOY en tant que chef de l’équipe d’observation (LMT) à Malishevë. Responsable de la conduite organisationnelle et personelle d’une sous-équipe, il explique lors de cet entretien quelles sont les tâches qu’il assume, les défis qu’il rencontre au quotidien et les opportunités que lui offre son engagement en tant qu’officier de milice.

16.03.2022 | Plt Antoine Rossier, chef d’équipe LMT K24 SWISSCOY 45

SCY_LMT_Mali_9
Le plt Antoine Rossier est chef d’équipe de la LMT de Malishevë

Plt Rossier, quelles sont vos tâches en tant que teamleader d'un LMT ?

Je suis responsable de la conduite organisationnelle et opérationnelle de mon équipe. Je formule les buts et points d’intérêts avec la Team Commander selon les lignes directrices de l’échelon supérieur. J‘organise des rendez-vous avec les contacts et s’assure de la planification hebdomadaire selon les buts et objectifs. Tels sont certains des points tels que décrit dans descriptif de poste. Mais finalement à quoi cela correspond-il ? Qu’est-ce que je fais de mon quotidien ?

Le quotidien d’un Team Leader LMT est composé d’une partie planifiable, mais il faut savoir se montrer flexible. Les journées au sein de la maison LMT dans laquelle je suis engagé commencent par la réunion préparatoire du matin. Durant cette réunion, la Team Commander donne ses points, et moi j’informe mon équipe sur le but et les objectifs de la journée.

Une journée de travail type a deux buts principaux. Le premier étant de rencontrer des membres de la population locale. Afin de ce faire, j’emploie deux manières de procéder. La première étant de planifier et de fixer un rendez-vous avec un de nos contacts, la deuxième étant de partir en patrouille est simplement de commencer la discussion avec une personne. Durant la rencontre, je conduis la discussion sur les différents sujets d’intérêts. Conduire une discussion peut paraitre simple, néanmoins être capable d’emmener le correspondant sur les sujets désirer sans paraitre abrupt et risquer de le froisser n‘est pas chose aisée. Le deuxième but étant de s’assurer qu’il n’y a pas de modifications de l’environnement qui pourrait montrer une insécurité ou un sentiment de peur de la population. En d’autres termes, je planifie des patrouilles au sein de mon secteur à responsabilité. Les patrouilles ne consistent pas à rouler et discuter avec la personne étant en équipe, qui est certes une partie importante également, mais principalement d’observer et de se rappeler comment l’environnement était lors du dernier passage et ainsi de percevoir les différents changements s’il y en a.

Lors de la rédaction des rapports, ma responsabilité est d’assurer que l’ensemble des éléments observés lors de patrouille ou alors discuté lors des différents rendez-vous soient rapportés. L’observateur qui m’est subordonné commence donc par écrire le rapport journalier. Une fois celui-ci terminé je le relis pour m’assurer des différents aspects techniques de la rédaction, mais également je m’assure de transférer à la commandante un rapport complet et juste selon les « Standard Operating Procedure » (SOP’s) d’écriture de rapport.

 

Comment choisissez-vous vos personnes de contact et comment se déroule la planification des différents thèmes de la semaine ?

En tant que team leader, on est responsable d’une des équipes LMT. Chaque équipe à des thèmes à responsabilités. Afin de choisir sur quels thèmes mon attention va se porter durant les jours à venir, j’étudie d’une part les instructions de l’échelon supérieur, et d’une autre part mon propre ressenti. Lorsque l’ordre vient d’en haut, il n’est pas compliqué de choisir son contact, j’ouvre simplement la liste de contact que nous avons à disposition et je me concentre sur les personnes faisant part de ce thème. Lorsque je décide de faire des rencontres sur des sujets qui ne sont pas ordonnés, il est parfois plus compliqué de savoir ce qui pourrait intéresser l’échelon supérieur.

 

Quelle valeur ajoutée vous apporte la mission en tant qu’officier de milice ?

Un engagement en tant que Team Leader, au sein d’une maison LMT, demande différentes qualités qui pourraient certes m’être utiles dans mes prochains cours de répétitions. Le fait d’avoir travaillé dans un milieu militaire internationale m’a permis de voir par mes propres yeux les différences des différentes armées qui travaillent au sein de la KFOR. Ensuite l’expérience de travail acquise lors des différents moments de coopération internationale m’a permis de voir que le plus important dans le travail était le but. Le chemin pour y parvenir, tant qu’il reste dans le SOP’s, n’est jamais raison à justification. Pour terminer, l’expérience de vie au sein d’une coopération internationale de promotion de la paix a rempli mes souvenirs avec de très bonnes expériences et bien entendu des moins bonnes. Néanmoins, le partage que je vais pouvoir en faire servira je l’espère à continuer à construire un monde de compréhension et d’échange constructif.


Retour Page d'accueil