print preview Retour Page d'accueil

Numérisation : comment l’armée se tient à la page

La numérisation de l’Armée suisse se déroule pas à pas. Parmi les étapes majeures de ce processus : la construction de la nouvelle plateforme de digitalisation. Celle-ci maintiendra l’armée à la page et facilitera grandement son travail.

16.12.2021 | Communication Défense, Lorena Castelberg

La nouvelle plateforme de digitalisation est construite dans les centres de calcul (ici le CC Campus).

Constituant la dernière réserve de sécurité, l’Armée suisse, y compris la milice, doit s’orienter vers le cyberespace. C’est là que se présente l’un des plus grands défis : elle doit tirer profit de ce cyberespace pour faire face à des dysfonctionnements ou des pannes de grande envergure touchant les infrastructures appartenant aux autorités civiles. C’est pourquoi l’armée construit ses propres centres de calcul, robustes et hautement sécurisés. Il ne suffit toutefois pas de construire un bâtiment mettant à disposition des infrastructures . Prenons l’analogie d’une maison pour décrire un centre de calcul : la nouvelle plateforme de digitalisation (NPD) représentera toutes ses installations techniques (aménagements intérieurs, canalisation, etc.) qui rendront la maison en état fonctionnel. Par leur migration, les opérations d’affaire et les systèmes informatiques viendront la meubler et la rendre habitable.

Engrenage avec roues automatisées

Afin d’assurer la transition numérique de l’armée, nous avons besoin de services informatiques basés sur les infrastructures techniques pour le traitement et le stockage des données. C’est ce que réalisera l’armée grâce à la NPD, la base sur laquelle fonctionneront les processus numériques. L’équipe menée par Luca Antoniolli compte 50 internes et 40 externes, qui suivent le développement de l’ouvrage de Swisscom. Grâce à la NPD, les services informatiques (IT Services et Business IT Services) seront standardisés au sein de l’armée. Cela nous permettra de remplir une condition nécessaire : intégrer de manière efficace les demandes de la clientèle et des bénéficiaires de prestations à la NPD. Par là même, les processus seront facilités et les durées de livraison, raccourcies. « À l’avenir, nous ne devrons plus revisser la première roue de l’engrenage nous-mêmes : tous les processus seront automatisés », explique Luca Antoniolli.

Une armée à la page… numérique

La transition numérique s’est mue en une compétition à laquelle personne n’échappe. Il s’agit de saisir le potentiel numérique par une approche nouvelle et non pas numériser les processus existants. « Un petit pays comme la Suisse ne doit pas être à la traîne dans le cyberespace ; elle doit rester à la page », souligne Luca Antoniolli. En tant que système global, l’armée doit se numériser pour perdurer. La NPD en garantit les fondements.

Vidéo

Thèmes associé

Transition numérique