print preview Retour Page d'accueil

SWISSCOY Update - Le groupe chargé de l’infrastructure peut tout remettre à neuf, ou presque…

L’élément de soutien national (National Support Element, NSE) n’est pas considéré sans raison comme le pilier logistique du contingent : les différentes prestations qu’il fournit garantissent un engagement optimal de la SWISSCOY. Les spécialistes du groupe chargé de l’infrastructure, qui fait notamment partie du NSE, s’occupent par exemple de remédier aux pannes des systèmes de chauffage, de réparer les machines à laver ou de réajuster les portes qui ne ferment pas correctement.

25.11.2021 | Stefanie Waltenspül, officier spécialisé de presse et d’information du 45e contingent de la SWISSCOY

SCY_Infra
Dans la menuiserie, des pièces entièrement neuves peuvent être réalisées.

 

Des pièces bien chauffées, un interrupteur qui fonctionne ou un écoulement fluide dans la douche : à la maison, tout cela va de soi. Si les militaires peuvent également compter dans la zone d’engagement sur des conditions de vie proches de celles qu’ils connaissent en Suisse, c’est grâce au groupe chargé de l’infrastructure. Cette équipe est composée de sept spécialistes dans des domaines variés, que ce soit les installations électriques et sanitaires, la menuiserie, la charpenterie ou la construction métallique, dessin compris. Mais personne ne fait cavalier seul au sein de l’équipe du sergent-major Simon Siegwart, qui déclare : « Nous sommes tous polyvalents et nous nous entraidons, car en fin de compte, nous pouvons tirer profit de nos connaissances respectives. »

Le travail du groupe chargé de l’infrastructure est diversifié ; il va de la maintenance des climatiseurs au déblayage de la neige en passant par le nettoyage régulier des réservoirs d’eau potable et le contrôle des plans de sécurité. Le sergent Severin Schärer s’exprime à ce propos : « Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas ; j’ai chaque matin d’autre projets à gérer, mon travail n’est jamais répétitif ». Dessinateur dans le civil, Schärer est au sein de l’équipe responsable du développement de certains projets. Dans ce contexte, rien n’est laissé au hasard. Tout d’abord, il faut déposer une demande de projet puis établir une planification détaillée. Enfin, les frais de matériel sont calculés, le personnel requis mandaté et les équipements nécessaires achetés. Ces acquisitions ne sont pas toujours des plus faciles à réaliser : « Lorsque le matériel doit être commandé en Suisse, sa livraison peut prendre du temps. Il faut savoir rester flexible », dit Schärer. Mais acheter du matériel sur place n’est pas beaucoup plus simple… « Pour trouver une nouvelle serrure, il faut parfois voyager pendant une demi-journée », déplore Schärer. Au sein du groupe, il vaut mieux faire preuve de souplesse dès le départ ou alors acquérir cette compétence indispensable durant l’engagement.

Lorsque l’on parle d’infrastructures, il ne s’agit pas uniquement de celles du contingent suisse, mais aussi des installations dans les immeubles de la LMT que la SWISSCOY loue à Prizren, à Malisevo, à Mitrovica ou au Field Office de Zubin Potok. Il faut également les entretenir et les réparer en cas de nécessité. De plus, ces infrastructures ne répondent pas toujours aux normes suisses et réservent bien des surprises, surtout si l’on y regarde de plus près. Pour remédier aux problèmes, une bonne dose de créativité est généralement requise, vu qu’il est difficile d’obtenir des pièces de rechange adéquates.

Été comme hiver, il y a toujours quelque chose à remettre en état. Chaque jour, les spécialistes parcourent le Kosovo pour se rendre sur les sites extérieurs, où ils contrôlent, assurent la maintenance et réparent les infrastructures si besoin est. En été, il faut surtout rafistoler les climatiseurs et en hiver, ce sont plutôt les problèmes liés aux systèmes de chauffages ou aux conduites gelées qu’il s’agit de résoudre. Quant aux machines à laver, c’est un sujet brûlant, mais fort heureusement uniquement au sens figuré.