print preview Retour Page d'accueil

La mobilisation en bref

L'armée a mobilisé une partie du bataillon hôpital 2 pour le service d'appui « Corona » afin de répondre aux demandes de soutien des cantons. Ces militaires sont à disposition du système de santé civil depuis le 27 décembre 2021. En cas de nécessité, les troupes peuvent être alarmées à l’aide de moyens électroniques pour être engagées très rapidement. Cet article explique comment fonctionne une telle mobilisation.

27.12.2021 | Communication Défense, Eve Hug

mobilisation_f


Le processus de mobilisation est le même pour toutes les formations, ce qui est particulièrement important quand on sait que les troupes doivent pouvoir être mobilisées en toutes circonstances, même quand la situation est difficile.

Phase 1

Le commandement des Opérations déclenche la mobilisation pour engager les troupes le plus rapidement possible. Les militaires qui ne sont pas en service sont avertis par des moyens électroniques (SMS, téléphone, courriel) ou au moyen d’un ordre de marche. L’alarme peut en même temps être diffusée par les médias (radio, télévision, etc.) et aussi par les sirènes. Les militaires convoqués doivent alors entrer en service le plus rapidement possible (ou comme spécifié dans le texte d'alerte ou les ordres de marche) avec leur équipement complet. Dans le cas d'un déploiement électronique, le port de l’uniforme suffit pour pouvoir emprunter gratuitement les transports publics.

Phase 2

Les militaires rejoignent le lieu d’entrée en service qui leur a été assigné. Ils se déplacent ensuite vers leur place de mobilisation (normalement une place d’armes ou une base aérienne). Une fois sur place, les unités s’organisent elles-mêmes après le déploiement sur la place de mobilisation, aux endroits qui leur ont été assignés. Elles procèdent en toute autonomie à l’identification, à la visite sanitaire d’entrée, à l’orientation à la troupe ainsi qu’à l’occupation, à l’organisation et à la sécurisation du site. La place d’armes assiste la troupe entrant en service en lui attribuant des infrastructures, en lui fournissant un appui logistique et une aide à l’instruction et en participant au dispositif de sécurité de la place de mobilisation.

Phase 3

Dès que les détachements chargés de réceptionner le matériel et les véhicules sont prêts, ils se rendent vers le lieu d’équipement assigné et commencent à toucher l’équipement selon le principe « aller chercher ». Lors de la réception, la troupe vérifie qu’elle récupère bien l’intégralité des effets d’équipement indispensables. Les chauffeurs participent à un cours préparatoire avant de récupérer leurs véhicules. Enfin, les détachements retournent sur leur place de mobilisation avec le matériel et les véhicules.

Phase 4

Normalement, le corps de troupe mobilisé se retrouve au complet sur la place de mobilisation en l’espace de 24 heures. Après l’établissement de la préparation à la marche ou la fin du processus de mobilisation, la formation prend position dans le secteur d’attente, laissant la place de mobilisation libre pour la formation suivante. Dans le secteur d’attente, la formation procède à l’instruction axée sur l’engagement. Elle se déplace ensuite vers le secteur d’engagement. Les formations de milice à disponibilité élevée constituent une exception dans le sens où elles sont susceptibles de passer directement de la place de mobilisation au secteur d’engagement ; elles peuvent ainsi être prêtes à l’engagement en l’espace de 24 à 96 heures.

Pour que tout fonctionne sans accroc le jour où la situation l’exige, tous les corps de troupe s’entraineront à la mobilisation lors des cours de répétition annuels. En cas d’évènement imprévu, les premiers engagés sont les militaires des formations professionnelles de l’armée, suivies par les militaires en service long et les militaires déjà en service. Ce n’est que dans le cas où ces troupes ne suffiraient pas que d’autres formations seraient mobilisées. Une décision politique prise au niveau de la Confédération est nécessaire pour lancer une mobilisation.

Le système de disponibilité de l’armée

Bild_zum_Webbericht_web_f

 

En cas d’événement, c’est le système de la disponibilité échelonnée qui s’applique : si nécessaire, jusqu’à 35 000 militaires peuvent être mobilisés en 10 jours.

Ce sont tout d’abord les moyens de la première heure qui sont engagés, à savoir les organisations professionnelles et les militaires en service long. Puis viennent les formations qui sont déjà en service et les troupes des écoles de recrues et des écoles de cadres. Ce n’est que dans le cas où ces troupes ne suffiraient pas ou que des compétences spécifiques seraient requises que d’autres formations seraient mobilisées.

Les troupes supplémentaires peuvent être alertées à l’aide de moyens électroniques pour être engagées très rapidement. Les formations de milice à disponibilité élevée sont les premières à être convoquées. De cette manière, plusieurs milliers d’hommes supplémentaires pourront être mobilisés en l’espace de 24 à 96 h. Si nécessaire, d’autres formations de milice peuvent être convoquées par un ordre de marche.